Posts Tagged ‘défaut’

Le levier tuera tout le monde

Lundi, octobre 31st, 2011

Sur ce blog, je vous ai souvent dit: « REMBOURSEZ VOS DETTES » (car je vois la déflation)

D’ailleurs si un bouton (CF Olivier Delamarche) existait pour provoquer de l’inflation, cela se saurait.

Pour l’instant aucun succès des gouvernements de ce côté là !

Ce que je veux vous dire aujourd’hui, c’est que depuis une semaine et l’augmentation du fonds de soutien, rien n’a changé, voire c’est même pire !

Pourquoi pire ?

  1. On passe une perte de 50% de la dette grècque et tout le monde se réjouit
  2. On octroie une puissance de feu au fonds de 4 fois sa valeur (le fonds possède 250 milliards d’euros, soit (avec le levier) 1’000 milliards d’euros et on annonce 1’400 milliards de dollars)

et pourtant il me semblait que le levier avait

  1. fait sauter les bulles immobilières espagnole, américaines et anglaises (notamment) avec les subprimes
  2. mis les Etats dans tous leurs états (financiers…)
  3. ruiné beaucoup de monde durant les histoires de spéculations

 

Que va-t-il se passer en cas de défaut d’un pays plus grand que la Grèce (10 millions d’habitants) quand on voit se que ce pays engendre comme problème dans la zone euro. Le problème ce n’est pas l’euro, mais les dettes.

250 milliards d’euros mobilisables etc. voir la vidéo ci-dessous.

Par exemple, l’Italie a une dette de 1’800 milliards. Elle demandera 50% de « write off » et puis la suite ?

Olivier Berruyer (http://www.les-crises.fr/ ) a raison: Ceux qui prennent des risques doivent assumer et non pas demander d’être renfloué.

 

 

La Grèce en défaut ce week-end ?

Vendredi, septembre 9th, 2011

Réunion du G7: La priorité pour l’Europe est la réduction des dettes, dit Rehn

Le départ de Stark (tension au sein de la Banque Centrale Européenne): ecb stark steps down et Le chef économiste de la BCE démissionne, les Bourses plongent

Zero Hedge pense que la Grèce va faire défaut ce week-end (les CDS allemands sont devenus plus chers que ceux de l’Angleterre désormais, les actions bancaires se cassent la figure (Société Générale -8.2% à l’instant)): Market Chatter Of Greek Default Over The Weekend.

On ne sait plus que faire, alors on bouge les marges sur l’or: CME Hiked Cleared OTC London Gold Forward Margin By 40 pct Yesterday

En cadeau les taux grecs à une année, je sais c’est complétement fou ! (plus de 97% annuel sur un an !)

 

Certains Pays sont insolvables

Vendredi, avril 9th, 2010

Les politiques de relance pour faire face à la crise ont creusé les déficits budgétaires. Ces derniers sont, bien évidemment, financé par des dettes qui viennent s’ajouter à celles accumulées depuis des décennies. Les Etats ont vécus au-dessus de leur moyens durant toute cette période. Les marchés financiers testent désormais les Etats: les marches mettent l europe au defi de sauver la grece 

Le ratio de dette par rapport au PIB (PIB = Produit Intérieur Brut, soit la valeur totale de la production interne de biens et services dans un pays) approche ou dépasse les 100% dans de nombreux pays (maximum exigé de 60% dans les accords de Maastricht)

Les économistes et les politiques ne semblent pas trop s’en inquiéter et osent s’aventurer dans des pronostics de retour des hausses d’impôts et de croissance pour stabiliser la situation et renflouer les caisses (vides).

Au sujet des impôts, ils auront certainement raison car c’est le seul moyen (mauvais) que trouve les politiques pour se financer, plutôt que de bien vouloir réduire les trains de vie de l’Etat (très impopulaire et peu électoraliste). Au sujet de l’imposition, je vous renvoie à mon article au sujet de Monsieur Laffer: http://blog.crottaz-finance.ch/?p=2353

ils persistent alors dans ce qu’ils savent le mieux faire depuis la nuit des temps, des beaux discours et des promesses.

« Les belles promesses rendent les fous joyeux ».

Justement, de nombreuses promesses ont été faites dans le passé concernant la couverture santé et les retraites principalement. Ces promesses constituent la base même de nos Etats-providence, de moins en moins de ‘capitalisme’ et de plus en plus de ‘social’ ou de ‘socialisme’. C’est ce que la majorité des gens voulaient.

Le cas de notre voisin, la France, en constitue un bel exemple.

Par les taxes et les impôts, l’Etat prélève près de 50% des richesses produites annuellement. Le dernier budget en équilibre de l’Etat remonte à 1975.

Depuis 35 ans donc, il vit au dessus de ses moyens, finançant une partie des dépenses courantes (dont une bonne part est redistribuée) par l’émission de dette. Celle-ci représente 80% du PIB aujourd’hui et est amenée à dépasser les 100% prochainement, même en tenant compte des prévisions les plus optimistes. Lire aussi: le deficit le plus lourd de son histoire

Mais cette dette n’est que la partie visible de l’iceberg des engagements futurs. Tous les Etats sont dans la même situation.

Monsieur Woerth a même déclaré dernièrement à la télévision: « Aujourd’hui les retraites sont financées par l’emprunt, alors que dans nos prévisions cela ne devait pas arriver avant 2030« .

Pour un ex-ministre du budget, cet aveux est une honte. Ce qui m’étonne, c’est que finalement personne ne tique et ne bouge. Personne ne veut voir les choses en face. Il est toujours plus facile de se complaire dans l’ignorance ou le déni. 

Conclusion : il sera bientôt impossible à nos Etats-providence de faire face à leurs engagements.

Toutes ces promesses sont l’équivalent d’une chaîne ou pyramide de Ponzi (ou de Madoff). C’est un gigantesque jeu de l’avion organisé par les politiciens (de droite comme de gauche) depuis des décennies avec la bénédiction de la majorité des électeurs où la couverture santé et des retraites permettant de vivre n’auront pu profiter qu’à un nombre restreint de participants durant un certain laps de temps.

Comment va-t-on vivre la faillite des Etats-providence ou de très sévères coupes dans les dépenses et programmes sociaux ? Quelles vont en être les conséquences économiques, sociales et politiques ?

Si l’histoire doit nous servir de guide, ce n’est guère réjouissant…

Les Etats vont faire défaut les uns après les autres

Mardi, février 16th, 2010

Marc Faber dixit

 

Les journalistes n’en croient pas leurs oreilles. Pour l’instant la pensée unique continue de dire que les Etats ne peuvent pas faire défaut.

C’est FAUX ! archi-faux

La preuve que les Etats font faillite.

Rapport du FMI

Jeudi, avril 23rd, 2009

Le rapport du FMI qui vient de sortir (avril 09) est un pavé de 240 pages duquel j’ai tiré quelques graphiques.

Pour les insomniaques le document complet se trouve ici:rapport_fmi

Pour les autres, voici quelques graphiques qui laissent songeurs…..

Tout d’abord le principe de la contagion en cas de défaut d’un établissement (trigger = gachette)

trigger-bank

ensuite la vulnérabilité par pays

by-country

Puis si l’Angleterre fait défaut….(tiens c’est possible alors ?)

 

uk-failure

et pour terminer le lien entre les banques US

us-banks-linked

Ma conclusion: Le FMI se rend compte que l’effet domino (ou l’effet papillon) engendrera une crise et qu’il faut à tout prix que l’édifice tienne. Dans ce rapport le FMI ne prend que l’exemple de l’Angleterrre…

Pourquoi ????  Why ???? Warum ????

L’enfer des cartes de crédit (Credit Card Inferno)

Mercredi, mars 18th, 2009

En parallèle à la crise immobilière, crise des marchés actions, on trouve une crise qui pend au bout du nez des institutions, celle des cartes de crédit.

84307301

La preuve: American Express offre 300 dollars à certains clients pour qu’ils soldent leurs comptes de carte de crédit (c’est une incitation à déplacer la dette dans un autre établissement). Celui qui pratique de la sorte veut vraiment se débarasser de ce mauvais client: amex-pays-300-usd-for-client-leaving

Il semble, d’après la Réserve Fédérale, que le montant total des crédit des cartes de crédit que détiennent les américains est à un record de 951 milliards de USD en 2008. On imagine que cela augmente au fur et à mesure que les gens sombrent dans les problèmes. La monnaie plastique étant un moyen de survie (momentané !). Les débiteurs essaient de tenir le plus longtemps possible, mais cela ne peu durer indéfiniment.

Il est évident que tous les détenteurs de cartes de crédit ne sont pas des mauvais payeurs, mais il est évident que ceux qui l’utilisent pour vivre deviennent les mauvais payeurs de demain, surtout dans des cycles économiques vicieux comme actuellement. Ils utilisent leurs cartes pour se nourrir, se vêtir etc.

A la fin, ils se retrouvent à faire défaut:credit-card-defaults-hit-20-year-high et bac-amex-may-suffer-on-card-defaults

Aujourd’hui on est à près de 10% de taux de défaut chez les clients de Citigroup et American express

Les institutions se voient donc dans l’obligation d’agir en coupant les limites de crédit ou augmentant le taux d’intérêts (de 10% à 19% ): card-issuers-limit-cuts.

Le début de la spirale infernale de la dette.

56371620

Citation du jour: « Les dettes qu’on diffère de payer, abrègent la vie. » Charles Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)

Qui va faire défaut ?

Mercredi, décembre 24th, 2008

On parle de l’Equateur qui est en tête de liste avec un possible défaut de paiement en 2012, voire plus rapidement.

L’Argentine va devoir en appeler au FMI et d’autres aussi.

Les Etats s’endettent, les dépenses des gouvernements ne freinent pas. Où allons-nous? Peut-être dans le mur.

Pour mémoire, voici une liste qui montre -historiquement- les pays qui ont fait défaut.

sov-default_21

On remarque que la France a fait défaut 8 fois entre 1500 et 1800, mais plus depuis (fort heureusement)

Ces « faillites »  furent très certainement dues aux dépenses des rois et à leurs trains de vie royaux.

Sans vouloir faire de politique, en est-il vraiment autrement de l’Elyée aujourd’hui ? Il semble que les dépenses ont augmenté alors qu’il est demandé au peuple un peu d’austérité et serrage de ceinture.

Est-ce vraiment un bon exemple? Les révolutions n’ont toujours pas servi de leçon.

Dans un de mes prochains commentaires, je vous livrerai mes anticipations et vues pour 2009 au sujet des marchés, matières premières, problèmes politiques, risques systémiques, etc.

En attendant, bonnes fêtes à vous tous sous le signe de la famile, des retrouvailles et d’un Noel emprunt de simplicité