Posts Tagged ‘retrospective 2010’

Courte retrospective 2010

Samedi, janvier 1st, 2011

L’année 2010 a été marquée par la valse des monnaies. Une valse à plusieurs temps.

Le temps du dollar pour les premiers mois, puis le temps du franc suisse. Cette dernière monnaie a envoyé valser (valdinguer) toutes les autres monnaies (à l’exception du Yen).

On le constate clairement sur le graphique de l’évolution des monnaies contre le CHF

Au risque de me répéter, je vous avais prédit « l’euro en chute libre » en janvier 2010.

En appliquant cette vision, il était possible de gagner de l’argent pour les européens en investissant sur d’autres monnaies et ceci même si certains marchés des actions terminaient en baisse.

Voici pour commencer les évolutions des marchés et commodités en monnaie locale. A part le DAX et l’AEX hollandais, les autres places européennes principales ont terminé dans le rouge. C’est donc sans surprise que le STOXX50 a fini aussi en territoire négatif.

Les divers marchés et commodités US ont terminé l’année 2010 dans un positivisme (un gros +) étonnant.

Le positionnement sur les divers marchés des actions, pour les investisseurs européens (intégrant aussi le gain monétaire) offre des rendements positifs, voire très positifs. Ainsi le SMI qui a bouclé l’année 2010 sur une perte en CHF de 1.68%, offre pour un européen un gain plus important que le DAX. Les marchés nord américains ont ainsi fortement contribué au bon résultat des portefeuilles européens car ces derniers encaissent un gain sur le sous-jacent et un gain sur la monnaie.

En se plaçant de l’autre côté de la lorgnette, que s’est-il passé pour un investisseur suisse ? 

L’année 2010 fût éprouvante, car la force du CHF a atténué les gains sur les investissements effectués sur des devises étrangères, comme on peut le remarquer sur le graphique ci-dessous.

En résumé, il était très très très difficile pour un portefeuille dont la monnaie de référence est le CHF, d’offrir un rendement positif sauf en investissant dans le nasdaq et, comme nous le verrons après, sur de l’or ou de l’argent.

Comme personne n’investit 100% des ses avoirs dans un seul véhicule d’investissement, il était quasiment impossible d’avoir une performance positive pour un investisseur suisse, ou si peu.

Je résume: Si votre portefeuille, dont la performance est exprimée en CHF, obtient un rendement de 5% ou plus, vous pouvez féliciter votre gestionnaire (et si c’est vous le gestionnaire, vous pouvez vous congratuler avec une bonne bouteille de vin).

Le seul moyen d’obtenir un gros gain était l’or et …surtout l’argent ! Quant au pétrole avec +15%, si les produits jouant le brut à la hausse ont répliqué le gain, ce fût aussi un moyen d’avoir un rendement positif.

Quant aux rendements obligataires, ce n’est très certainement pas avec ces derniers qu’un portefeuille a pu produire un quelconque rendement, surtout avec des obligations, grecques, irlandaises etc..