Posts Tagged ‘euro’

Chiemgauer et 50 autres monnaies en Allemagne

Lundi, janvier 9th, 2012

La monnaie alternative allemande: Le Chiemgauer

c’est promis demain j’imprime du Crottagauer

Revue de presse du 30 décembre 2011

Vendredi, décembre 30th, 2011

Bonsoir à tous,

l’avant dernier billet de 2012 avant celui du 31 au soir.

Pour commencer les prévisions 2012 de notre suisse d’Asie, j’ai nommé Marc Faber

Antal Fekete (qui prône le retour à l’étalon or et n’est pas keynésien pour un sous)

Interview de Egon von Greyerz (qui voit l’or bien plus haut en 2012)

http://goldswitzerland.com/index.php/king-world-news-interview-egon-von-greyerz-29-dec-2201/

Le livret A, le piège à c…

Les japonais proposent un retour à un nouvel Ecu.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0201817128174-nomura-prone-la-creation-d-un-nouvel-ecu-en-cas-d-eclatement-de-la-zone-euro-269188.php

Jacques Sapir, il faut dissoudre la zone euro


L’or n’a pas fait que des heureux en 2012

La liste des 50 établissements qui possèdent le plus de dette française

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20111228trib000674133/la-liste-des-50-etablissements-qui-possedent-le-plus-de-dette-francaise.html#xtor=EPR-2-[Lactu+du+jour]-20111229

Révélations de M.Asselineau , les allemands veulent sortir de l’euro depuis 2010

Les OPA’s sont à un plus bas niveau (normal les OPA’s c’est surtout un affaire d’humeur (mood en angais))

http://www.bloomberg.com/news/2011-12-29/takeovers-slump-to-lowest-in-year-as-debt-crisis-saps-confidence.html

 

Euro la revanche des francs-tireuers

http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2011/09/17/01006-20110917ARTFIG00582-euro-la-revanche-des-francs-tireurs.php

Philippe Villin est convaincu que la BCE n’achètera pas massivement de dettes souveraines: Article-Philippe-VILLIN-2

Vidéos du jour: Jacques Sapir (2010) et Jean Tulard (2011)

Mardi, novembre 22nd, 2011

Jacques Sapir en décembre 2010 (bien vu !), on va donc voir ce que va faire l’Allemagne car tout ce qui s’est déroulé en 2011 avait été bien analysé par M.Sapir.

et Jean Tulard en novembre 2011 (j’adore le terme « crétins »). NB: ses étudiants dans leurs appartements place Vendôme…un peu contradictoire: Il aurait dû dire: mes étudiants dans leur ferme du Cantal….

Les taux français et l’étau se resserre sur la France.

Mercredi, novembre 16th, 2011

Loin de moi de faire une fixation sur nos voisins français, mais ce que je vois depuis quelques semaines commence à fort m’inquiéter.

Tout d’abord, les taux d’intérêt que doit servir la France montent de plus en plus vite (bien qu’encore loin de l’Italie et de l’Espagne entre autres)

Les taux à 5 ans

Les taux à 10 ans

L’écart se creuse de manière importante avec l’Allemagne, qui voit de son côté ses taux baisser, ce qui augmente de manière importante le fameux « spread » de taux

Les Taux allemands à 5 ans et 10 ans

Il semble désormais évident que le marché est en train de mettre la France devant le fait qu’elle ne mérite pas son triple A et que les mesures qui doivent être prises pour réduire le déficit passent surtout par réduire le train de vie de l’Etat.

merci à « mix et remix » pour son humour :http://www.1erdegre.ch/blog/

J’ai lu que lorsqu’on était malade dans le privé en France, il y a un délai de carence (durant lequel le malade n’est pas payé) de trois jours et que l’idée est de la faire passer à quatre jours. Pour les fonctionnaires, ce n’est qu’un jour.

Arrêts maladie Fonctionnaires et secteur privé unis dans l’effort Il me semblait qu’il fallait montrer l’exemple ! Unis dans l’effort mais surtout celui des autres…..

J’ajoute, mais cela est déjà connu, que plus de la moitié du PIB français est composé par l’Etat lui-même. Un point de non retour  ?

Je ne le sais pas et ne connais pas assez bien le système de la France. Ce que je constate, par contre, c’est que le marché (cette fameuse main invisible) montre des signes très clair sur sa vision de l’état des finances de l’Etat français.

Un autre indice important: les CDS sur la France

Il est clairement indiqué que pour s’assurer du risque « France », il va falloir payer plus.

Comme je l’ai déjà écrit: « Soit des pays sortent de la zone Euro, soit des pays sortent de la zone Euro », à vous de voir.

Certaines rumeurs (d’une personne crédible puisqu’il s’agit de Pippa Malmgren et son article http://pippamalmgren.com/79.html) annonce que l’Allemagne se prépare à quitter le paquebot zone euro et imprimerait des Marks

Il circule aussi une rumeur de deux euros différents (je vous en avais déjà fait allusion avc mon idée d’eurostrong et d’euroweak en 2010 http://blog.crottaz-finance.ch/?p=5899 ) ou de deux zones, une comprenant les « nordistes » y compris des pays n’ayant pas l’euro comme monnaie (Suède, Norvège, Finlande Allemagne, Hollande et…la Suisse) et les sudistes (les autres pays non cités).

Quoiqu’il en soit, l’hiver sera chaud.

 

Un pas en avant, un pas en arrière, le tango des politiques et la compétitivité

Dimanche, novembre 6th, 2011

Après le pseudo referendum grec, voici qu’on met une pression énorme pour empêcher les dévaluations monétaires compétitives:

On peut lire dans le communiqué du G20: « We affirm our commitment to refrain from competitive devaluation of currencies » et on peut lire dans le communiqué du FSB : FSB announces its new Chairman and Vice-Chairman

The FSB announced the appointment of Mark Carney as its new Chairman, succeeding Mario Draghi, and Philipp Hildebrand as Vice-Chairman, both as of 4 November. (http://www.snb.ch/fr/mmr/reference/pre_20111104_1/source/pre_20111104_1.fr.pdf%20)

De cette dernière annonce, on note que Philippe Hildebrand (de la BNS) est nommé « vice-chairman »  du FSB ( http://www.financialstabilityboard.org/ à ne pas confondre avec le EFSF: http://www.efsf.europa.eu/about/index.htm ) et on peut lire sur le site de la BNS la déclaration de M. Hildebrand au sujet de sa nomination: http://www.snb.ch/fr/mmr/reference/pre_20111104_2/source/pre_20111104_2.fr.pdf

De plus, ce week-end on peut lire dans les journaux:

« La Banque nationale suisse (BNS) est prête à agir à nouveau sur le marché des devises pour affaiblir le franc, deux mois après sa première intervention. Pour son président, Philippe Hildebrand, la monnaie helvétique reste surévaluée et que la BNS pourrait à nouveau intervenir pour affaiblir le CHF »

La BNS prête à de nouvelles mesures pour affaiblir le franc

On constate donc toutes les contradictions de ce monde. Il faudrait savoir ! Dévaluation compétitive ou non ?

M.Hildebrand joue dans quelle équipe ? L’a-t-on nommé pour le museler ? Sera-t-il aussi libre au volant de la BNS désormais ? Ou s’attache-ton les services de celui que certians considèrent comme le meilleur « banquier » du monde ?

Il est ainsi fort probable que la BNS intervienne à nouveau (seule, comme la dernière fois) pour affaiblir le CHF. Un plancher de 1,30 contre euro n’est donc pas impossible. Les syndicats suisse réclament même 1,40 .

Suite au G20 et FSB, Jean-Pierre Chevallier nous livre un graphique du levier des banques dans le monde.

lien de son article: http://www.jpchevallier.com/article-leverage-des-banques-systemiques-88064196.html

Monsieur Chevallier constate aussi la classe de la BNS et M.Hildebrand: http://www.jpchevallier.com/article-bns-bravo-les-artistes-87651264.html et affirme que la BNS va s’enrichir quoiqu’il arrive: http://www.jpchevallier.com/article-bns-franc-et-87259565.html

Ce avec quoi je suis en désaccord, car au moment où il va falloir défendre un plancher, la BNS va devoir se mettre en position acheteuse d’euros et là, nous allons voir ce que nous allons voir ! La guerre des dévaluations compétitives va reprendre ?

On comprend dès lors pourquoi Nicolas, Barak et les autres mettent une pression démoniaque sur la Suisse en attaquant ce « soi-disant » paradis fiscal (alors que l’OCDE constate les efforts de cette même Helvétie). Philippe Barraud exprime se que ressent une grande partie des suisses qui se sentent lachés et peu défendus: http://www.commentaires.com/suisse/m-sarkozy-nous-ne-voulons-pas-dun-gauleiter

Nicolas ferait mieux de se demander pourquoi autant de contribuables partent, pourquoi en Grèce il y a plus de Porsche que de contribuables déclarant plus de 50’000 euros de revenus (ici: http://blogs.telegraph.co.uk/finance/ianmcowie/100012894/fast-cars-and-loose-fiscal-morals-there-are-more-porsches-in-greece-than-taxpayers-declaring-50000-euro-incomes/ ) et d’attaquer les vrais paradis fiscaux: notamment d’autres pays comme le Royaume-Uni avec les Trusts anglo-saxons ( Le trust, rival gagnant du secret bancaire ) et aux Etats-Unis avec le Delaware.

La maxime du jour: « Il est plus facile de voir la paille dans l’oeil du voisin et que la poutre dans le sien »

 

 

Georges Papandreou redonnerait-il enfin du pouvoir au peuple (souverain) ?

Mercredi, novembre 2nd, 2011

Ce matin, je ne désire pas vous parler finance pure, mais d’un point de vue concernant les événements qui se déroulent sous nos yeux ébahis et qui sont sujets à critique(s) de toute part.

J’entendais encore ce matin, à la radio, les indignés qui manifestent et accablent la finance et les banquiers de tous les maux (et mots !). Ces mêmes financiers seraient les responsables de tout ce qui arrive.

A mon humble avis cela est bien plus complexe. Comme l’être humain a la mémoire très courte et que sa vision n’excède pas quelques mois, il est peut-être important de re-situer les choses et les événements.

Tout d’abord, les financiers ne peuvent agir comme bon leur semble. Ils suivent des procédures, des lois sous peine de sanctions.

Qui donne donc du pouvoir aux banquiers ? La réponse est bien simple: Les politiques.

La faute serait donc à reporter sur le monde politique mondial qui n’a eu de cesse d’octroyer des pouvoirs aux financiers. Trop simpliste et trop facile !

Oui les politiques ont commis des erreurs (comme, par exemple, Bill Clinton qui a autorisé les banques a devenir des banques d’affaires (abandon du Glass Steagal act)) ou Nixon qui a abandonné l’étalon or, etc.)), mais pour qu’ils commettent des erreurs, il fallait bien leur octroyer le pouvoir, le droit, la légitimité de le faire.

La faute serait donc au peuple dès lors.

Ce dernier aurait simplement oublié qu’en élisant des personnes à la tête des états, chambres etc., il se dessaisit d’une bonne partie de prérogatives et principes d’autodétermination.

Si je résume ce que j’ai rédigé ci-avant.

Les peuples se sont mis eux-mêmes dans la panade, en délaissant leurs propres valeurs dans les mains d’autres personnes. Pourquoi est-ce arrivé ainsi ?

Parce que les gens se moquent de la politique (il suffit de voir les taux d’abstention aux différentes votations), qu’ils préfèrent vivre avec des gouvernants qui font des promesses (qui ne seront jamais tenues !), qu’ils préfèrent croire que les dirigeants pensent au peuple avant eux-mêmes (illusoire) et qu’il est plus facile de vivre dans le déni que d’affronter la réalité. C’est le principe de la méthode Coué. Je vais bien, tout va bien. Les belles promesses rendent les fous joyeux.

Les indignés se sont bâillonnés tout seuls.

Ainsi à la suite des ces décennies d’abandon de parole et d’actes aux dirigeants, les gens se révoltent. Même les petits patrons – que certains employés critiquent, mais dont ils n’aimeraient pas la situation – en ont assez de se heurter à des problèmes administratifs, de payer des charges qui vont grossir le budget de l’Etat dépensier. La révolte gronde aussi chez eux.

Hier M.Papendreou a mis une grosse claque à la zone euro en déclarant vouloir un référendum: Grèce-Europe questions existentielles et cela enchante les hollandais (entre autres): Dutch govt wins time on euro bailout deal

Enfin un homme politique qui accepte de laisser le choix au peuple !  J’applaudis ! Je rappelle que le peuple est souverain !  (sauf si Papandreou abandonne le navire…de peur, mais je n’ose y croire)

ndlr: En Suisse, notre démocratie indirecte est très puissante et permet au peuple de se déterminer, ce qui n’est pas le cas dans bien des pays qui nous entourent.

Les dirigeants de la zone euro ne veulent pas voir que le peuple ne croit plus aux promesses.  Les dirigeants de la zone euro se comportent actuellement comme le « Soviet Suprême » en adaptant l’homme à leur politique et non leur politique à l’homme (NB: Ceci est une référence historique et non un débat politique)

Cette zone euro ressemble aujourd’hui à une marche forcée.

Parfois une minorité peut faire changer le monde.

Comment expliquer autrement que la Grèce, qui ne compte que 10 millions d’habitants, arrive à déstabiliser un édifice de 300 millions d’européens ?

Redonnons à l’homme sa fierté, son envie de travailler, le respect de lui-même. Trop longtemps les gens se sont laissés abrutir par des discours et des promesses.  Il est tant de se mettre au travail.

Quant aux indignés qui cassent tout et veulent continuer à percevoir les tantièmes de l’Etat providence, on ne peut pas les considérer comme la majorité.

Il me semble que la majorité est prête à se mettre à travailler, trouver des solutions (douloureuse) et ne plus laisser – dans les mains des quelques uns-  la destinée de leur pays.

Un jour peut-être, les européens diront: « Merci Papandreou » car il aura fait sauter le verrou de la zone euro, dans laquelle on entrait sans jamais pouvoir ressortir.

Relisez cet article d’Olivier Berruyer: http://www.les-crises.fr/bfm-6/ et la vidéo.

Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre: Le Prisonnier(1967): http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Prisonnier

Vidéo: Nigel Farage – La politique folle des Etats Unis d’Europe

Vendredi, octobre 14th, 2011

Nigel Farage explique pourquoi les slovaques ont voté OUI après avoir voté NON et ce que veut créer M.Barroso et les politiques.

Combien avez-vous dit ? 2500 milles millions de milliards ? hein ?

Jeudi, octobre 13th, 2011

L’UE pourrait porter la force de frappe du FESF à jusqu’à 2.500 mds euros

Cela me rappelle la fameuse intervention d’Henri Krasucki

Je n’arrive même plus à imaginer ce que ces 2500 milliards représentent, sachant que le niveau de vie mensuel c’est…

Les politiques ont des arguments …désarmants

D’après la vidéo ci-dessous, la baguette de pain a passé de 1 FRF à 6,56 FRF en dix ans c’est normal….juste entre nous c’est une inflation de..20.7% annuelle. Plus sérieusement la baguette valait 1,25 FRF en 1981 et avec l’inflation elle devrait être aujourd’hui à 3,19 FRF, soit 0.49 euro. C’est donc aujourd’hui une baguette au double du prix (inflaté) qui est vendue.

L’inflation c’est bon ou ce n’est pas bon ? Faudrait savoir ! Je crois que les principes de bases de l’économie sont légérement baffoués. On mélange tout. Une dette en euros, une inflation en FRF. enfin ce n’est pas si grave, le but du débat était peut-être de montrer que cela devient de plus en plus absurde et que même les intervenants n’y comprennent plus rien. J’ajoute naïvement que la dette n’est pas remboursée par l’impôt.

Ddepuis 1974 aucun budget à l’équilibre en Franc et une augmentation de la dette pour payer les intérêts et les promesses des gouvernements successifs.

NB (je ne voulais pas écrire PS…): merci d’intervenir en commentaires économiques et non politiques sur ce blog. Il existe d’autres endroit plus appropriés pour les délires partisans

Audio/Vidéo: le test de la limite

Mercredi, octobre 5th, 2011

Sur la Radio Suisse Romande ce matin:

En septembre 2011, la Banque Nationale Suisse (BNS) prenait la décision historique de fixer un taux plancher de 1 franc 20 pour un euro. La décision est risquée. Certains analystes prédisent notamment que les hedge funds vont tester cette limite et tenter de faire sauter ce plancher. L’interview de Michel Dominicé, gérant d’un hedge fund à Genève

A retenir: Crédibilité, pas de temps d’agir pour la BNS en cas de problème de la zone euro, la Suisse s’en remet à la zone Euro, la taxe « Tobin » une très mauvaise idée, les taxe doivent frapper équitablement l’économie, les banques françaises inquiètent, l’effet domino.

le-journal-du-matin_20111005_standard_1er-developpement_09b6784f-5b2f-439b-906f-b729b5785718-128k

 

Je suis d’accord avec ce qui est dit (et je l’ai écrit sans être gérant de Hedge Funds), la limite EUR/CHF va être testée par le marché et encore plus si la BNS ose monter le plancher au dessus des 1.20 CHF pour 1 EUR.

BNS today, 100 milliards de pertes

Mardi, octobre 4th, 2011

Quand je vous écrivais que la BNS devra rendre des comptes: http://blog.crottaz-finance.ch/?p=8051

Voici une analyse de Monsieur Chevallier: http://chevallier.biz/2011/10/bns-100-milliards-de-francs-de-pertes/ qui conforte encore mieux ma prise de position: « Un jour noir pour la Suisse. »

100 milliards de pertes ! 13’000 francs par suisse (y.c. nos chères têtes blondes), on a tapé dans les réserves !

Comme l’écrit Monsieur Chevallier, il n’y a que peu de solutions. Soit on essaie de devenir aussi un mauvais élève par crainte de sa propre force (C’est évidemment le choix le plus facile) soit un assume sa différence et ON SE BAT.

Le monde dans lequel nous vivons est un monde « du nivellement par le bas ». Je pense que nos aïeux doivent de retourner dans leurs tombes, eux qui économisaient et connaissaient la valeur de l’argent.

« Et maintenant que vais je faire ? de tous ces euros  ? qui m’indiffèrent ! »

Vidéos: Le Grèce doit elle-sortir de l’euro ? (ou d’autres)

Jeudi, septembre 22nd, 2011

Voici quelques émissions récentes sur le sujet:

François Asselineau invité de Nicolas Doze sur… par UPR-TV


Crise: et maintenant la panique? – Ce soir (ou… par MinuitMoinsUne


Des entreprises fuient les banques françaises par BFMTV


Mots croisés – Faut-il sortir de l’euro par evildead208

Jacques Attali qui dit que l’Union Européenne n’a pas de dettes (à la minute 7 (lien ci-dessosu)) en disant que les pays européens sont endettés, mais pas l’Union Européenne. Il prône les euro-obligations, etc.

http://www.itele.fr/emissions/magazine/les-cles-de-leco/video/14718

et il avoue que le traité de Maastricht n’a pas inclu une sortie d’un pays et il a l’air de trouver cela sympathique ( M. Asselineau dit lui que c’est prévu)


Jacques Attali à propos du Traité de Maastricht… par UPR-TV

La Grèce en défaut ce week-end ?

Vendredi, septembre 9th, 2011

Réunion du G7: La priorité pour l’Europe est la réduction des dettes, dit Rehn

Le départ de Stark (tension au sein de la Banque Centrale Européenne): ecb stark steps down et Le chef économiste de la BCE démissionne, les Bourses plongent

Zero Hedge pense que la Grèce va faire défaut ce week-end (les CDS allemands sont devenus plus chers que ceux de l’Angleterre désormais, les actions bancaires se cassent la figure (Société Générale -8.2% à l’instant)): Market Chatter Of Greek Default Over The Weekend.

On ne sait plus que faire, alors on bouge les marges sur l’or: CME Hiked Cleared OTC London Gold Forward Margin By 40 pct Yesterday

En cadeau les taux grecs à une année, je sais c’est complétement fou ! (plus de 97% annuel sur un an !)

 

La BNS renoue instantanément avec les bénéfices

Vendredi, septembre 9th, 2011

C’est ce que nous dit le Blick: Nationalbank macht schon wieder Gewinn

Car d’après l’article, la BNS a gagné 20 milliards de CHF (dont 10 sur la hausse du cours de l’or), a acheté des euros à 1.12, qu’elle possède aussi des réserves dans d’autres devises (USD), de l’or et que par la baisse du franc suisse, les réserves de devises sont montées (189 milliards).

Soit, j’en prends acte, c’est dès lors génial cette stratégie. C’est limite du délit d’initié (ou Front Running). On achète lourdement des euros à 1.12 et on lance une O.P.A. sur l’euro à 1.2.

Je suis aussi d’accord qu’une hausse soit « comptablement parlant » enregistrée sur quelques jours, mais qu’en est-il des euros acheté à 1.43 et 1.40 ? Ah oui j’oubliais! On remet les compteurs à zéro tous les trimestres. On agit comme les sociétés cotées en bourse avec un trimestre bénéficiaire à 10 millions – qu’on applaudit – oubliant au passage les 10 trimestres déficitaires à 100 millions.

Revenons à notre mouton BNS (qui ne se laissera pas tondre)

J’ai été catastrophé par la fixation du plancher à 1.2 pour les raisons que j’ai évoquées ici: « La BNS devra rendre des comptes » . Mais je ne suis pas aussi borné que cela et je vais essayer de prendre du recul.

  • Certains pensent que la BNS fait une très bonne affaire en achetant de l’euro et de le placer dans des obligations allemandes et françaises (car pour mémoire le Portugal, l’Irlande ne figurent plus sur la liste des investissements recommandés). L’article: SNB kauft nur deutsche und französische Anleihen. Si Je comprends bien cet article, on achète une dette qui est de meilleur qualité en pensant que malgré le fait que l’émetteur soient lourdement engagé sur la mauvaise qualité, cela n’aura pas d’impact. Personne n’envisage d’effet domino? Tiens cela me rappelle le subprime ou l’exemple pris par Konrad Hummler qui parlait de mélanger les qualités de saucisses médiocres avec la bonne saucisses de Saint-Gall en espérant avoir une bonne saucisse en finalité.
  • D’autres pensent que la BNS a agit avec grande intelligence et qu’elle est en train de revendre les euros qu’elle a acheté. L’idée est que le prix moyen des euros à 1,43, puis 1,40, puis, puis..on obtient un cours d’achat moyen à 1.2 et que la BNS est en train de vendre pour s’en sortir. Elle annoncera par la suite ne plus soutenir le plancher. Cela relève plus de la stratégie d’un trader plutôt que celle d’une banque centrale, j’ai de la peine à y croire.
  • D’autres encore pensent que c’est pure folie: Unlimited Spelled Backwards Is Zimbabwe et que la BNS va devoir dépenser 200 milliards: Swiss May Spend 200 Billion Euros on Peg, BMO Says (alors que nous ne détenons que 1040 tonnes d’or soit 55 milliards de CHF) ou que c’est suicidaire: swiss-move

L’avenir nous dira donc si c’est un coup de génie, un coup monté ou un coup pour se faire démonter.

Je me demande de plus en plus s’il ne faut pas acheter du dollar…..mais là aussi je doute.

 

La BNS intervient ce matin

Mardi, septembre 6th, 2011

et annonce qu’il fixe un plancher sur l’euro à 1,20 CHF. Je trouve cette décision incroyablement inquiétante!

Je m’exprimerai dans un prochain article, comme je l’ai fait précédemment, ici: http://blog.crottaz-finance.ch/?p=7901

La BNS ne pourra pas soutenir cette parité éternellement, j’en met ma main au feu !

ZURICH, Sept 6 (Reuters) – The Swiss National Bank said on Tuesday it would
set a minimum exchange rate target of 1.20 francs to the euro and would enforce
it by buying foreign currency in unlimited quantities.

« With immediate effect, it will no longer tolerate a EUR/CHF exchange rate
below the minimum rate of CHF 1.20. The SNB will enforce this minimum rate with
the utmost determination and is prepared to buy foreign currency in unlimited
quantities, » it said in a brief statement.

The franc has soared against the euro  and the dollar
in recent months and nearly touched parity with the common currency on Aug. 9,
as investors anxious about debts in the euro zone and slowing global growth
sought a safe haven.

To cushion the economy from a downturn as the strong franc hurts exports, the
SNB cut an already low interest rate target to nil on Aug. 3. It is also
boosting the amount of liquidity in the banking system, and it had threatened
further measures.

L’Euro à 1.1 contre CHF et alors ?

Vendredi, août 12th, 2011

Plusieurs personnes m’ont félicité de ma prévision de cours de change à 1.1 pour l’euro contre le CHF (prononcée alors que le cours était de 1.45 – 1.5). Et Maintenant ?

Il est temps de fournir quelques détails, explications, articles, graphiques etc. avant de poursuivre.

Tout d’abord le graphique de l’euro contre CHF (source Reuters):

et 2 derniers jours (nouvelle intervention dès ce matin ?)

La BNS n’a pas fait de commentaire sur une possible intervention. Le Franc suisse c’est déprécié fortement contre toutes les monnaies du monde ces derniers jours après avoir touché la parité contre euro. Je crois grandement qu’une intervention de la BNS a été orchestrée.

A mon avis, l’espoir (ou la volonté non affichée) semble être: Parvenir à faire remonter l’euro vers 1,2 et ensuite d’annoncer son arrimage à la monnaie unique.

C’est possible à réaliser, mais…

  1. Tout d’abord, il faudra acheter massivement de l’euro (ou vendre massivement du franc suisse) afin d’obtenir le cours désiré.
  2. Il faut ensuite faire une annonce (un décret ? une loi ? appelez cela comme vous voulez qui fixe la parité euro/chf à 1,20
  3. Il faut défendre cette parité coûte que coûte. Cela signifie simplement acheter de l’euro dès qu’il est à 1.1990 et vendre de l’euro dès qu’il est à 1,2010, ceci en permanence
  4. Il faut donc avoir un interventionnisme permanent sur la paire de devises et cela aura un coût énorme à terme. Cette stratégie n’est pas viable à long terme et l’Argentine (en arrimant son Pesos au USD) en avait fait l’amère expérience

J’ai des propositions beaucoup plus décalées pour affaiblir le CHF

  1. Augmenter l’endettement de la Suisse au même niveau que les pays européens et américain….soit 100% du PIB (en résumé ne plus être le moins mauvais (ou le meilleur selon la perception que l’on affiche de la dette suisse))
  2. Instaurer des taux d’intérêts négatifs (la plus plausible) sur les comptes courants (pour les non-résidents). Problème de taille, le cash CHF se déplacera probablement sur les obligations qui- à force d’être achetées - offriront finalement un rendement négatif (hausse du cours des obligations), puis le cash ira sur les actions suisses (dont certaines possèdent des P/E de 4 et des rendements au dividende de 3-4% annuels. Nestlé par exemple ou Kudelski, pour autant que les bénéfices restent stables) ou sur de l’immobilier.
  3. Laisser UBS ou Credit Suisse faire faillite (intérêt national de les maintenir en vie sinon la Suisse est à genoux. UBS + CS = 7x le PIB suisse), ce qui fera s’écrouler le CHF (pas souhaitable du tout !)
  4. Acheter massivement de l’euro ou du USD (je parle de milliers de milliards) en espérant que cela aura un impact. De toute manière les comptes de la BNS seront  dans le rouge et la BNS imprimera de la monnaie de singe aussi (c’est ce qui arrive). Problème, cet afflux de liquidité va provoquer un problème d’inflation en Suisse par la suite.
  5. Adhérer à l’EU…..(eu…là je crois qu’aujourd’hui le peuple voterait massivement contre..)

En tout cas, c’est silence radio de la part du gouvernement et de la BNS (d’ailleurs je ferait de même si j’étais à leurs places)

Je vous livre quelques articles:

l’euro dépasse brièvement 1-09 franc (suite à l’intervention, on verra cela dans les comptes de la BNS)

La BNS prend de nouvelles mesures pour enrayer le franc fort

La Suisse doit-elle plus investir pour s’en sortir

Alors que faire me direz vous ?

Etant donné la forte volatilité de la monnaie à cause d’interventions, je ne prendrais pas de position actuellement en CHF pour des investisseurs qui n’en détiennent pas car il se peut que le CHF s’affaiblisse encore.

Pour ceux qui sont déjà investis, je garderai la position.

A court terme, la chute de l’euro était terminale (tout le monde en parle, les journaux), mais je ne vois pas ce qui a changé en quelques jours dans les économies mondiales. A court terrme l’euro peut remonter assez fort. On va voir ce qui va se passer à plus long terme.

Malheureusement (ou heureusement) la Suisse est un petit pays, maniable et flexible, mais il n’a pas la capacité de contrer avec sa BNS les flux de capitaux mondiaux.

Si les chinois, américains, européens veulent acheter du CHF (ou plutôt vendre leurs monnaies respectives), la seule possibilité offerte à la Suisse sera de les décourager et non de lutter contre cet afflux de capitaux.

 

 

Zone euro: Reculer pour mieux sauter ?

Vendredi, juillet 22nd, 2011

La grande décision prise par la gouvernance de la zone euro hier s’est voulue résolument forte. La tactique a été de surprendre les marchés par l’ampleur des mesures et la taille financière des aides aux pays en difficulté.

Un plan de 158 milliards d’euros pour sauver la Grèce


Aide à la Grèce : accord de la zone euro par BFMTV

Je ne vais pas m’attarder sur les chiffres, ni sur les théories financières, ce coup là je vais simplement rester pragmatique.

Voici les taux des pays en difficulté après l’annonce de ce enième plan.

et les pays dits « sauveurs »

Que constate-t-on ? Les taux des pays dits PIIGS, faibles, en faillite baissent (quelque peu) alors que les pays dits solides montent.

Le marché réajuste un peu les taux. On voit qui va payer.

Pour mémoire, le premier plan avait été annoncé avec fracas à 700 milliards pour impressionner. Il a été épuisé rapidement ! Il en sera certainement de même.

Car même si les gouvernants annoncent fièrement que les durées des prêts sont allongées, que les taux des prêts sont revus à la baisse et que les agences de notation n’ont aucune légitimité, Il faudra bien REMBOURSER !

Comment un petit pays de la zone euro (2.4% environ) peut-il mettre une pagaille pareille ?

En ce qui me concerne, cela ne change absolument pas ma vision de ce qui va arriver, simplement cela arrivera un peu plus tard et certainement plus fort.

Altius, Citius Fortius (et ce sont les grec qui l’ont inventé !): http://fr.wikipedia.org/wiki/Devise_olympique

L’idée c’est de passer un bel été.

 

 

Vidéo: Le franc suisse fort inquiète

Mercredi, juillet 13th, 2011

Un peu tout le monde…

D’abord l’Italie qui détient sa dette elle-même.

Les frontaliers payés en euros.

S’assurer contre les fluctuations (entre nous 4a coûte l’assurance, il ne faut pas croire que c’est gratuit et il faut des grosses sommes (entreprises))

et les valaisans peuvent boire plus

La mort du dollar…..

Lundi, avril 18th, 2011

C’est l’idée derrière le livre de Myret Zaki.

Le dollar va mourir, vive l’euro

Je ne fais pas de publicité pour ce livre dont je trouve le titre très racoleur.

Discussion au sujet de cet ouvrage sur la Radio Suisse Romande: forum_20110414_standard_developpement-9_0ad906da-d5f4-4a14-b24b-4db3ac766005-128k

Je veux bien que les USA soient dans la panade (je l’ai écrit plusieurs fois déjà), que les Etats américains soient dans la panade (idem) et que les municipalités soient en difficultés (idem bis), mais c’est comme voir la paille dans l’oeil du voisin, mais pas la poutre dans le sien.

Cette dame dit que l’Europe va mieux.

C’est faux et le banquier de Bordier le relève très bien.

Elle dit aussi que ce sont les hedge funds qui sont responsable de la chute de l’euro. Je n’y crois pas. Ils peuvent initier un mouvement, mais très certainement pas décider de la tendance. On l’a bien vu avec la BNS qui a acheté plus de 100 milliards d’euros et n’a pas réussi à faire remonter la monnaie européenne.

Elle écrit aussi dans son livre que si la Grèce fait faillite ce n’est rien, tout au plus comme si un petit canton suisse faisait défaut. Elle occulte tous les pays de la zone euro et le calendrier colossal des emprunts dont le prochain: L’Espagne.

Il existe une similitude entre les USA et l’Europe: Les achats par les banques centrales de dettes pourries.

Il existe de grandes différences entre les USA et l’Europe:

Aux USA on parle la même langue, on mange la même chose, ce qui n’est de toute évidence pas la cas en Europe, d’où une grande différence de mentalité, entre autres. Le poids de la finance est très différent dans l’économie (beaucoup plus lourd en Europe, je ne tiens pas compte des dérivés)

Techniquement, aujourd’hui, les bulls sur le dollar index ne sont plus que 7%.

La sortie de ce livre (pour un contrariant) serait-elle annonciatrice et correspond-elle à d’un jet de l’éponge des positifs sur le dollar ? Cela nous donnerait un rebond du dollar.

Quant à dire que les BRICs vont prendre le relais et qu’un panier de monnaies fortes va être créé, là je souris devant tant de naïveté (et mon article sur le Braise-île – montrant que tout est monté à crédit - le prouve bien) et avancé que le franc suisse c’est comme de l’or……là je doute fort.

Des monnaies fortes vous avez dit ?

Les monnaies sont toutes faibles.

Elles ont toutes perdu leur pouvoir d’achat dans le temps, sans AUCUNE exception et je vous encourage à relire mes articles:

Laquelle choisir ?

Suisse: Quel est le lien entre chômage et cours de change suite 2 ?

Lundi, janvier 31st, 2011

En addition du mon article de ce matin, voici la corrélation entre les deux objets susmentionnés

Pour qu’une corrélation soit confirmée, il faut que le R2 (R carré) affiche la valeur de 0,8 ou plus. Nous en sommes très très très loin.

Donc je confirme: aucune corrélation (mathématiquement prouvé)

Suisse: Quel est le lien entre chômage et cours de change ?

Lundi, janvier 31st, 2011

Le syndicat suisse Unia demande une intervention contre la hausse du Franc suisse: unia exige une intevention contre le franc fort, Il y a 6 mois, elle tirait déjà la sonnette d’alarme: http://blog.crottaz-finance.ch/?p=4964

Je me suis mis en tête de produire un graphique qui montre l’évolution du chômage et de cours de change du franc suisse contre euro.

Malheureusement pour le syndicat Unia, il  n’y a aucune preuve de corrélation  entre une chute de l’euro (ou hausse du franc suisse) et l’impact sur le taux de chômage en Suisse. J’ai même essayé de décaler le chômage de 6 mois, mais rien à se mettre sous la dent.

La situation sur le marché de l’emploi en Suisse: seco_am_dezember_10_fr[1]

Unia parle de 100’000 emplois en danger.

Actuellement les chômeurs se répartissent ainsi:

Tout d’abord je tiens à faire une remarque d’importance, le chômage en Suisse est calculé sur une base de population de l’an 2000 (oui vous avez bien lu !).

Cela signifie que le taux de chômage est bien plus bas que ce que nous annoncent les autorités. Il est par contre vrai que, structurellement parlant, la Suisse n’est pas armée pour affronter des taux de chômage avoisinant les taux européens.

Aujourd’hui la croissance suisse est excellente, les exportations vont bien, le chômage est bas, etc.

Et les suisses se plaignent de la force du franc suisse.

Allez expliquer cela à un grec ou à un irlandais ! (Andreas Höfert dixit)