Comptes d’Etats et la Suisse dans tout ça ?

Comme vous le savez la suisse ne fait pas partie de l’Union Européenne.

Le peuple souverain à dit non à l’entrée dans l’EEE en 1992, puis après dans l’entrée de l’Europe.

Nos politiques continuent de revenir sans cesse sur le sujet, mais (cela n’engage que moi) cette arlésienne commence à indisposer le citoyen qui ne veut pas revoter toutes les années sur  le même objet (avec les coûts que cela engendre).

Avec les endettements européens galopants, les pressions fiscales, il est très certainement couru d’avance que le suisse dirait à nouveau NON et très certainement de manière encore plus catégorique que lors de la dernière votation.

Comme vous le savez aussi, la Suisse ne faisant pas partie de l’Europe (UE), les chiffres économiques qui sont communiqués aux européens n’incluent pas ceux de la Confédération Helvétique. Je vais donc me charger de vous montrer quelques chiffres et données concernant l’endettement suisse afin de réparer cet « oubli ».

On trouve tout ici: http://www.efv.admin.ch/f/dokumentation/zahlen_fakten/finanzberichterstattung/staatsrechnungen.php

La Suisse a réduit sa dette durant ces deux dernières années et ceci malgré d’autres prévisions qui avaient été faites par la confédération (ici:Compte d’Etat 2009 excédent de 2,7 milliards et réduction de la dette malgré la récession7 et La Suisse réduit sa dette de 11 milliards) et d’après le site officiel de la confédération, notre endettement en relation avec le PIB est ainsi de 20.7%.

 

 

Voici aussi deux fichiers pour les dernières années: comptes d’etat 2009 CHf et comptes d’etat 2008 CHf.

Je me permets d’ajouter que l’année 2009  fût une excellente année, car en lieu et place de l’anticipation de 119 milliards de dettes, la Suisse se trouve avec 111 milliards.

Mais alors pourquoi dans le journal 24heures d’hier on peut trouver un graphique qui montre un endettement /PIB de 40% pour la Suisse ? (en lieu et place des 20.7% annoncé sur le graphique précédent)

Parce ce graphique inclut les dettes des cantons et des communes. Ainsi la comparaison avec l’Europe est idoine.

On trouve cela ici: H1_Rechnungsabschluesse

Il est donc évident que la Suisse est-  de ce point de vue là – beaucoup moins en danger que ses voisins européens et que les ratios dettes/PIB des pays environnants se trouvent être des multiples.

Quand au déficit public suisse, il reste très raisonnable.

Tags: , ,

12 Responses to “Comptes d’Etats et la Suisse dans tout ça ?”

  1. ShereKhan dit :

    La Suisse fait tout à fait partie de l’Europe, mais pas de l’UE.

  2. Milou dit :

    Continuez comme ça, et, surtout votez NON.

  3. oui j’ai corrigé ! merci

  4. Jean dit :

    Votez oui, comme ça vous paierez un peu pour nous ! :-)

  5. Jean dit :

    [Edit] en France, on aime bien partager (la main sur le coeur) avec l’argent des autres… Alors pourquoi pas l’argent des suisses !

  6. BA dit :

    La Suisse va mieux que la Grèce (euphémisme).

    Moody’s abaisse les notes de neuf banques grecques.

    L’agence de notation financière Moody’s a annoncé vendredi qu’elle abaissait la note de solidité financière (BFSR) et de crédit de neuf banques grecques, maintenant une perspective négative, en raison des pressions sur le secteur bancaire dans le contexte économique grec.

    Moody’s pourrait encore dégrader les notes des dépôts et de crédit de ces banques lorsqu’elle réévaluera la note de dette à long terme de la Grèce.

    Les neuf établissements en question sont NBG (Banque nationale de Grèce), Eurobank, Alpha, la Banque du Pirée, Emporiki (filiale du Crédit Agricole), Agricultural Bank of Greece, General Bank of Greece (filiale de la Société Générale), Marfin Egnatia Bank et Attica, détaille Moody’s dans un communiqué.

    Moody’s avait déjà dégradé la note de BNG, Alpha, Eurobank, la Banque du Pirée et Emporiki le 31 mars.

    L’agence de notation estime que le contexte économique grec a des répercussions sur la solidité du secteur financier local, qui a de plus en plus de mal à avoir accès au marchés interbancaire et obligataire et s’appuie donc sur le financement de la Banque Centrale Européenne (BCE).

    « La BCE va rester une source de financement pour les banques jusqu’à ce que la confiance revienne sur les marchés. Cela dit, le soutien de la BCE n’est pas illimité, rappelle Moody’s.

    Autre difficulté pour le secteur bancaire : la mise en place de mesures pour redresser les finances est positive pour la solvabilité du pays, mais peut avoir un coût sur la croissance à court ou moyen terme, souligne l’agence de notation, citant pêle-mêle un risque de hausse du chômage, une baisse des revenus et une moindre rentabilité pour les entreprises.

    http://www.romandie.com/infos/news/201004301537040AWP.asp

  7. Tarek dit :

    que ponsez vous sur l’evolution futur euro/ franc Suisse

    vu la situation critique de certains pays de l’europe Grece -Portugal-Espagne-Irlande et l’Italie est ce que ce n’est pas judicieux de convertir ses avoirs en Euro des maintenant en Franc Suisse pour eviter une eventuel chute de l’Euro.

    PS : il y a eu beaucoup de sortie de capitaux de la Grece et parmi les distinations on trouve la suisse en premier lieu.

  8. Tarek dit :

    Bullion-vault se vente de l’afflux soudain de gros clients Grecs.

  9. BA dit :

    Je veux partir vivre en Suisse !

    Je ne veux plus vivre dans l’Union Européenne !

    Ils sont devenus fous dans l’Union Européenne !

    Les ministres des finances de la zone euro ont décidé, dimanche 2 mai, « d’activer » sans délai un plan d’aide à la Grèce de 110 milliards d’euros, dont 80 milliards à leur charge, et le reste apporté par le FMI.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/05/02/l-europe-approuve-l-aide-financiere-a-la-grece_1345672_3214.html#ens_id=1268560

    Prenons les quatre pays qui devraient prêter le plus :

    – 1- L’Allemagne devrait prêter à la Grèce 27,92 % du prêt total, soit 22 milliards 336 millions d’euros.

    – 2- La France devrait prêter à la Grèce 20,97 % du prêt total, soit 16 milliards 776 millions d’euros.

    Vous avez bien lu : la France devrait prêter à la Grèce 16 milliards 776 millions d’euros.

    – 3- L’Italie devrait prêter 18,42 % du prêt total, soit 14 milliards 736 millions d’euros.

    – 4- L’Espagne devrait prêter 12,24 % du prêt total, soit 9 milliards 792 millions d’euros.

    Les Etats européens vont maintenant emprunter sur les marchés internationaux. Ensuite, ils vont re-prêter ces sommes à la Grèce. Enfin, ils ne reverront jamais ces sommes car la Grèce ne pourra jamais les rembourser.

    Cette folie a un nom : ça s’appelle un suicide collectif.

  10. AlexT dit :

    Est-ce que qqn a une explication valable à la diminution considérable de l’exposition Suisse aux banques Grecques telle que rapportée par la BIS fin Septembre 2009 et fin décembre 2009 (respectivement 78.6 vs 3.7 mia d’Euro… un p**ain de changement)

  11. ShereKhan dit :

    Je viens de regarder le contenu du plan d’austérité grec, de la foutaise absolue. Au lieu de réduire la dépense publique, ils réduisent le pouvoir d’achat et les avantages sociaux. Pas de mesures pour lutter contre la corruption, faire revenir les fortunes placées à l’étranger… Je ne vois pas en quoi cela va les renflouer. Du carton-pâte pour justifier la fuite en avant dans la dette.

  12. tloc dit :

    L’europe peut pour l’instant emprunter ces sommes pour la Grêce…Personne ne s’indigne trop du fait que les US ont emprunté 4.6 fois plus de dollar en 18 mois que pour toute la deuxième guerre mondiale (en dollar constant)…..Lorsque le Titanic coule, il ne faut pas s’attacher à la porte des toilettes qui grince…