Posts Tagged ‘euro’

Que va faire la BNS ?

jeudi, juillet 1st, 2010

Le Franc Suisse s’envole:

Contre USD

Contre CAD

Conte Euro

Il semble qu’à nouveau la BNS essaie de contrer cette baisse en achetant encore des euros.

En ce qui me concerne, j’avais anticipé la chute de l’euro.

Je n’aurais par contre jamais imaginé que le franc suisse s’apprécierait si fortement contre les autres monnaies et surtout contre le USD (que je vois toujours remonter prochainement).

Il s’agit d’un mouvement de panique du marché et certainement que les banques centrales de tous pays achètent du bon franc suisse (ou vendent l’euro). Le CHF reste une valeur refuge par excellence et la monnaie d’un pays beaucoup moins endetté que ses voisins directs (la France, etc. sont 2,5x plus endettés que la Suisse)

La BNS semble empruntée , l’USS lui demande d’intervenir (l’euro touche un nouveau plancher – BNS priée d’intervenir) pour contrer cette hausse.

Ces syndicats pensent que la BNS peut faire quelque chose avec ses petits moyens financiers. Que Nenni, elle ne peut pas contrer le monde entier.

Par contre ce qui pourrait arriver est une prise de mesures rapides comme dans les années 70, en imposant des taux d’intérêts négatifs sur les comptes pour les non-résidents !

Dans mon délire je me suis imaginé que:

1) les gens seraient d’accord de payer pour avoir du franc suisse

2) les obligations 0%  (zéro coupon) coteront au dessus du pair… (c’est un petit délire de ma part que de voir un jour une obligation 0% 2012 à 104%)

3) les investisseurs étrangers vont alors investir dans des titres actions suisse en se disant que le dividende leur sera versé en guise rémunération. Cela offrira un soutien aux actions suisses.

4)  un « reverse dividend », à savoir que l’investisseur devra payer la société pour pouvoir détenir les titres en action…là je pousse un peu le bouchon, je vous l’accorde (autre délire de ma part)

5) la BNS allait vendre son or (1000 tonnes environ) pour acheter des euros…aie aie aie.

Et si de guerre lasse la BNS demandait à la suisse d’adhérer à la Zone Euro, cela lui enlèverait une sacrée épine du pied ?  Tout peux arriver en ce bas monde, mais je n’y crois pas un seul instant.

Citation: La qualité tiendra longtemps après que le coût ait été oublié. Henri Royce

La BNS impuissante ?

jeudi, mai 6th, 2010

Depuis quelques semaines le Franc Suisse-  qui s’était renforcé auparavant contre l’euro – semblait très fermement collé aux alentours de 1 euro =  1.43 Chf.

Alors que les monnaies se renforçaient contre l’Euro, le Franc suisse de son côté restant dans les rangs.

Je suppose que cela était dû à l’intervention de la BNS (Banque Nationale Suisse) qui, très certainement, achetait des Euros et vendait des Francs Suisses.

Pourquoi ?

Parce que la Zone euro est un partenaire important pour les échanges commerciaux transfrontaliers et que si leFranc Suisse venait à trop se raffermir, nos exportations en pâtiraient.

Sauf que…

La BNS n’a pas un pouvoir étendu au point de pouvoir régater durant des mois à ce rythme. Le fait d’acheter une monnaie qui subit une défiance internationale semble une hérésie.

J’ajoute que l’Asie peut être aussi une porte de sortie pour nos exportations, tout comme les USA dont la monnaie (et ce n’est pas faute de l’avoir dit à plusieurs reprise sur ce même blog: déjà en 2009 http://blog.crottaz-finance.ch/?p=2655) se renforce mondialement.

Pour mémoire mon article sur 30 ans d’EURO: http://blog.crottaz-finance.ch/?p=3809 et 200 ans de Franc Français : http://blog.crottaz-finance.ch/?p=3740 (l’horreur ces monnaies !) et je parlais en janvier du Carry Trade: http://blog.crottaz-finance.ch/?p=3703

Ce matin vers 10h00 le franc suisse s’est renforcé contre TOUTES LES MONNAIES.

la preuve en graphiques

La minute culturelle et patriotique du CHF (sans chauvinisme aucun de ma part)

L’ECU, puis l’EURO sur trente ans contre CHF

vendredi, février 26th, 2010

Les quotidiens, que nous lisons, font leur choux gras des problèmes budgétaires et monétaires. Mon blog en parle depuis déjà bien longtemps.

Permettez-moi de remettre en perspective l’évolution de l’EURO (anciennement ECU) contre notre franc suisse (CHF).

Au sujet de ce même Franc Suisse, j’avais produit, il y a peu, un graphique contre le Franc Français sur 200 ans, vous pouvez le retrouver ici ici: http://blog.crottaz-finance.ch/?p=3740

Selon Wikipedia, l’ECU (pour European Currency Unit) a été créée en 1979 en même temps que le Système monétaire européen (SME) dans le but de donner aux pays membres de la CEE une zone de stabilité monétaire en limitant les fluctuations des taux de change entre les pays membres.

Ce n’était pas une vraie monnaie, mais un panier de valeurs, et la valeur de l’ECU était mécaniquement plus stable que celle des monnaies qui le composent. La faiblesse éventuelle d’une monnaie du panier étant compensée par la force des autres monnaies. L’ECU a été utilisé comme unité de compte pour les institutions européennes et les banques centrales des pays membres, ainsi que comme monnaie de placement et d’endettement sur les marchés financiers. La livre anglaise en faisait partie.

L’ECU est devenu l’EURO, une monnaie bien réelle cette fois, le 1er janvier 1999 (sans la livre anglaise cette fois)

Voici, pour votre information, un graphique représentant l’évolution du cours de change de ces monnaies (ECU devenu EURO) contre notre cher franc suisse sur trente ans. Pas brillant…

 

En relatif, le franc suisse se comporte mieux, MAIS…

Dans notre système de change flottant (qui devrait être appelé change coulant, car la valeur réelle des monnaies chute tout le temps), les actifs renchérissent en permanence. Les monnaies perdent leurs pouvoirs d’achat durant leurs existences.

Si l’on se réfère à l’indice des prix à la consommation (source BNS), notre franc suisse a perdu près de la moitié de sa valeur (46.6%) au cours de ces trente dernières années et ceci malgré sa hausse face aux autres monnaies. Cela signifie que les autres monnaies se sont…ECROULEES !

Pourquoi une telle perte de valeur ? Parce que banquiers et politiciens, principaux bénéficiaires de ce système, en fabriquent trop. Le bon peuple ne s’en rend pas compte. Avec une inflation moyenne de 2 à 3% l’an, cette sorte d’impôt qui frappe tout le monde, insidieusement, passe complètement inaperçu.

Les pauvres sont les plus durement touchés par cette inflation. Ils ne peuvent s’en protéger, car ils n’ont pas la possibilité d’acheter des actifs qui ne dépérissent pas comme la monnaie fiduciaire. Que se passe-t-il alors ? La fracture sociale augmente et le clivage (terme adorée par Francis Lalanne) grandit chaque jour.

Depuis l’abandon de l’étalon or en septembre 1936, le franc suisse a perdu plus de 87% de son pouvoir d’achat (soit 2.9% par an en moyenne)…