Bourse de Tunis et du Caire

Je reviens au sujet de ces places boursières

Tunis: http://www.bvmt.com.tn/

Caire: http://www.egyptse.com/English/homepage.aspx

Comme on peut le constater, les marchés réagissent rapidement à l’incertitude et au désordre.

La fermeture du canal de Suez engendrerait une augmentation du trafic maritime autour de l’Afrique et probablement une lenteur d’approvisionnement en pétrole (hausse du cours ?)

Le prochain pays ? L’Albanie ?  http://www.tse.com.al/?gj=gj2

13 Responses to “Bourse de Tunis et du Caire”

  1. Milou dit :

    Bonjour Olivier.
    Autrefois les tankers faisaient la course pour alimenter la planète. Ils tournaient à 16 noeuds. Maintenant ils sont à 8 noeuds, ou au mouillage, en attendant le relèvement des prix par la demande. Je ne sais pas si une fermeture de Suez y changera grand chose car ces navires ne passent plus le canal (taille, et, tirant d’eau). Les VLCC sont des mastodontes qui font le tour par le Cap.

  2. Marc dit :

    Attention Olivier, l’armée est partout le long du canal de Suez. Je veux dire par là qu’il est bien gardé.

    Quant à l’Albanie c’est une base américaine majeure.

    Merci pour toutes ces infos que je reçois à foison de ta part depuis quelques jours !

    Je ne sais plus où donner de la tête. Merci !!!

  3. Bonjour Emile,
    d’après des sources le trafic serait augmenté:
    According to the Energy Library: http://theenergylibrary.com/node/608, closing the Suez canal would add 6,000 miles of transit time across the Cape of Good Hope:

    The Suez Canal, Egypt is one of the world’s most important waterways and its Sumed Pipeline is considered a significant geographic oil transit chokepoints from the Red Sea to the Mediterranean Sea. The Suez Canal is west of the Sinai Peninsula and serves as a two-way water transport route between Europe and Asia. It is 190 km long and 300 meters wide. The canal supports approximately 8% of the world’s shipping traffic with almost fifty vessels traveling through the canal daily.

    In 1967, the canal was closed due to the outbreak of the Six-Day War. At the time, Israel has taken over the Sinai Peninsula which resulted in the Suez Canal becoming a buffer zone between the forces of fighting. The Suez Canal was reclaimed by the Egyptians in the 1973 Arab-Israeli War and was reopened in 1975. Since its reopening, the canal has been widened twice.

    The Suez Canal is considered a geographic “chokepoint” due to its influence in the world oil trade and because its narrow-width could be easily blocked, causing disruption to oil transport. Oil shipments from the Persian Gulf travel through the Canal primarily to European ports, but also to the United States. In 2006, an estimated 3.9 million bbl/d of oil flowed northbound through the Suez Canal to the Mediterranean, while 0.6 million bbl/d traveled southbound into the Red Sea.

    Over 3,000 oil tankers pass through the Suez Canal annually, and represent around 25 percent of the Canal’s total revenues. With only 1,000 feet at its narrowest point, the Canal is unable to handle large tankers. The Suez Canal Authority (SCA) has discussed widening and deepening the Canal to accommodate VLCCs and Ultra Large Crude Carriers (ULCC).

    The 200-mile long Sumed Pipeline, or Suez-Mediterranean Pipeline, also provides a route between the Red and Mediterranean Seas by crossing the northern region of Egypt from the Ain Sukhna to the Sidi Kerir Terminal. The pipeline provides an alternative to the Suez Canal, and can transport 3.1 million bbl/d of crude oil. In 2006, nearly all of Saudi Arabia’s northbound shipments (approximately 2.3 million bbl/d of crude) were transported through the Sumed pipeline. The pipeline is owned by Arab Petroleum Pipeline Co., a joint venture between EGPC, Saudi Aramco, Abu Dhabi’s ADNOC, and Kuwaiti companies.

    Closure of the Suez Canal and the Sumed Pipeline would divert tankers around the southern tip of Africa, the Cape of Good Hope, adding 6,000 miles to transit time.

  4. christophe dit :

    Le Maghreb risque de devenir de plus en plus instable avec la paupérisation des couches sociales les moins favorisées (bcp de jeunes) du fait du renchérissement des produits alimentaires de base.
    Au Maghreb : l’Egypte (canal de Suez), la Libye (producteur de pétrole et gaz), l’Algérie (producteur de pétrole et gaz).

  5. Milou dit :

    Merci Olivier pour cette mise à jour.
    C’est vrai que le gabarit du canal a bien évolué. Je l’ai pratiqué à l’époque avec des 50000 tonnes. C’était dans les années 60 (on rajeunit !!), et, c’étaient des navires considérés, alors, comme des monstres. Depuis nous avons eu les VLCC, et, qques ULCC.
    Il est évident que faire le tour par le cap est plus long, mais l’allègement des navires VLCC sur rade de Suez ne doit pas être très bon marché non plus :
    http://www.marine-marchande.net/Reportages/Algarve/Algarve_1.htm

    Malgré tout, si dans les années précédentes on faisait la course autour de la planète à 16 noeuds, la demande actuelle permet de transporter le précieux liquide à 8 noeuds, et, même à rester au mouillage pour attendre de meilleures conditions financières.

  6. tloc dit :

    D’après le dessous des cartes, les principales sources de revenus de l’Egypte sont: (je ne sais plus dans quel ordre mais d’aprés moi) le Tourisme, l’aide américaine, le canal de suez.
    Imaginez ce qui pourrait arriver si les troubles devaient durer et si le FIS prend le pouvoir….cela ressemblera probablement sur un plan économique à un grand bond dans le néant si on suppose que le tourisme et l’aide américaine devaient cesser ou même diminuer.POur l’instant, sur les 80 millions d’habitants, plus de 30 millions vivent avec moins de 1.5 dollar par jour d’après un « spécialiste » à la radio).

  7. Laurent dit :

    Bah, ça fera remonter le BDI qui en a bien besoin…

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=BDIY:IND

  8. olivier dit :

    Ah bon, cela specule sur le petrole en laissant les navires au mouillage. Forcement pendant ce temps la les stocks baissent et les prix montent.
    Par contre le mouillage doit avoir un prix.

  9. Trustee dit :

    Quelles étaient les raisons de chute de l’index EGX 30 en mai-juin 2010 ?

  10. Milou dit :

    @Olivier.
    Non le mouillage, hors zone de pilotage, ne paye aucune taxe, s’il n’y a pas de pilote de veille à bord. Tout au moins en France.

  11. olivier dit :

    Donc,cela represente juste le cout d’un equipage compose d’indou ou de sri lankais.
    Le rapport semble interressant pour la speculation.
    Ps : quelle quantite reprsente un de ces mega navires ?

  12. Amora dit :

    L’activité du canal de Suez, dont l’exploitation a rapporté à l’Egypte 3,6 milliards de dollars en 2006 et plus de 4 en 2007. L’accroissement du trafic en provenance de Chine et d’Inde(39 % du total) est la cause première de cette prospérité, plus que le pétrole. Au début du XXIe siècle, entre 7 et 8% du commerce mondial transitent par la région.

    Pour satisfaire la demande croissante, l’Egypte a dû entreprendre d’importants travaux de modernisation comme par exemple passer la profondeur du canal de 62 pieds à 66 pieds, pour favoriser le passage de navires d’une capacité oscillant entre 220’000 et 240’000 tonnes. Dans le même temps, aux extrémités sud(Suez) et nord(Port-Saïd, Damiette), ont été construites d’importantes infrastructures portuaires destinées à l’accueil et à la réexpédition de conteneurs en activité depuis octobre 2004 et le terminal de Port-Saïd a doublé de taille en 2009.

    Dès 1966, on estimait que les coûts de transport par Suez et par Le Cap étaient équivalents(39 cents par baril). Puis, une nouvelle voie s’est ouverte au pétrole, celle des oléoducs mer Rouge-mer Méditerranée.

    Les voies maritimes principales du pétrole sont celles partant du Golfe Persique à destination de l’Asie via le détroit de Malacca, à destination de l’Europe via le canal de Suez(ou le Cap de Bonne Espérance pour les pétroliers trop gros pour le canal) et à destination de l’Amérique via le Cap de Bonne Espérance. Donc pour Suez on parle du détroit de Bab el-Mandab qui relie la Mer Rouge au Golfe d’Aden et de l’Oléoduc de Sumed. Plus de la moitié des produits pétroliers dans la région et plus des 3/4 du brut sont transportés
    à travers des oléoducs dont le plus important est le Sumed.
    D’une capacité de 2,5 millions b/j. et d’une longueur de 200 km, cet oléoduc relie le port d’Ain Sukhna dans le Golfe de Suez à celui de Sidi Krier sur la Méditerranée.

    Par ailleurs des travaux d’excavage et d’élargissement du Canal faits depuis 2004 permettent aux grands tankers(Very Large Crude Carrier – VLCC = plus de 250’000 tonnes)
    d’emprunter cette voie maritime. L’Autorité du Canal de Suez propose des réductions afin de permettre aux tankers de décharger une partie du brut qu’ils transportent pour leur permettre de traverser le Canal et de charger les cargaisons à l’autre bout de l’oléoduc(Sidi Krier).

    L’oléoduc du Sumed est la propriété de l’Arab Petroleum Company, une Joint Venture créée par plusieurs Etats arabes membres de l’Organisation des Pays Arabes Exportateurs de Pétrole(OPAEP): l’Egypte(50%), l’Arabie Saoudite(15%), le Koweit(15%), les Emirats Arabes Unis(EAU/15%) et le Qatar(5%), tous sous contrôle… des USA.

    Le coût du fret maritime pétrolier est basé sur une échelle révisée chaque année qui donne un prix de fret pour la quasi totalité des routes maritimes. Cette échelle s’appelle « New Worldwide Tanker Nominal Freight Scale » (Nouvelle échelle mondiale nominale du fret par tanker) ou Worldscale est élaborée et publié par « Worldscale Association » à New York et à Londres. Le coût du fret par cargo est calculé entre deux ports sur la base d’un cargo type en référence à sa taille, son âge, sa vitesse, etc. Le coût d’un transport s’exprime en pourcentage du coût Worldscale. Ainsi « Worldscale 125″ signifie que le coût du fret pour le trajet choisi sera de 125% celui indiqué dans Worldscale pour ce trajet.

    Suez paie un lourd tribut à l’affaissement du commerce mondial, dont près de 90% sont assurés par voie maritime. Le FMI et la Banque mondiale ont envisagé, à la fin de janvier 2009, un recul situé entre 2,8% et 2,1%. L’Organisation mondiale du commerce(OMC) s’est prononcée le 24 mars 2009 sur une dégringolade de 10% du fret, la plus forte depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

    D’ici à 2012, une nouvelle route entre l’Europe et l’Asie pourrait se révéler plus rentable pour les transporteurs(111 incidents recensés en 2008 soit un doublement en un an…). Plusieurs d’entre eux étudient un itinéraire par le nord, longeant les côtes russes sibériennes, désormais libérées des glaces toute l’année à cause du réchauffement climatique. Un trajet plus court de 2’500 milles nautiques, ce qui représente une dizaine de jours de navigation en moins et des économies de carburant. Au grand dam du canal de Suez et de l’environnement.

    Autre chose: pour contrôler un canal, il faut contrôler les deux rives à l’entrée et la sortie. L’entrée c’est l’Egypte… et la sortie soit le Yémen et la Somalie. Voir la carte des oléoducs et région: http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/83/Oil_and_Gas_Infrastructure_Persian_Gulf_%28large%29.gif .

    Mais pour contrôlr l’Egypte par la stabilité sociale et politique il faut contrôler le Nil, donc le Soudan, l’Erythrée, l’Ethiopie, etc., ce qui est un vrai casse-tête sur le plan démographique(bientôt 100 Mio d’habitants en Egypte), alimentaire(pénurie de l’eau et de nourriture) et social(chômage des jeunes, torture, censure, dictature que les USA ont laissé s’installer pour protéger Israël). Quant à la Somalie, les américains se sont cassés les dents et manipulent le pouvoir yéménite(patrie de Ben Laden, produit US de la guerre froide) en créant conflit entre sunnites du Sud et chiites du Nord par le soutien des chrétiens évangélistes aux chiites…

    Qui se souvient de l’horrible guerre civile de 1962 où sont intervenues les forces… nasséristes d’Egypte avec le rôle délétère de la Grande Bretagne?! Qui se souvient de la guerre de 1979 en pleine guerre froide où le Nord était appuyé par l’Occident(Europe et USA) et le sud par les soviétiques?!

    L’histoire se répète!! Alors à qui profite la déstabilisation de l’Egypte et du Yémen dont les troubles à Sanaa n’intéressent aucun occidental?! Et le détroit d’Oman il se contrôle comment sinon en traitant l’Iran de démon?!

    Businesse is business… mais là, l’exploitation des masses risque fort de très mal tourner et de se propager plus vite que prévu à tout le continent africain et Moyen-Orient. ;)

  13. Amora dit :

    « Le prochain pays ? L’Albanie ? »

    L’Albanie est un pays très particulier depuis le Moyen Âge!! Bien trop long même en résumant tant il s’est passé de choses, de scandales de toute sorte! Une région que toutes les nationalités, peuples, religions, courants politiques ont traversés! Pays que je pense ira toujours mal car basé sur le clanisme et la corruption.

    Certes, il semble « stable » parce que c’est une base permanente officiellement de l’OTAN depuis 2008 mais officieusement déjà depuis 1991.

    L’O.S.C.E. approuve l’envoi en Albanie d’une force multinationale de 5’000 hommes, sous commandement italien, pour « contribuer à un environnement sûr… », à la suite des violences suscitées par la faillite des sociétés de crédit pyramidales(sociétés de blanchiment d’argent, qui proposaient des taux d’intérêt allant jusqu’à 100%. Elles engrangaient la totalité de l’épargne de 10% des Albanais et se volatilisaient en 1997 avec près d’un million de dollars!) . Le 29, le Conseil de sécurité de l’O.N.U. en autorise le déploiement pour une durée de trois mois…. et l’OTAN est là en permanence en tant que base logistique à cause du différend avec la Grèce(= « la question épirote » ).

    L’économie albanaise continue de souffrir de l’insuffisance des investissements étrangers et du poids excessif de l’activité souterraine mafieuse, qui représente un tiers du PIB. L’augmentation des transferts financiers en provenance de la diaspora aide à compenser celle du déficit commercial. Cette diaspora représente plus du 1/3 de la population albanaise.

    Tant que les transformations, notamment économiques, profitent plus à la criminalité organisée, très active dans le pays(drogue, prostitution, trafic de personnes, d’organes via le Kosovo – rapport Marty ) qu’aux citoyens albanais, le pays sera toujours le terreau de révoltes et d’émeutes de la faim comme déjà subis dans les années 90 et sous l’ère communiste. Avec son déficit budgétaire, son déficit commercial, le poids de sa dette – qui empêchent tout espoir de reprise rapide, il n’y aura qu’augmentations sévères du prix de l’électricité, visant à rentabiliser un secteur sinistré et en sous-production chronique, avec une inflation galopante.

    Comme toujours les USA ne voient pas le développement du pays mais préfèrent s’acoquiner avec les dirigeants mafieux d’un pays que de développer un pays pour le bien de ses habitants. La base de l’OTAN ne sert que les intérêts des américains, pas ceux des albanais.