Vidéo (humour): Obama et Sarkozy à la banque de Chine

Pour ceux qui ne l’avaient pas vue !

Juste une remarque de ma part, c’est drôle et sans les grots mots ça le resterait aussi ! mais c’est ainsi……

Tags: , ,

24 Responses to “Vidéo (humour): Obama et Sarkozy à la banque de Chine”

  1. lelievremilou dit :

    Bonjour Olivier.
    C’est très bon ! L’insolvabilité c’est le risque qui nous pend au nez.

  2. fred subtropical dit :

    les gros mots c’est bien, cela permet de resituer les personnages dans leur vraie nature (de racaille) ;-)
    merci pour le lien

  3. ShereKhan dit :

    Ca serait PLUS drôle sans les gros mots…

  4. olivier dit :

    effectivement, les gros mots ça pollue.
    Le marché n’est il pas la rencontre de l’offre et de la demande ?
    Aujourd’hui, si l’on compte les ventes de complaisance à des pays qui veulent bien acheter certains produits : avions, nucléaire, il y a du souci à se faire. Même dans le secteur de l’énergie, qui est quand même un secteur porteur, la France n’arrive pas à placer ses produits.
    La cause est simple et entendu : les lobbies, confits d’intérêts, ont prit le dessus sur la raison, l’innovation, les changements.
    Dans combien d’industries, peut on trouver le syndrome bibop de france telecom, incapable de voir venir le téléphone portable. En france il y a de la neige, et tout le monde s’en prend aux autorités qui n’ont pas réussi à permettre aux citoyens de rentrer chez eux. Vraiment, des assistés.

  5. Amora dit :

    Bravo Olivier C., j’ai adoré. Tant pis s’il y a deux snobs dans vos commentateurs!

    Définition du mot snob: Personne qui admire et s’efforce de suivre tout ce qui est à la mode et paraît distingué, soit « sans noblessse » aucune.

    Tout le monde admire les oeuvres sculpurales de Michelangelo n’est-ce pas – à part un arriviste et un mondain? Et pourtant il disait: « Ce sont les esprits téméraires et grossiers qui réduisent à un effet sensuel la beauté, par laquelle toute saine intelligence se sent émue et transportée vers le ciel. »

    Que le mondain et le parvenu regardent ces détails de la pietà de Michelangelo à St Pierre à Rome et qu’ils admirent ce que c’est du vrai travail…: http://www.erboristeriaedaltro.com/camereciprobeb/pieta_di_michelangelo_particolare.jpg

  6. DOZIER dit :

    « La cause est simple et entendu : les lobbies, confits d’intérêts, ont prit le dessus sur la raison, l’innovation, les changements. »

    Rien de nouveau sous le soleil, tout les contrats d’exportation (vente d’arme, de centrale nucléaire, ect…) sont conclus moyennant commissions.

    A l’échelle européenne force est de constater que l’Allemagne n’a pas le même modèle économique que l’Espagne (ou l’Irlande ou l’Italie…), transposé à l’échelle mondiale on a les pays asiatiques d’un côté et le reste qui ne vit que grâce au crédit des premiers cités.

    Et le fait de vouloir renflouer les banques (AIG, HSBC, Northern Rock, ect…) à tout prix, ne fait que renforcer cette relation malsaine.

    Nous ne le voyons pas mais le noeud coulant peu à peu se resserre et un jour viendra ou ce seront les Chinois qui nous vendrons entre autre chose, des avions de ligne.

  7. ShereKhan dit :

    Dozier on ne pourra pas les payer :-). Amora votre définition du snobisme n’est pas correcte, et votre phrase n’a même aucun sens. Essayez-donc de réfléchir un petit peu par vous-même.

  8. DOZIER dit :

    « Dozier on ne pourra pas les payer  »

    Là n’est pas le problème; l’idée est que si les occidentaux continuent comme celà, l’industrie de haute technologie aura définitivement migrée en Asie d’ici quelques années.

    Pour ce qui est de savoir si nous pourrons nous payer des avions de ligne et bien de vieux Tupolev de 15 ans d’âge avec un leasing sur 20 ans cela devrait faire l’affaire.

    Mais pour l’instant le fil du noeud coulant est trop ténu pour que nous puissions le voir.

    Cldt

  9. Amora dit :

    J’attendais votre réponse mon Cher Khan! Alors acceptez au moins la définition du Grand Robert: Snob = Personne qui admire et imite sans discernement les manières, les goûts, les modes en usage dans les milieux dits distingués. Et Valéry d’être cité par cette maxime qui vous sied bien: « Le vrai “snob” est celui qui craint d’avouer qu’il s’ennuie quand il s’ennuie; et qu’il s’amuse quand il s’amuse ».

    Je constate avec joie que ma définition dit exactement ce que le Grand Robert dit! Mais j’ai peur que si vous avez été incapable de comprendre mes mots, le Grand Robert vous échappe comme lecture de chevet pour rendre votre EGO plus humble et plus noble! Sans rancune! ;)

  10. ShereKhan dit :

    Dozier, de cela nous ne savons rien. Ce ne sont que des hypothèses. Dès lors que les industries de haute technologie auraient migré, nous serions les vrais pauvres et ne pourrions vraisemblablement nous offrir de les acheter. A moins de bénéficier de (nouveaux) prêts de la part de ces pays…)))

    Amora, vous « constatez » que votre définition coincide avec celle du grand robert? Mais vous l’en aviez tirée. Cette définition est bien pauvre. Je pense pour les avoir observés, que les snobs sont des gens qui cherchent à créer artificiellement une distance sociale entre eux et les autres, des élitistes dont l’élitisme n’est pas justifié et ne porte que sur des aspects extérieurs: les manières, la possession d’argent. Par ailleurs, refuser la grossièreté et la vulgarité, ce c’est pas cela être snob…

  11. seb dit :

    les prévisions des économistes, Richard Bernstein et son confrère David Rosenberg (d’ordinaire très baissier) ouvrent le bal.

    Voici leurs 11 thèmes d’investissements pour 2011 :

    1. Le Dollar américain va continuer à remonter.

    2. Les États-Unis surpasseront les marchés émergents.

    3. Les actions feront beaucoup mieux que les obligations.

    4. l’or produira un retour négatif

    5. les taux à long terme sont susceptibles d’augmenter substantiellement.

    6. Energies et matériaux seront les secteurs les plus forts

    7 Reprise plus forte que prévu de l’emploi et de la consommation aux States

    8. Les Small-caps continueront de dominer les grandes capitalisations partout dans le monde.

    9. Les Obligations municipales US feront mieux que celle des pays émergents

    10. Le Japon surpassera la Chine.

    11. L’euro survivra, et l’Europe se redressera.

    Qu’en pensez-vous ?

  12. Sam dit :

    Je suis assez d’accord avec les prévisions de Richard Bernstein et son confrère David Rosenberg, seb.
    Personnellement je m’intéresse aussi à une monté de l’argent.

  13. tloc dit :

    Bien que les élèves de shangaî soient censés être les plus doués sur la planète (j’aimerai bien voir les critères pris en compte),les grands pays du point de vue démographique rencontreront tous des problèmes d’éducation et ainsi des écarts très importants au sein de la population , bien plus importants qu’en europe.Bien sûr, ils possèdent ainsi une main d’oeuvre bon marché et heureusement que le modèle politique est loin de ressembler à nos démocraties mais je ne pense pas qu’il soit facile de créer ex nihilo une classe moyenne à partir d’analphabète.Or, si Shangaî est réputé, j’aimerai connaitre le niveau scolaire des masses paysannes chinoises ou indiennes.Un chiffre tiré du dessous des cartes sur la chine: »sous mao l’espérance de vie était de 72 ans.Dorénavant, elle ne serait que de 58 ans. »Peut être que les chinois et les indiens ont un train de retard, à savoir qu’ils prennent la voiture quand les métropolitains européens se mettent à pédaler.Tout cela pour dire que rien n’est écrit, que les choses se transforment partout sur la planète et de ce chaos sortira probablement une vision cohérente après de multiples échecs.PLus l’asie contrôle sa monnaie,plus elle gagne des parts de marché(du moins pour l’instant) mais par contre, moins elle a tendance à faire des efforts de productivité et contrôle tant bien que mal son chômage de grande masse.Comme un sportif qui se dope, elle aura de plus en plus de mal à se sevrer et sera ainsi de plus en plus enclin à accepter les conditions européennes et américaines.En tout cas, je l’espère.

  14. BA dit :

    La Banque Centrale Européenne est devenue une gigantesque fosse à m….

    La Banque Centrale Européenne a racheté des dizaines de milliards d’euros d’obligations d’Etat, mais ce sont des obligations pourries : ce sont des obligations de l’Etat portugais, de l’Etat irlandais, de l’Etat italien, de l’Etat grec, de l’Etat espagnol.

    La Banque Centrale Européenne a dans son bilan des dizaines de milliards d’euros de ces obligations DONT LA VALEUR REELLE EST EGALE A ZERO.

    Lundi 13 décembre 2010 :

    La Banque centrale européenne (BCE) envisage de demander une augmentation de son capital aux pays membres de la zone euro, a-t-on déclaré à Reuters de sources proches de la BCE.

    L’une d’entre elles a précisé que l’une des options sur la table était le doublement du capital de la BCE, qui, selon les sources, s’inquiète des pertes potentielles liées aux achats d’obligations auxquels elle procède depuis le mois de mai.

    La banque centrale de la zone euro a annoncé lundi avoir acquis pour 2,667 milliards d’euros d’obligations lors de la semaine au 10 décembre, contre 1,965 milliard la semaine précédente, ce qui porte ses rachats totaux à 72 milliards d’euros.

    La BCE avait décidé de procéder à ce type de rachats après le plan de sauvetage établi par la Grèce.

    Les montants hebdomadaires achetés atteignent ces semaines des niveaux jamais vu depuis le mois de juin dans un contexte de plan d’aide à l’Irlande, deuxième pays membre de la zone qui a dû faire appel à une assistance extérieure.

    La Grèce et l’Irlande ont ou vont recevoir un total de 195 milliards d’euros, des fonds fournis par l’Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI). Bon nombre d’analystes pensent que le Portugal sera bientôt le prochain sur la liste.

    La BCE ne donne pas de détails sur ces achats, mais la plupart des analystes estiment que la banque centrale concentre ses achats sur la dette des pays en difficulté tels que l’Irlande, la Grèce et le Portugal.

    « En ce moment, les montants achetés par la BCE restent modestes, mais que se passerait-il si, d’une part, les volumes achetés augmentaient de manière sensible et que, d’autre part, les obligations perdaient tout à coup 30 % de leur valeur », a dit l’une des sources.

    La BCE s’est refusée à tout commentaire.

    Sa base de capital souscrit est de près de 5,8 milliards d’euros, alors que la taille de son bilan s’approche des 138 milliards d’euros, selon le dernier rapport annuel de la BCE.

    http://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRPAE6BC0XO20101213

  15. Amora dit :

    Aaah Shere Kahn, vraiment vous continuez votre rôle de paillasse héroïque de Rudyard Kipling! :)

    « Je pense pour les avoir observés, que les snobs… » Ah bon?! Vous êtes encore avec Baloo, Bagheera et Mowgli à vivre votre vie « Disneylisée » comme l’unique expert du snob?!! J’attendais de vous une définition qui soit autre qu’un ersatz du simple dictionnaire ou de ma définition sans prétention aucune mais si synthétique que votre esprit analytique n’arrive à capter dans sa simplicité!

    J’attendais que vous me donniez l’origine « britannique » du mot snob! Qui apparaît soudainement – là les experts se battent entre eux – à la même période des Bourses anglosaxonnes… Intéressez-vous à l’Histoire du XVIIIe-XIXe siècle pour comprendre la controverse sur l’étymologie du mot! Comme en langue russe, souvent on met un « o » et on le prononce « a » ou inversément selon l’argot; ce n’est pas l’appanage de la langue cyrillique! L’écossais fait de même et vous savez l’antagonisme entre écossais et anglais…. or si on change le o en a de snob on a snab qui signifie « cordonnier » ou son apprenti officiellement écrit dans document écossais du XVIIIe siècle! Et écrire snob par les anglais en pleine révolution industrielle, c’est définir le début de cette industrie « moderne » celle qui nous cause tant de soucis en Carbone, énergie, cupidité et autres violences humanistes! Cet argot snab appris et intégré par les fils de l’Aristocratie anglaise appelés nobs(pour nobility = noblesse)désignait les fils de bourgeois britanniques de l’industrie du charbon et du commerce maritime britannique fréquentant l’Université de Cambridge et chaussés comme des cordonniers… Simple antagonisme entre nobs(les honorables) et les snobs( Sine Nobilitate en latin = Sans Noblesse).

    Et vous rajoutez: » Par ailleurs, refuser la grossièreté et la vulgarité, ce c’est pas cela être snob… »

    Encore un axiome du tigre de papier Shere Kahn qui mélange cause et conséquence?! On peut être snob avec grossièreté et vulgarité mais être vulgaire ou grossier ne signifie pas être snob pour autant. Je vous croyais plus lumineux et scientifique dans vos démonstrations! Sans rancune! ;)

    Je vous conseille comme livre de chevet Le « Chambers Dictionary » 2008 … des frères écossais William et Robert Chambers, qui est un natulaliste fort réputé si vous vous intéressez à autre chose que de poursuivre Mowgli, personnage imaginaire…dans le monde de Disney!

    La culture mais surtout l’éducation, sont deux actions indispensables qui sauveront et créeront un nouveau modèle économique. Et pour ceux qui craignent ou méprisent la classe moyenne chinoise ou autre sachez que la culture chinoise est millénaire alors que la culture américaine n’a pas 3 siècles… et basée uniquement sur God, Gold, Gun. Bonne philosophie de vie pour les progrès de l’Humanité! On appelle ça Démocratie là où le religieux impose sa loi au Marché et au Politique…

  16. BA dit :

    BFM : On a appris hier que la Banque centrale européeenne avait mené sa plus grosse intervention de rachat de dettes depuis juin.

    Marc Fiorentino : Ca continue. Que ce soit aux Etats-Unis, comme ça a été le cas hier, ou que ce soit en Europe la semaine dernière, les banques centrales continuent à imprimer des billets à une cadence infernale. La Banque Centrale Européenne a racheté prés de 3 milliards d’euros de dettes, probablement irlandaises, portugaises et espagnoles pour calmer le jeu. Et ce n’est pas près de s’arrêter. D’ailleurs, en prévision de probables nouvelles interventions en début d’année 2011, il y a eu des rumeurs hier que la Banque Centrale Européenne allait même procéder à une augmentation de son propre capital.

    BFM : En quoi le capital de la banque centrale est-il important ?

    Marc Fiorentino : J’ai envie de dire que cela n’a aucune importance et que c’est purement psychologique. Car le capital de la Banque Centrale Européenne est aujourd’hui très bas, moins de 6 milliards d’euros, alors qu’elle a près de 150 milliards d’euros sur son bilan. Il faut s’arrêter quelques secondes sur ces chiffres pour comprendre à quel point les banques centrales jouent aujourd’hui aux apprentis sorciers. Elles achètent des dizaines de milliards d’euros ou de dollars d’emprunts d’état pour injecter des liquidités, mais elles n’ont bien évidemment pas d’argent pour le faire. Cet argent, elle le crée, elle l’imprime. On est dans l’économie virtuelle la plus totale. On est dans l’illusionnisme. Les banques centrales, et même la BCE du très sérieux Jean Claude Trichet, bluffent. Elles interviennent avec de l’argent qu’elles n’ont pas et qu’elles n’auront jamais.

    BFM : Que se passe-t-il si la valeur des emprunts que la Banque Centrale Européenne achète baisse ?

    Marc Fiorentino : C’est là que cela devient intéressant, ou plutôt effrayant. Si jusqu’à présent on est dans le virtuel, quand les emprunts achetés par la BCE ou par la FED baissent, on rentre dans le réel. Car la perte, elle, devient bien réelle. Et aucune banque centrale n’a les moyens de supporter une perte sur son portefeuille d’emprunts d’état. Vous imaginez bien qu’avec ses petits 6 milliards d’euros de capital, la BCE peut à peine couvrir quelques pour cents de baisse de son portefeuille massif d’emprunts de dettes périphériques. Et même si elle augmente son capital, cela n’y changera rien. Les banques centrales sont entrées dans une spirale infernale. Une fuite en avant. Avec une seule alternative. Ca passe ou ça casse. Il vaut mieux pour nous tous que ça passe…

    http://www.euroland-finance.com/

    Autrement dit :

    Et maintenant, contribuables européens, préparez-vous à payer des dizaines de milliards d’euros.

    Et maintenant, contribuables européens, préparez-vous à payer des dizaines de milliards d’euros pour recapitaliser la Banque Centrale Européenne.

  17. Amora dit :

    Euuuh BA et les contribuables américains dont la plupart des communes et Etats sont en faillite réelle ils feront quoi?! ;)

  18. BA dit :

    Pareil !

    Un CONtribuable français a le même destin qu’un CONtribuable américain :

    se faire tondre.

  19. BA dit :

    La Banque Centrale Européenne a dans son bilan des dizaines de milliards d’euros d’obligations pourries : ce sont des obligations de l’Etat portugais, de l’Etat irlandais, de l’Etat italien, de l’Etat grec, de l’Etat espagnol.

    En clair : la Banque Centrale Européenne est devenue une gigantesque fosse à merde.

    Le capital de la Banque Centrale Européenne est dramatiquement insuffisant par rapport à ces dizaines de milliards d’euros d’obligations pourries.

    Les contribuables européens vont donc payer des dizaines de milliards d’euros pour recapitaliser la BCE !

    Lisez cet article :

    La BCE songe à une augmentation de capital. L’Allemagne serait d’accord.

    La Banque centrale européenne (BCE), qui soutient depuis plusieurs mois en achetant de la dette les pays les plus fragiles de la zone euro, envisage d’augmenter son capital, a indiqué mardi 14 décembre à l’AFP une source européenne, et l’Allemagne appuierait cette démarche.

    La BCE envisage de demander aux banques centrales nationales qui détiennent son capital de l’augmenter, selon une source européenne proche du dossier.

    Une augmentation de capital sera à l’ordre du jour de la prochaine réunion du conseil des gouverneurs de la BCE jeudi 16 décembre, et des discussions sont en cours entre l’institution monétaire européenne et les banques centrales nationales, selon cette source.

    Le capital de la BCE a une valeur nominale de 5,76 milliards d’euros par rapport à une somme de bilan de 138 milliards d’euros, selon son rapport annuel de l’an dernier.

    Son capital est détenu par les banques centrales de tous les pays de l’Union européenne. Les pays de la zone euro en possèdent environ 70%, les autres pays de l’Union Européenne 30%.

    La BCE, garante de la stabilité des prix dans la zone euro, a décidé au printemps dernier sur fond de crise de la dette grecque d’intervenir directement, en achetant des titres des pays les plus malmenés sur les marchés.

    A ce jour, elle a acheté pour 72 milliards d’euros d’obligations principalement grecques, portugaises et irlandaises.

    En réalité, ces achats sont réalisés par la BCE et les banques centrales nationales qui composent avec elle l’Eurosystème, dont la somme de bilan avoisine les 2.000 milliards d’euros.

    http://www.lemonde.fr/depeches/2010/12/14/la-bce-songe-a-une-augmentation-de-capital-l-allemagne-serait-d-accord_3214_236_44048775.html

  20. ShereKhan dit :

    Amora, hélas, vous ne m’intéressez pas. BA, on ne voit pas pourquoi la BCE ne couvrirait les pertes sur son portefeuille d’obligations en augmentant son capital avec de l’argent fictif.

  21. BA dit :

    Il suffit de lire les chiffres pour comprendre les besoins de la BCE. Ses comptes affichent un montant de capital souscrit de 5,8 milliards d’euros pour un total de bilan de 138 milliards d’euros, et encore, ces données remontent à fin 2009, avant que la BCE ne se lance dans des opérations de sauvetage.

    Le ratio de levier financier s’élève donc à 24, score que l’on jugerait dangereux pour une banque commerciale et qui est à peine inférieur… à celui qu’affichait Lehman Brothers avant d’imploser.

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/12/15/les-banques-centrales-des-pigs-doivent-se-recapitaliser-sans-tarder_1453711_3234.html

    Ces données remontent à fin 2009.

    Et fin 2010 ?

    Où en est la BCE fin 2010 ?

    A combien s’élève son ratio de levier financier ?

    En tout cas, la situation de la BCE est à ce point désespérée que jeudi 16 décembre, les dirigeants de la BCE vont aller à Bruxelles mendier auprès des chefs d’Etat et de gouvernement.

    Les dirigeants de la BCE vont implorer les chefs d’Etat et de gouvernement :

    « Nous avons fait le sale boulot : nous avons racheté des obligations pourries, que plus personne ne veut ! Nous avons racheté des obligations pourries de l’Etat portugais, de l’Etat irlandais, de l’Etat italien, de l’Etat grec, de l’Etat espagnol ! Et maintenant, nous sommes en faillite ! Vous devez nous recapitaliser ! Vous comprenez, la Banque Centrale Européenne est TOO BIG TO FAIL ! »

    Comme d’habitude, les chefs d’Etat et de gouvernement vont renflouer une banque en faillite avec l’argent des contribuables.

    Cette fois, les contribuables européens vont payer des milliards d’euros pour recapitaliser la Banque Centrale Européenne.

    Mais à part ça, c’est toujours la même chanson : recapitaliser une banque en faillite avec l’argent des contribuables.

    Comme d’hab.

  22. Amora dit :

    BA enfin nous voilà d’accord! Shere Kahn, ne soyez pas désolé, je pourrais verser une larme! Mais vous ne comprenez pas encore que les banques spéculatives fabriquent de l’argent pour des dettes qu’elles disent être virtuelles/fictives pour des clients qui eux sont réels, aux salaires perçus pour un travail réel mais des dettes RÉELLES, celles créées par ces pseudo-professionnels/banquiers/économistes/ »spécialistes de la finance » plus fictifs que RÉELS! Vous comprenez la différence? ;)

  23. ShereKhan dit :

    BA, le ratio de levier de la BCE n’a pas d’importance. Il ne s’agit pas d’une banque privée. LA BCE se renflouera avec de l’argent qu’elle aura créé elle-même avec la bénédiction des Etats. Autre solution: les Etats renfloueront la BCE avec de l’argent fictif qu’elle leur aura prêté.

    Quant à MM. Bernstein et Rosenberg, je me demande qui les a payés pour faire de telles prévisions. Peut-être Goldman Sachs.