Le Portugal n’a pas pu résister à la pression du marché

Avec juste quelques jours de retard sur mon pronostic – le mois de mars sera celui du Portugal – Le Portugal annonce qu’il va devoir faire appel à l’aide européenne.

Le Portugal va demander une aide européenne

Cette demande d’aide est tout à fait normal, les taux d’intérêt imposés au Portugal devenaient intenables.

Et l’euro monte….

Si j’étais long euro, je me dépêcherais de tourner ma position, à savoir acheter une autre monnaie. A mon humble avis de petit intervenant, je pense que l’euro est soutenu artificiellement. Par qui, comment, là je sèche.

Si j’étais espagnol, je m’inquiéterais fortement. Les marchés vont maintenant s’occuper des ibériques, de leur dette et de leurs taux (déjà en hausse).

Olé !

Tags: , ,

20 Responses to “Le Portugal n’a pas pu résister à la pression du marché”

  1. Milou dit :

    Bonjour Olivier.
    Graphiquement je vois bien l’€ monter à 1.45, puis redescendre vers 1.3.

  2. jymesnil dit :

    Bonsoir,

    l’euro monte peut-être à cause du carry-trade avec le dollar, mais il baisse par rapport aux monnaies fortes comme le franc (suisse) ou le dollar australien…et je suis persuadé que le clown de la Fed va reéditer un QE 3 etc, et cela va alimenter la spéculation et entre autre sur l’euro, je ne suis pas certain que la BCE puisse y faire grand chose, cela reviendrait à imprimer autant de monnaie que la Fed ?! ces gens sont fous ?!

  3. AlexT dit :

    J’avoue que le peu de mouvement sur l’euro est assez bizarre. S’il était activement soutenu il me semble que l’on aurait plus de volatilité ? En tout cas c’est tout à fait inattendu !

  4. tloc dit :

    Si le grand guignol continue à imprimer du dollar, pouvons nous dire que la BCE est folle ? Oui, si tout le monde continue à faire confiance au dollar mais dés lors que la folie dollar cesse, on risque de se retrouver avec un vide sur les monnaies.Bien sûr, avant la prise de conscience, l’euro risque de monter handicapant le commerce européen et si le dollar chute terriblement,la soutenabilité d’un état fédéral ruiné verra ses limites surtout si cela entraine une hyperinflation.
    A vérifier mais il semble que les US et la GB ont déjà racheté pour 15 % de leurs dettes via leur banque centrale alors que la BCE n’en serait qu’à 1.5 %.Dans ce cas, on comprendrait mieux l’importance de la marge de manoeuvre de l’europe vis à vis de ces dettes souveraines.Cela n’en demeure pas moins scandaleux pour les générations futures qui devront rattraper les absurdités de gestion de tous les démagogues.Heureusement qu’en France on va relancer l’activité avec la création de 300 000 emplois jeunes lol.POur l’instant, je ne comprends pas comment le franc suisse peut monter aussi vite devant l’euro (sur du court terme en tout cas).

  5. AlexT dit :

    A part ça très curieux de voir si la BCE va monter ses taux aujourd’hui…

  6. DOZIER dit :

    « A mon humble avis de petit intervenant, je pense que l’euro est soutenu artificiellement. Par qui, comment, là je sèche. »

    L’Europe est le 1er marché à l’export pour la Chine qui a donc tout intérêt à ce que l’euro s’apprécie

  7. tloc dit :

    le cas Portugal est caractéristique de la démagogie des politiques.Pourquoi avoir renversé le gouvernement en place, perdre du temps et rajouter à la cacophonie pour en arriver exactement au même point: demander l’aide européenne.

  8. Jerome dit :

    Bonjour a tous. Quelqu un peut il me dire comment faire pour acheter de la devise chinoise en échange de mes euros?? Je crois qu ildevient urgent de se debarassé de ces euros en investissant sur le yuan le franc suisse ou même la couronne suédoise…

  9. sevy-yves dit :

    Très intéressant commentaire de DOZIER.

    Je rajouterais que ce n’est pas seulement une question de marché, mais de gestion des réserves. Je croyais que les Chinois tentaient de se débarrasser de leur tonnes de USD, mais le jeu semble plus subtil que cela:

    http://www.bbc.co.uk/news/business-11462016

    http://www.reuters.com/article/2011/03/07/us-china-europe-debt-idUSTRE7260JP20110307

    et maintenant la cerise sur le gateau pour avoir une autre perspective sur ces annonces:

    http://blogs.telegraph.co.uk/news/danielhannan/100072101/chinas-purchase-of-euro-bonds-might-not-be-a-sign-of-confidence-in-europe-but-a-prelude-to-a-sell-off/

    http://www.zerohedge.com/article/chinas-european-rescue-just-big-bait-and-switch

  10. a moins d’être chinois en chine, à mon avis impossible d’acheter directement le yuan.

  11. pierre dit :

    on peut acheter du yuan à hong kong et dans bien d’autres villes d’asie ou bien aux états unis dans les succursales de la bank of china mais pour des montants limités ( sauf erreur de ma part dans ce dernier cas en compte uniquement et pour environ 20’000.00 usd

  12. DOZIER dit :

    @ sevy-yves

    Je n’ai pas écrit que la BC chinoise était à l’origine de l’appréciation de l’euro.

    On peut cependant constater que la nette appréciation de l’euro a débuté dans les jours qui ont suivi le seïsme au Japon et mettre en parallèle le fait que les Japonais sont les plus gros détenteurs d’obligations US après la Chine.

    En admettant que les Japonais vendent leur stock d’obligations libellées en dollars qui peut donc faire la contre partie ?

    Franchement, la FED n’avait vraiment pas besoin de ce cataclysme

  13. Shere Khan dit :

    Dozier, votre hypothèse ne me semble pas très claire, vous pourriez expliciter?

  14. DOZIER dit :

    @ Shere Khan

    Etant donné que la dette du Japon se situe à 220% du PIB, la reconstruction des infrastructures ne peut à mon avis, être financée que par une liquidation plus ou moins ordonnée des actifs détenus par les Japonais à l’étranger et comme le pays est l’un des plus gros créancier des Etats-Unis, le dollar ne peut donc être qu’amené à baisser, le yen à s’apprécier avec un effet indirect à la hausse sur l’euro.

    Ce qui me faire dire qu’en matière de création monétaire, le QE2 était de la roupie de sansonnet, la FED est dorénavant au pied du mur.

  15. Shere Khan dit :

    Merci. Je ne vois toujours pas le rapport avec la Chine. Quel est la nature de cet « effet indirect sur l’euro »? Et qui a le pouvoir de procéder à une liquidation ordonnée des avoirs des Japonais, si ces derniers sont des détenteurs privés?

  16. DOZIER dit :

    « qui a le pouvoir de procéder à une liquidation ordonnée des avoirs des Japonais, si ces derniers sont des détenteurs privés? »

    Sachant que les assureurs privés détiennent d’importants portefeuilles obligataires, le coût de l’indemnisation aux victimes du tsunami(évalué à 300 Mds de dollars) sera probablement financé par une vente d’obligations sauf si le gouvernement japonais consent à une recapitalisation des compagnies d’assurance.

    Quant à la Chine, aucun rapport, si ce n’est que son principal concurrent est désormais affaibli tandis que la hausse de l’euro si elle se maintient va lui permettre d’augmenter le volume de ses exportations donc tout bénéfice pour les Chinois.

  17. DOZIER dit :

    Sachant que les assureurs privés détiennent d’importants portefeuilles obligataires, le coût de l’indemnisation aux victimes du tsunami(évalué à 300 Mds de dollars) sera probablement financé par une vente d’obligations sauf si le gouvernement japonais consent à une recapitalisation des compagnies d’assurance.

    Quant à la Chine, aucun rapport, si ce n’est que son principal concurrent est désormais affaibli tandis que la hausse de l’euro si elle se maintient va lui permettre d’augmenter le volume de ses exportations donc tout bénéfice pour les Chinois.

  18. Shere Khan dit :

    C’est plus clair, mais je ne vois toujours pas d’« effet indirect sur l’euro ». Je crois bien plutôt que la montée de l’euro est dûe à la hausse des taux, peut-être en association avec la croyance que les mauvaises nouvelles sont intégrées dans les cours. Je viens de lire que l’Allianz milite dans ce sens (« après le Portugal, plus besoin d’autre renflouement! ») – c’est sans doute son intérêt.

  19. BA dit :

    Samedi 9 avril 2011 :

    Kenneth Rogoff pense qu’il y a une haute probabilité que l’Union Européenne doive sauver l’Espagne.

    Kenneth Rogoff believes there is a high probability that Europe has to help Spain.

    Professor of Economics at Harvard University and former IMF chief economist, Kenneth Rogoff, believes there is “high probability” that Spain has to resort to Europe, adding : “If there is no Europe, Spain, and would be going wrong. “

    Rogoff argues that the need to resort to outside help respond to the fact that Greece, Ireland, and “probably” Portugal will have to restructure its debt. “And when that happens the market will go crazy and Spain need some relief,” he says in an interview with the magazine ‘Capital’.

    In this regard, stresses that it is “unimaginable” that Europe let Spain break without giving financial assistance, given the consequences of a default in the Spanish economy, and argues that the continent should “draw a red line the case of Spain. ” “If you stop payment, the thing will not end here. Be extended by Belgium, Italy … even France,” he adds.

    Addition, the economist points out that the great challenge that is facing the Spanish economy is “how to grow”, because with an unemployment rate of 20% “will need some luck to advance something that GDP year. ” Thus, considers it “unlikely” to reach Spain in the medium term growth of 3% or 4% needed to reduce unemployment.

    Deep structural reforms.

    For this reason, Rogoff points out that Spain needs “a deep structural reform” of its economy and “measures of depth, especially in the labor market, and notes a five-year economic stagnation “is a fairly realistic scenario.”

    Former IMF chief economist said the government of José Luis Rodríguez Zapatero has not moved to “promptly”, but believes he is “doing things” and its impact and practical application will be known over time.

    “Spain is a country with many strengths and can not be compared with other countries. Multinationals have are excellent, has regions like Catalonia which alone will be one of the richest countries in the world … But, of course without growth all restructuring plans will not be sustainable debt “incident.

    Inequality, the great challenge in the short term.

    Rogoff, who has just published the book ‘This time is different’, which reviews the last 800 years of financial crisis believes that the world is now evolving into “high speed” in many ways, including financially. Regarding the future, believes that looking “more likely to hit is that Asia and emerging markets continue to grow faster than developed economies, and that many people will remain out of poverty.

    However, he notes that in the short term, the challenge for the world is unequal, a “big problem” before the financial crisis, now even “major proportions.” “There will be great migrations in the world, internal problems in the U.S., China … and certainly also in Spain,” he says.

    In this regard, says that inequality is “one of those things that are dormant and quiet and one day explode” and notes that even in Germany, where they often comment on how well it goes the economy, “the fact is that the working class is very angry. “

  20. Shere Khan dit :

    M. Rogoff est illétré, ou il a un problème avec l’anglais? En tous cas, ces citations au hachoir ne l’ont pas raté.