4 sur 100

La Suisse possède 4 entreprises qui figurent dans le top des capitalisations boursière mondiales.

cap du monde

Nestlé 10ème, Novartis, Roche et Xstrata qui a eu une grande progession complètent le palmarès.

Les américains et les européens sont au coude à coude avec plus de 35 sociétés chacun

24 Responses to “4 sur 100”

  1. Fabrice dit :

    Oui, c’est absolument énorme pour un « petit » pays comme la Suisse.

    8 Millions d’habitants en Suisse, mais :
    – Nestlé n°1 mondial sur le secteur des biens de consommation
    – Novartis n°2e sur le secteur de la santé

    Sans compter les entreprises qui ont leur siège sociale en Suisse comme Philip Morris.

  2. olivier dit :

    Et les banques, ce ne sont pas des entreprises ?

  3. RonRon dit :

    Bravo les suisses !

    Combien de suisses dans le top management de cette entreprise ?

  4. RonRon dit :

    La Suisse 4, les Européens 35 …

    Euh, la Suisse, c’est pas en Europe ?

    Apparemment pas pour un suisse.

    Savez-vous que le général de Gaules a imposé à Monaco un accord fiscal qui interdisait à Monaco d’accueillir un évadé fiscal Français. Un Français habitant à Monaco, paye ses impôts en France !

    Le générale de Gaules a déclaré : « Pour faire le blocus de Monaco, il suffit de deux panneaux de sens interdit. »

    Combien de panneau faut-il à la zone euro pour bloquer la Suisse ? Ce blocus serait-il illégitime ?

  5. JP dit :

    Cher Ronron oui la suisse est en Europe mais heureusement pas dans la zone euro et c’est confirmé par les journaux allemands, ne vous en déplaise. Votre haine du suisse « successful » est caracteristique d’une frustration d’échec. Je vous plains, vous devez en souffrir. Vos interventions ne sont pas très construtives, j’attends un peu plus de positivisme et des solutions constructives, en êtes-vous capable?
    En attendant vive la Suisse et son modèle de démocratie!!
    Ps je suis belge

  6. JP dit :

    J’ajoute que la suisse est pays libre !

  7. potri-pe dit :

    Ronron , vos diatribes ont bien entendu le droit d’exister,mais sur un site dédié à la bourse, j’estime respectueusement qu’elles sont déplacées….j’ai beaucoup d’amis français ( je suis Belge ) qui se réclament de de Gaule et le citent souvent; ce à quoi je rétorque et ma remarque est accueillie par un silence assourdissant : s’il était si génial pourquoi l’avez-vous foutu à la porte ?
    amicalement vôtre:-)

  8. tloc dit :

    Les Français sont nuls en économie et sont les seuls à se déchirer pour des principes égalitaires qui au final ruinent la compétitivité du pays.Il suffit de voir l’appauvrissement des jeunes générations par rapport à leurs aînés pour s’en rendre compte.Ces derniers ont soi disant gagné les acquis sociaux sans vouloir se rendre compte que ces derniers étaient financés par du déficit et donc par leurs enfants.Quelle victoire ?
    De GAULLE fut probablement le plus grand homme d’Etat et le dernier que la France ait eu.Dans une démocratie, tout le monde peut être sorti, surtout lorsque les cocos tournaient à 20 %.

  9. potri-pe dit :

    tloc , je partage bien évidemment votre analyse, vous aurez compris que la petite pique que je lance à mes amis français relevait plus de la boutade qu’autre chose:-) d’ailleurs Churchill a connu le même sort, amicalement et bon trade à vous:-)

  10. tloc dit :

    Je me pose toutefois une question purement comptable.
    Les multinationales ont des filiales dans de trés nombreux pays dans le monde qui chacune engrange des bénéfices ou des pertes.
    Comment sur un plan comptable cela se traduit ?
    C’est à dire,sachant que chaque filiale paie de l’impôt dans le pays ou se fait son business,qu’il doit exister des astuces de vases communicants pour accroître les bénéfices dans un pays faiblement taxé par rapport à un pays fortement taxé,hormis en terme d’emploi(direct et indirect), de R et D (d’embauche de chercheur), quel est l’intérêt d’une nation d’avoir de grosses multinationales plutôt qu’un lot de petites entreprises moins délocalisables ? Ma question peut sembler innocente mais le bruit court que les multinationales du CAC40 ne paierait que 8 % d’impôt en France car la majorité de leur gain se fait à l’étranger.Si c’est le cas, quel intérêt par exemple à favoriser la grande distribution en France qui a éradiqué le petit commerce et qui favorise la multiplication des bas revenus si les gains obtenus par celle ci ne servent pas finalement au pays.La grande distribution n’a pas de recherche et ne me semble pas induire une augmentation des richesses sur un plan local ?
    Ce problème de fond expliquerait la difficulté pour carrefour de se faire accepter par un pays tiers.

  11. olivier dit :

    Une multinationale est un centre de decision.
    C’est la ou se fond et de fond les strategies, avec des decisions toujours plus favorables pour leur pays d’origine.
    Des revenu eleve et même, un poid supplementaire pour la politique internationale.
    Exemple : le president bresilien qui essai de negocier un accord international, avec un autre pays aura plus de poid avec l’appui de petrobras.
    Pour ce qui est des impots, les impots sur les societes comme l’impot sur les revenu est selon moi une vaste fumisterie, le vrai impot est la tva et la TIPP . Y a t il des avis divergeant ?

  12. erresse dit :

    bonjour , meilleurs voeux tout d’abord !

    Que penser de l’indice BDI qui rechute depuis plusieurs semaines ? y’at-il découplage entre cet indice et les indices boursiers ?

  13. tloc dit :

    POur Olivier: concernant la lecture des multinationales, je suis tout à fait d’accord lorsqu’il s’agit de multinationales ayant un savoir faire et nécessitant une recherche.Mais je m’interrogeai de l’intérêt de multinationales de la distribution pour la pays ? qu’apportent elle véritablement à la nation ? est ce que le bilan est intéressant économiquement parlant au global ?
    Concernant l’impôt.L’IR est trés faible en France en contrepartie du service rendu (école, défense, justice etc…).
    L’IS est trés élevé (33% + diverses taxes et emmerdes en tout genre).
    Par contre, l’arnaque de notre système par répartition (c’est à dire les actifs paient pour les retraités et inactifs) se situe sur les cotisations sociales qui sont exorbitantes car dépendant surtout de taxes sur les salaires et d’un monopole de la sécurité sociale (historiquement, chacun connait l’efficacité de gestion des monopoles).POur bien comprendre mes propos, la France possède les tarifs de soins parmi les plus faibles d’europe (prix déterminé par l’Etat) et le côut de l’assurance maladie presque la plus élevée au monde.Je vois déjà les répliques concernant le système américain mais n’oublions pas qu’en europe, il est obligatoire d’avoir une assurance maladie, retraite et prévoyance, que les assurances exerçant le rôle de « sécurité sociale » ne peuvent légalement refuser de prendre en charge certaines personnes et qu’une assurance doit faire correspondre le cout d’un risque par rapport aux probabilité de ce risque et dans ce cas, les tarifs exercés par les cotisations sociales sont tout simplement scandaleuses.
    En fait, une étude de la fiscalité française montre que notre pays tournent simplement autour du maintien vaille que vaille des acquis pour la génération des papy boomer en faisant payer les générations suivantes qui n’auront au final que les yeux pour pleurer.Les derniers grands programmes industriels datent de De Gaulle et Pompidou et par la suite, les grandes « avancées » couteuses furent la retraite à 60 ans, les nationalisations et 1 millions de fonctionnaires lorsque le chômage était trop élevé (chacune nous ayant couté l’équivalent du Tsunami en Thaîlande)et enfin les 35 heures (cout de 22 milliards d’euro par an).Lorsqu’on se rend compte que les régimes spéciaux coute pour 3.8 millions de privilégiés 70 milliards d’euro qui continuent à profiter tranquillement de tous leurs avantages, vivement que les marchés soulignent ces inepties et se rendent compte que les jeunes générations ne peuvent pas matériellement rembourser les dettes françaises.

  14. Amora dit :

    tloc, merci de dire aux non initiés ce qu’est le IR et le IS. S c’est évident pour vous, cela ne l’est pas pour les personnes qui ne spéculent pas! Et c’est valable pour tout intervenant! Si vous désirez des réponses à vos interventions. Merci!

  15. Philippe dit :

    IR = Impôt sur le Revenu (payé par les personnes physiques)
    IS = Impôt sur les Sociétés (payé par les personnes morales)

    Abbréviations françaises :-)
    P.S. l’IR ne comprend pas la CSG (Cotisation Sociale Généralisée) et la RDS (Remboursement de la Dette Sociale) dont la somme est d’environs 11%

  16. tloc dit :

    IR:impôt sur le revenu en France.Trés progressif et payé par peu de foyer fiscaux .Se calcule par tranche de revenu.On se rend donc compte que mathématiquement, le bouclier fiscal (à 50% d’impôt)n’intéresse pas les revenus exclusifs du capital.Il faut au moins payer beaucoup d’ISF (indépendant des rentrées fiscales car taxe sur le patrimoine dormant)ou bien n’avoir que trés peu de revenu et des taxes locales importantes.

    * Jusqu’à 5 963 euros : 0%
    * de 5 964 euros à 11 896 euros : 5,50%
    * de 11 897 euros à 26 420 euros : 14,00%
    * de 26 421 euros à 70 830 euros : 30,00%
    * au-delà de 70 830 euros : 41,00%

    IS: impôt sur les sociétés en France. Le bénéfice est taxé au taux de 15%, dans la limite de 38 120 euros par période de douze mois, la fraction excédentaire du bénéfice étant imposée à 33,1/3%.

    J’espère avoir répondu brièvement à la question de Amora

  17. fred subtropical dit :

    @ erresse: merci d’avoir posté un message intelligent et pertinent : je vous rejoins, que penser des marchés alors que le BDI est en chuuuute liiiibre. Il n’y a ni ETF ni future sur le BDI je crois ? Si quelqu’un veut me contredire j’en serai très heureux !

  18. tloc dit :

    Concernant le BDI (baltic dry index) qui reflète le cout de transport de containers (et par extrapolation censé représenter l’importance du commerce mondial), j’avais entendu qu’arrivaient sur le marché de trés gros porte container qui risquaient de déséquilibrer l’offre et la demande.ceci expliquerait peut être cela …….

  19. fred subtropical dit :

    Pour justifier une chute de 35% en 2 mois du coût du transport maritime, il faudrait une armada de porte-containers géants…Ou bien les entreprises ont profité des bons résultats de 2010 pour faire des stocks de matières premières sur l’année comptable et attendent de voir venir…Ou bien les usines chinoises se sont mises au ralenti…Il n’y a vraiment pas de produit dérivé sur l’indice BDI ?

  20. tloc dit :

    Je n’ai aucune idée du nombre de « tonneau » qui circule sur les mers mais il faudrait peut être corréler le BDI à cela pour avoir une meilleure interprétation de cet indice.

  21. BA dit :

    Jeudi 6 janvier 2011 :

    Italie : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 4,767 %.

    Espagne : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 5,460 %.

    Portugal : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 6,957 %.

    Irlande : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 9,042 %.

    Grèce : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 12,638 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

  22. olivier dit :

    Tloc:
    Je suis d’accord pour le poid des cotisations socialesn qui sont trop lourdes (en France).
    Par contre, il ne faut jamais oublier l’origine de la mise en place de la securite sociale : le rapport beveridge qui est le socle social pour eviter les desastres qui peuvent jeter les peuples vers des regimes totalitaires et guerrier.
    De plus, c’est quand même un enorme acquis et un signe d’une civilisation evoluee que de pouvoir se rendre dans un hopital qui vous prend en charge assurance ou non. Cela merite par contre une surveillance, une surveillance du risque et enquete chez les personnes qui utilisent trop souvent les services (arret maladie, visite chez le medecin, consommation de medicament): on doit pouvoir rendre des comptes.
    Pour les 35 heures, personnellement, je ne doit pas etre unique, mais tous ces politiques ou dirigents devraient quand même prendre CONSCIENCE qu’ un salarie quelqu, il soit, est au travail même chez lui, même le week end.
    Ne repensez vous pas a un dossier, garder un dossier dans le coin de son cerveau et trouver la solution ? Quel meconnaissance de la part de ces personnes.

  23. tloc dit :

    Je ne suis pas contre l’idée de soigner la population, c’est même mon métier mais je m’oppose complètement avec les moyens économiques mis en place.En France,notre système d’assurance maladie (car on parle bien d’une assurance maladie qu’on appelle sécurité sociale en France) est financé par des cotisations qui porte sur le travaille et qui sont directement prélevées à la source (on les appelle même cotisations patronales pour brouillées encore plus les pistes).Or, il s’agit d’un impôt prélevé sur le travail des actifs qui ont beaucoup de mal à se rendre compte le montant de leur couverture maladie.De plus, comme tout monopole, la sécurité sociale omnipuissante, omniprésente est complètement inefficace pour réaliser une gestion correcte et la manne financière peut attirer toutes les démagogies syndicales (syndicat qui gère la sécu…!)Comment se fait il qu’avec les tarifs de soins parmi les plus faibles, on ait les cotisations maladies parmi les plus importantes au monde?
    Ma solution: mettre en place les directives européennes qui sont trés simples.1)Tout européen doit obligatoirement être couvert pour la santé, la retraite et la prévoyance.2)S’il n’a pas les moyens,il doit dépendre de la solidarité nationale (et donc de l’impôt).3)Les Etats fixent les tarifs de soins.4)Les assurances n’ont pas le droit de choisir leurs clients par un examen médical et leur tarif dépend de critères assuranciels.5)Il n’y a pas de monopole au niveau des organismes d’assurance maladie.
    Comme par hasard, les pays européens qui ont de la croissance ont tous adopté ces principes !!!!(allemagne depuis 1996)
    De toute façon, la lâcheté des politiques sera comblée par l’insoutenabilité financière dû au choc démographique.