Billet invité: Léonard Sartoni, suivi du marché de l’or

Tandis que l’or arrive au seuil important des $1250 et l’argent au seuil important des $20, les vendeurs de papier s’activent pour les empêcher de dépasser certaines limites ($1270 pour l’or), au-delà desquelles ils seraient obligés de couvrir leurs positions short en les rachetant, alimentant ainsi une détente du prix contre le haut, et attirant à elle les suiveurs de tendance et tous ceux qui attendent sur la touche pour revenir (tous ceux qui attendent que l’or touche les $1100-$1000). Un puissant rally pourrait s’enclencher.

leo1

 

Techniquement on ne peut pas encore parler d’une remise en cause de la tendance baissière intermédiaire, mais nous nous en approchons! D’ailleurs, on peut observer les mêmes divergences haussières sur les indicateurs qui avaient cours en juin. Alors que je pensais que les mines anticipaient une cassure des $1180 avec la rupture de leur plancher de juin, plusieurs indicateurs m’ont fait changer d’avis ces dernières semaines. Tout d’abord le signal envoyé par les commerciaux en décembre, ensuite les divergences haussières sur l’or et les mines, la bonne tenue du creux de juin pour l’or et l’argent, la tournure parabolique de la hausse sur les actions US avec l’aiguille du greedometer qui fait le tour du cadran (valeur historique jamais atteinte!!), les valorisations extraordinairement basses pour  les mines, le marché de l’or physique qui répond toujours à ces prix plancher (coûts de production) par une forte demande en Asie, ainsi que des stocks de lingots en forte baisse pour le COMEX et le LBMA.

leo2

leo3

leo4

leo5

 

 

On assiste aux mêmes divergences haussières sur les mines d’or. La séance de hier pour le GDXJ (fonds de mines juniors) a même enregistré un volume d’achat historique! Il est encore trop tôt pour le dire techniquement, mais en prenant en compte les fondamentaux exceptionnels du marché, en particulier les valorisations ridicules des mines, on devrait assister à un puissant rebond sur ce secteur haï (existe-t-il un terme plus fort?). Ensuite, dès que le marché action US établira son sommet majeur de marché haussier intermédiaire (si ce n’est pas déjà fait), nous devrions nous remettre en selle pour la chevauchée finale de ce marché haussier sur l’or… et je suis prêt à parier que son sommet final ne ressemblera pas du tout au sommet final de 1980 (blow off) mais plutôt à un palier très élevé par rapport à toutes les autres monnaies.

Un graphique intéressant sur les rendements du marché action US depuis 1928 (en rouge)

leo6
En bleu, le même rendement, mais calculé seulement durant les secondes années des mandats présidentiels de 4 ans. Et nous sommes justement en seconde année de mandat présidentiel. Voici encore les valorisations (P/E) des actions US depuis 1870:

leo7
Nous sommes arrivé dans la partie haute où, historiquement, ceux qui achètent finissent sur des pertes ou avec un profit minuscule 10 années plus tard! Ce présent cycle « hivernal » de K ne devrait se terminer qu’avec des valorisations pour les actions comprises entre 10 et 5. Donc la route est encore longue, comme on peut s’en apercevoir sur ce graphique, et il n’est pas question de « nouveau marché haussier séculaire » pour les actions, contrairement à tout ce qu’on peut lire dans la presse. Le présent marché haussier sur les actions est davantage dû aux interventions historiques (et désespérées) de la FED sur les marchés qu’aux fondamentaux.

Les journaux parlent de hausse du PIB aux USA pour justifier la hausse des actions. Voici le PIB officiel des US :

leo8

En hausse de $4000 milliards depuis 2009. L’économie repart! OK, mais qu’a-t-il fallu injecter dans le moteur?

leo9

$4000 milliards de dette publique supplémentaire!! Ca c’est pour la contribution de l’Etat. Et la FED?

leo11

$2000 milliards d’achats de titres depuis 2009 avec QE1, QE2 et QE3!!

La croissance économique des US est en réalité négative et entièrement dépendante de l’accroissement de la dette fédérale et des achats mensuels de la FED. Empêchez l’Etat d’emprunter davantage ou arrêtez immédiatement le QE3 de la FEd et on verra ce qu’il arrive à cette croissance anémique! Tôt ou tard, la confiance dans ce système, qui nécessite de plus en plus de dette pour de moins en moins de croissance, s’effondrera.

leo12

La croissance du PIB aux US en rouge et la performance des actions US en vert.

La FED monétise la dette de l’Etat US avec ses achats de bons du Trésor, et de même que l’Etat US n’a aucune intention de rembourser ses dettes astronomiques, la FED n’a aucun moyen de retrouver le bilan qu’elle avait avant la crise de 2008… sous peine de voir la valeur du dollar s’effondrer et de voir les taux longs prendre l’ascenseur. L’inflation ferait alors un retour en force avec la hausse simultanée du prix de toutes les matières premières en terme de dollars. La FED perdrait le contrôle de la situation, et devrait lancer un QE4 encore plus agressif que le QE3 pour freiner la chute du dollar et la hausse des taux longs (qui menaceraient de faillite l’Etat surendetté). Mais avec l’esquisse de sortir du QE3, c’est peut-être ce à quoi il faut s’attendre pour 2014? La FED pourra toujours renverser la vapeur après coup. Le jeu devient de plus en plus risqué, et elle pourrait perdre définitivement le contrôle des marchés, mais ses interventions musclées et ses planches à billets magiques ont formé un véritable fan’s club à Wall Street… du moins jusqu’au prochain krach boursier!

Le jeu de la dévaluation monétaire à petit feu se terminera probablement sur un accident de parcours ou une perte totale de confiance dans le dollar. Plus le conducteur roule vite, et plus la moindre faute devient fatale!

leo13

La vitesse de circulation de la monnaie. C’est l’autre facteur possible pour causer une hausse importante de l’inflation dans les années à venir. En perte de vitesse depuis l’entrée dans l’hiver de K. Mais la propension des gens à s’assoir sur leurs avoirs en banque et leurs actifs financiers peut changer subitement pour des raisons psychologiques, créant un pic dans la vitesse de circulation de la monnaie. La confiance dans le système est encore très élevée, surtout en Occident. Mais un changement peut se produire très rapidement, sur quelques semaines. Les changements dans la vitesse de circulation de la monnaie prennent toujours les économistes des banques centrales par surprise. Ils attendent généralement trop longtemps pour éponger la monnaie excessive qu’ils ont créée. En été 1922, la vitesse de circulation de la monnaie a connu un pic soudain, qui a surpris les dirigeants de la Reichsbank. Ils ne pouvaient pas comprendre pourquoi le peuple allemand se comportait différemment, deux ans après qu’ils aient déjà gonflé la masse monétaire. Il faut croire que la confiance du public a soudainement sombré avec l’idée que la situation devenait ingérable.

Nous sommes loin de la situation allemande de 1922 (qui avait conduit à l’hyperinflation), mais la situation en Europe, au Japon et aux USA pourrait vite s’avérer ingérable … surtout si les taux longs continuent de grimper! De là, à causer un pic dans la vitesse de circulation de la monnaie, et précipiter le système dans le chaos, il n’y a qu’un pas. Les banquiers centraux marchent sur des oeufs!

leo14

Sur ce graphique, on peut voir l’anomalie de 2013 sur le cours de l’or. Tandis que la FED poursuit son QE3 et que les actions reflètent à leur manière l’augmentation de la masse monétaire (et la baisse du pouvoir d’achat de la monnaie), l’or a été pris temporairement sous contrôle et a subi des raids baissiers ponctuels et répétés tout au long de 2013, déclenchant des achats massifs d’or physique en Asie et au Moyen Orient et des ventes massives dans les ETFs sur l’or de la part d’investisseurs occidentaux. Comme par hasard cette année-là, le gouvernement indien, ami des USA, a imposé de nombreuses restrictions (de plus en plus impopulaires) sur le marché de l’or pour freiner la demande du plus gros consommateur d’or de la planète (place qui est revenue aux Chinois cette année). Comme par hasard cette année-là, la FED devait commencer à restituer de l’or physique aux Allemands et ne semblait plus pouvoir les retrouver parmi ses 8000t d’or officiels… Comme par hasard cette année-là, la France change sa fiscalité sur l’or, la Suisse interdit aux non résidents d’acheter de l’or, et un peu partout dans le monde d’autres griffes se sont resserrées sur le marché de l’or physique! On prépare ça et là la fermeture des issues de secours en cas d’effondrement du système et en cas de panique des populations hors des monnaies papiers. Parallèlement, on prépare les futurs renflouages des banques par les épargnants lors de la prochaine et inéluctable crise financière (qui risque aussi d’être monétaire cette fois).

Clairement, les planches à billets de la FED ont travaillé pour le bien être de Wall Street et ont conduit petit à petit à la formation d’une nouvelle bulle sur les marchés actions.

Systématiquement, depuis que nous sommes entrés en hiver de K, les interventions de la FED pour s’opposer aux crises « correctives » de l’hiver ont conduit à la formation de bulles jusqu’à leur éclatement : actions en 2000, immobilier US en 2007, et de nouveau actions sous Bernanke en 2013-2014, avec l’indicateur avancé d’entrée en phase d’exubérance irrationnelle : la crypto-monnaie bitcoin. La FED, à travers l’inflation, contribue également à la mauvaise redistribution des richesses comme on peut le voir avec la perte du pouvoir d’achat des classes moyennes et inférieures au fil du temps, et avec ce graphique de la distribution de la richesse aux US, où 80% de la population détient 7% de la fortune totale et où 1% de la population détient 43% de la fortune totale.

leo15

On parle d’un taux de chômage officiel en baisse aux US, mais en réalité beaucoup de personnes actives ne sont plus prises en compte dans les chiffres du chômage :

leo16

On doit sans doute en retrouver une partie à l’assistance alimentaire :

leo17

La seule reprise réelle aux USA est la reprise des bonus pour les banquiers!

Pour terminer j’aimerais revenir aux mines d’or. On peut voir dans le graphique ci-dessous que jamais les mines n’ont corrigé plus de 3 années consécutives :

leo18

Et qu’en terme de durée et de pourcentage total de baisse, cette phase corrective arrive en bout de course, si on la compare aux pires phases correctives que le secteur a subi depuis 1939 :

leo19

Je l’ai déjà dit en 2013, lorsque les mines étaient à un niveau plus élevé qu’aujourd’hui, mais je le répète aujourd’hui (même si un dernier mouvement de baisse pourrait nous porter 15%-20% plus bas avec les mines) : je pense que les mines d’or ont été victimes de ventes à découvert massives en parallèle avec les ventes d’or papier, qu’elles n’ont jamais été si bon marché en terme de valorisations depuis le début de ce marché haussier, et que d’ici quelques années elles auront déjà établi de nouveaux sommets et performé deux à trois fois mieux que l’or (ce qui n’est pas difficile vu le niveau du ratio HUI/GOLD)! Dans l’ensemble de ce marché haussier, les mines auront fait moins bien que l’or, car sur cette période elles ont plus que doublé leur nombre d’actions en circulation, les teneurs en or des réserves ont diminué, et l’exploration a produit peu de nouvelles découvertes. Mais sur la période qui s’ouvre à nous, le ratio va très probablement remonter, car les valorisations, comme par exemple capitalisation boursière/nombre d’onces en réserve, sont à des niveaux beaucoup trop bas!

L’investissement contrarien n’a pas payé en 2013, car ceux qui étaient chargé de contrôler le prix de l’or ont faussé les signaux du marché, et ce secteur est resté beaucoup plus longtemps en phase d’exécration, que ce à quoi on pouvait s’attendre. Les banquiers et tous ceux qui détestent l’or (en temps que baromètre de crise) se sont délectés de l’effondrement des cours en 2013 et il en est sorti des « je vous l’avais bien dit », « ne touchez pas à l’or »,  « l’or est une relique barbare pour fanatiques », etc. Les mêmes discours qu’on pouvait entendre vers la fin des années 2000. En réalité, le sentiment a subi un « reset » complet! Il existe à présent un mur de doutes énorme devant les investisseurs qui voudraient se lancer dans l’achat d’or ou de mines d’or. Pour un investisseur contrarien (doté d’un courage herculéen), cela reste une bonne nouvelle, malgré les lourdes pertes de 2013.

Pas loin de 1000t d’or physique sont sortis des poches des investisseurs occidentaux pour aller dans les poches des Asiatiques. C’est le flux de l’or dont je parlais dans mon livre, de l’Occident en déclin vers l’Asie qui monte en puissance. Et on peut se demander comment les investisseurs occidentaux feront pour récupérer l’or qu’ils ont vendu en 2013. On peut parier qu’à moins de $2000, les Asiatiques ne seront pas intéressés pour le revendre, même en partie. Surtout si les choses se gâtent au cours de 2014. Les banquiers se demandent combien d’or physique vont encore sortir des ETFs en 2014, et moi je me demande comment ces ETFs feront pour le récupérer dans un marché de plus en plus tendu! Le résultat sera probablement une détente fulgurante du prix à un moment donné. Ceux qui sont restés sur leurs positions en or physique savent qu’il se vend au niveau de ses coûts de production, que la prime de risque est actuellement nulle tandis que le marché actions nage en plein délire, et qu’à moins d’y être forcés pour des besoins de liquidité, il ne fait absolument aucun sens de le vendre à ces prix-là!

Il faut aussi relativiser ces 1000t d’or qui sont sorties des ETFs. Au début des années 2000, on avait pas loin de 500t d’or qui étaient vendues chaque année par les banques centrales… et le prix grimpait. En définitive, ce qui détermine le prix du physique, c’est la propension des gens à puiser dans la réserve mondiale des 170’000t d’or pour le vendre. C’est avant tout le degré de confiance envers la monnaie papier et les Etats qui les émettent. L’Occident ne comprend pas vraiment la fonction de réserve de valeur de l’or, mais la Chine, la Russie, l’Inde, le Moyen Orient et l’Asie dans son ensemble sont beaucoup plus méfiants de nature envers la monnaie papier, et ces prochaines années vont leur donner raison.

leo21

Un dernier coup d’oeil au greedometer, l’indicateur d’avidité sur les marchés,et indicateur avancé de sommets majeurs. Il bat tous les records! C’est encore pire qu’au sommet de la bulle des technologiques en 2000… Le vent est tellement puissant en ce moment que même les dindes volent! Le bitcoin, lui, est sorti de la stratosphère pour visiter le cyber espace et former la première bulle spatiale de l’histoire!

On voit que lorsque l’indicateur touchait un sommet à 7200 (7,2 sur le compteur) en 2000, le marché action a corrigé ensuite de 47% (stoppé dans sa chute par les actions de la FED), et lorsqu’il touchait un nouveau sommet à 7300 en 2007, le marché action a corrigé de 57% (stoppé dans sa chute par les réactions de la FED). Mais lorsqu’il a touché un nouveau sommet à 7300 en 2010, la FED lançait son QE2 et est parvenue à soutenir les actions jusqu’en 2013 avec  son QE3! Tandis que la FED fait mine de retirer son QE3 et que le greedometer touche un nouveau sommet historique proche de 8000, les concepteur de cet indicateur parlent de krach 2014-2015 qui fera référence dans les livres d’histoire!!

https://www.greedometer.com/interactive-greedometer/4614-2/

Il ne faut pas se leurrer. La FED peut imprimer autant de nouveaux dollars qu’elle veut, tandis qu’en 2014 il faut entre 9 et 12 ans pour passer de la découverte d’un nouveau gisement d’or à sa production! On imprime beaucoup moins facilement de l’or physique, et ce qu’on a vu en 2013 c’est avant tout une attaque d’imprimeurs de papier sur le COMEX pour faire main basse sur l’or physique. Une institution qui a le pouvoir d’imprimer l’équivalent annuel de 20’000t d’or en nouveaux dollars, a aussi le pouvoir de contrôler les marchés de l’or papier où l’or physique n’existe que pour une infime partie des contrats en circulation. Certains ETFs ne sont pas correctement couverts (ou pensent l’être alors que les lingots sur lesquels ils comptent ont été « prêtés » à d’autres banques), la plupart des comptes métaux ne sont couvert qu’à 10%, sans parler des produits dérivés. Lorsque la musique s’arrêtera et que ceux qui pensent détenir un droit sur de l’or physique avec leur papier voudront toucher le physique, ce sera aussi pour les livres d’histoire!

A suivre…

Tags: ,

30 Responses to “Billet invité: Léonard Sartoni, suivi du marché de l’or”

  1. Skilver dit :

    Joli papier :)

    Le dernier graphique me fait penser à l’article qui est sorti il y a pas longtemps:

    Les 7 graphiques qui font peur pour 2014

    http://investir.ch/2014/01/les-7-graphiques-qui-font-peur-pour-2014/

     

    Mon sentiment c’est qu’on va bientôt vivre une 2ème ruée vers l’or (argent métal). Personnellement j’empile chaque mois.

  2. Milou dit :

    Bonjour TLM
    E.Sartoni toujours très bon !
    Le plancher du cours de l’or, pour les minières serait de 1150$

    http://delor.bullionvault.fr/les-couts-des-exploitations-minieres-auriferes-imposent-un-plancher-de-1-150-dollars-cours-de-l-or-17012

    Paraît il que le cours de l’or baisserait après les étrennes, en Chine (Barclays’)

    http://delor.bullionvault.fr/les-cours-de-l-or-atteignent-des-hauts-de-six-semaines-achat-or-Chine-20011

  3. BA dit :

    Lundi 20 janvier 2014 :

    Chômage : les prévisions mondiales sont alarmistes.

    Catastrophique. Le rapport annuel de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), publié lundi, dresse un constat des plus sombres sur l’évolution de l’emploi l’an dernier. Si les gouvernements ne prennent pas les mesures énergiques qui s’imposent, la tendance est appelée à se dégrader encore plus.

    Fin 2013, le monde recensait environ 202 millions de chômeurs. Un chiffre en hausse de près de 5 millions par rapport à l’année précédente. L’essentiel de cette dégradation (45 %) est due aux pays de l’Asie de l’Est et du sud. Il n’y a guère que l’Amérique latine qui soit parvenue à limiter la casse avec seulement 50.000 chômeurs supplémentaires.

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0203255715741-chomage-les-previsions-mondiales-sont-alarmistes-644179.php

  4. BA dit :

    Les prêts des banques européennes au secteur privé sont en bleu :

    http://www.zerohedge.com/sites/default/files/images/user5/imageroot/2014/01/November%20Eurozone%20Loan%20Creation.jpg

    Ce graphique montre que le LTRO (1019 milliards d’euros) est un échec total : les banques européennes prêtent de moins en moins au secteur privé.

    En Europe, les prêts au secteur privé s’effondrent.

    L’économie réelle n’a pas du tout profité des 1019 milliards d’euros du LTRO.

    En réalité, que font les banques européennes des 1019 milliards d’euros que leur a prêtés la BCE en décembre 2011 et en février 2012 ?

    Réponse : plutôt que de prêter au secteur privé, chaque banque préfère prêter à son Etat.

    Conséquence : pour plusieurs Etats européens, la dette publique a commencé à baisser.

    Mais en revanche, pour d’autres Etats, la dette publique continue à augmenter.

    Mercredi 22 janvier 2014 : Eurostat publie les chiffres de la dette publique du troisième trimestre 2013.

    1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 317,310 milliards d’euros, soit 171,8 % du PIB. Ces deux chiffres sont en hausse.

    2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2068,722 milliards d’euros, soit 132,9 % du PIB. Ces deux chiffres sont en baisse.

    3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 210,965 milliards d’euros, soit 128,7 % du PIB. Ces deux chiffres sont en baisse.

    4- Irlande : dette publique de 204,696 milliards d’euros (en hausse), soit 124,8 % du PIB (en baisse).

    5- Chypre : dette publique de 18,403 milliards d’euros, soit 109,6 % du PIB. Ces deux chiffres sont en hausse.

    6- Belgique : dette publique de 393,603 milliards d’euros, soit 103,7 % du PIB. Ces deux chiffres sont en baisse.

    7- Espagne : dette publique de 954,863 milliards d’euros, soit 93,4 % du PIB. Ces deux chiffres sont en hausse.

    8- France : dette publique de 1900,848 milliards d’euros, soit 92,7 % du PIB. Ces deux chiffres sont en baisse.

    9- Royaume-Uni : dette publique de 1431,399 milliards de livres sterling (en hausse), soit 89,1 % du PIB (en baisse).

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-22012014-AP/FR/2-22012014-AP-FR.PDF

  5. BA dit :

    Olivier Delamarche, le 22 janvier 2014 :

    La vidéo dure 10 minutes, et c’est excellent !

  6. BA dit :

    Au Royaume-Uni, les LibDems sont un parti libéral, classé à droite. Les LibDems sont un parti favorable à la construction européenne.

    Le Parti Travailliste est un parti classé à gauche, et il est lui-aussi favorable à la construction européenne.

    Coup de tonnerre ! Les LibDems et le Parti Travailliste viennent de faire alliance à la Chambre des Lords pour empêcher l’organisation d’un référendum sur l’Union Européenne !

    C’est encore un coup d’Etat anti-démocratique.

    C’est le dernier exemple en date qui confirme que la construction européenne est anti-démocratique.

    La construction européenne s’éloigne de plus en plus de la démocratie.

    La construction européenne se rapproche de plus en plus de la dictature.

    Samedi 25 janvier 2014 :

    Coup de frein pour le projet britannique de référendum sur l’UE.

    Le texte prévoyant l’organisation d’un référendum sur une sortie de l’UE du Royaume-Uni d’ici à 2017 est menacé de ne jamais voir le jour. La Chambre des Lords a décidé de le renvoyer devant la chambre basse du Parlement.

    Les conservateurs ont accusé leur partenaire de coalition les LibDems et l’opposition travailliste de vouloir « tuer » le projet de loi soutenu par le Premier ministre David Cameron. Les deux partis sont opposés au référendum.

    Après avoir franchi le 10 janvier son premier obstacle à la chambre haute du Parlement britannique, le texte a subi vendredi un spectaculaire coup de frein. Une majorité de 87 Lords a demandé, au cours d’un débat houleux, d’amender la question posée par le référendum (Pensez-vous que le Royaume-Uni doit rester membre de l’Union européenne?).

    Le parlementaire conservateur Bill Cash a d’ores et déjà estimé que le projet de loi était « mort », regrettant la guérilla menée par les travaillistes et les libéraux-démocrates. « Même s’ils n’osent pas l’admettre, ils ne pensent pas que le peuple britannique doit avoir son mot à dire », a également fustigé Lord Hill, leader des Tories à la chambre haute.

    http://www.romandie.com/news/n/Coup_de_frein_pour_le_projet_britannique_de_referendum_sur_l_UE99250120140145.asp

  7. BA dit :

    Lundi 27 janvier 2014 :

    Turquie, Inde, Indonésie, Afrique du Sud, Brésil : les commentateurs anglophones sont très inquiets de l’effondrement de ces « fragile five »

    Ces « fragile five » sont en train d’entraîner toute la planète dans leur chute.

    La Bourse de Tokyo a terminé la séance de lundi en forte baisse de 2,51%, inquiète pour les pays émergents victimes de turbulences économiques ou politiques.

    « Les capitaux quittent le marché d’actions de façon générale », a expliqué Hiroichi Nishi, courtier chez SMBC Nikko Securities cité par Dow Jones Newswires. « Pour le Japon, a-t-il ajouté, la combinaison d’une baisse à Wall Street, d’un dollar plus faible et de craintes pour la croissance mondiale pèse sur le marché. »

    Les investisseurs s’inquiètent particulièrement pour les pays émergents, certains redoutant une fuite des capitaux.

    La décision de la Banque centrale américaine (Fed) de légèrement réduire l’ampleur de son programme de soutien exceptionnel à la première économie mondiale n’a rien arrangé.

    « Les monnaies des pays émergents se sont affaiblies depuis mi-janvier, mais deux éléments ont accentué les pressions », explique Sébastien Barbe, spécialiste des pays émergents au Crédit Agricole.

    Le premier élément est selon lui la publication récente en Chine d’un indicateur faisant état d’un recul de la production manufacturière en janvier. Le second concerne la dépréciation de la monnaie argentine la semaine dernière, un facteur qui a « ouvert la porte à un certain mouvement de panique sur les marchés ».

    S’y ajoute selon M. Barbe une « nervosité politique » dans de nombreux pays émergents, non seulement en Turquie (où la monnaie n’en finit plus de dégringoler), mais aussi dans d’autres pays (Inde, Afrique du Sud, Indonésie, Brésil) où des élections nationales sont prévues dans l’année.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/afp-00579411-la-bourse-de-tokyo-cloture-en-forte-baisse-de-2-51-inquiete-pour-les-pays-emergents-645774.php

  8. BA dit :

    Lundi 27 janvier 2014 :

    Etats en difficulté : la Buba prône une taxe sur le patrimoine.

    La Banque centrale allemande, la Bundesbank, a défendu l’idée d’une taxe sur le patrimoine privé pour les Etats menacés de banqueroute, avant qu’ils ne réclament l’aide de leurs partenaires, dans son rapport mensuel publié lundi.

    Une telle taxe « correspond au principe de responsabilité nationale, selon lequel les contribuables sont responsables des obligations de leur gouvernement avant de réclamer la solidarité des autres Etats », a expliqué la Bundesbank, sans davantage préciser son idée.

    « Mais sa mise en oeuvre est difficile et risquée, a-t-elle ajouté, soulignant qu’elle doit intervenir dans des situations exceptionnelles comme la nécessité d’éviter qu’un Etat ne devienne insolvable. »

    Rappel :

    Quels sont les Etats européens insolvables ?

    1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 317,310 milliards d’euros, soit 171,8 % du PIB.
    2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2068,722 milliards d’euros, soit 132,9 % du PIB.
    3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 210,965 milliards d’euros, soit 128,7 % du PIB.
    4- Irlande : dette publique de 204,696 milliards d’euros, soit 124,8 % du PIB.
    5- Chypre : dette publique de 18,403 milliards d’euros, soit 109,6 % du PIB.
    6- Belgique : dette publique de 393,603 milliards d’euros, soit 103,7 % du PIB.
    7- Espagne : dette publique de 954,863 milliards d’euros, soit 93,4 % du PIB.
    8- France : dette publique de 1900,848 milliards d’euros, soit 92,7 % du PIB.
    9- Royaume-Uni : dette publique de 1431,399 milliards de livres sterling, soit 89,1 % du PIB.

    http://www.romandie.com/news/n/UEEtats_en_difficultla_Buba_prune_taxe_sur_le_patrimoine_RP_270120141455-17-441059.asp

  9. BA dit :

    Attention !

    Cyclone financier à l’horizon !

    Turquie, Inde, Indonésie, Afrique du Sud, Brésil : les « fragile five » déclenchent un cyclone financier.

    Les « fragile five » relèvent leurs taux directeurs les uns après les autres : Inde, puis Turquie, et maintenant l’Afrique du sud.

    Ces « fragile five » sont en train d’entraîner toute la planète dans leur chute.

    Mardi 28 janvier 2014 :

    Inde : hausse du taux directeur de la Banque centrale de 0,25 point, à 8%.

    Mercredi 29 janvier 2014 :

    Turquie : la banque centrale augmente ses taux pour sauver la livre.

    Lors d’une réunion d’urgence de son comité de politique monétaire, la banque centrale de Turquie a procédé à un changement complet de stratégie et annoncé une augmentation de son taux au jour le jour, qui passe de 7,75 à 12%, et de son taux hebdomadaire repo, poussé de 4,4 à 10%.

    Vers 14h23 :

    Afrique du Sud : la banque centrale relève ses taux d’intérêt pour soutenir le rand.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Afrique_du_Sud_la_banque_centrale_releve_ses_taux_d_interet_pour_soutenir_le_rand65290120141424.asp

  10. BA dit :

    Turquie, Ukraine, Argentine, Brésil, Afrique du Sud, Thaïlande, Inde, Russie, etc, etc : les nuages noirs s’accumulent.

    Pays émergents : cyclone financier à l’horizon.

    Vendredi 31 janvier 2014 :

    Emergents : l’incertitude politique vient aggraver la crise économique.

    http://www.romandie.com/news/n/FOCUSEmergents_L_incertitude_politique_vient_aggraver_la_crise_economique70310120141401.asp

  11. BA dit :

    Pays émergents : cyclone financier à l’horizon.

    Vendredi 31 janvier 2014 :

    Le FMI veut une action « urgente » dans les émergents.

    Les monnaies de plusieurs pays émergents ont plongé ces derniers jours sur fond de reflux des capitaux étrangers et de doutes croissants sur la solidité de ces économies.

    Le FMI s’est dit favorable vendredi 31 janvier à une action « urgente » dans certains pays émergents déstabilisés par des récentes turbulences monétaires, tout en appelant les banques centrales à la « vigilance » à travers le globe.

    http://www.challenges.fr/economie/20140131.CHA9938/le-fmi-veut-une-action-urgente-dans-les-emergents.html

  12. André171 dit :

    Dans l’hypothèse de la réalisation de cette prévision de Jim Sinclair pour le moins optimiste pour l’or, comme d’ailleurs pour la réalisation dans les 6 prochains mois des espérances d’Egon von Greyerz ( cours de 4000 à 5000$ pour l’or et 150 pour l’argent ), il va de soi que le coût de production des minières serait sans doute aussi en forte hausse du fait notamment de l’ hyper inflation.
    Néanmoins,à mon sens, seraient d’abord affectés les coûts de production hors investissements, ces derniers ( immobiliers, infrastructures, stocks en inventaire, réserves en terre …) ayant été acquis avant majoration des prix et n’étant appelés à être affectés par la hausse qu’au fur et à mesure de leur renouvellement.
    Dans ces conditions, puisque acquérir des actions de minières c’est, proportionnellement au capital détenu, posséder une partie de l’avoir social de la minière y compris ses stocks et ses autres actifs fixes de production, ne faudrait-il pas rechercher d’abord des sociétés ayant des réserves importantes ?
    J’observe que dans minières, le ratio de capitalisation par once de réserves est très variable ce qui tend à démonter que ce critère ne doit pas être considéré isolément.
    A votre avis quelles sont les sociétés qui auraient un grand potentiel en cas de forte hausse de l’or et l’argent.

    Liens Sinclair :
    http://gold-phase-3.blogspot.fr/2014/02/jim-sinclair-gold-will-be-50000-per.html

  13. BA dit :

    Depuis plusieurs années, l’économie mondiale était en lévitation.

    Depuis plusieurs années, l’économie mondiale montait haut, très haut dans le ciel, car elle reposait sur … le kérosène fourni par les banques centrales.

    Les banques centrales étaient devenues des distributeurs automatiques de kérosène.

    Mais aujourd’hui, les banques centrales arrêtent de distribuer le kérosène.

    Et donc notre avion va reprendre contact avec le sol.

    Notre avion a commencé sa descente.

    Mardi 4 février 2014 :

    La Bourse de Tokyo chute de 3% peu après l’ouverture.

    La Bourse de Tokyo chutait mardi peu après l’ouverture, victime d’une inquiétude généralisée pour l’économie américaine, la zone euro et les pays émergents.

    Les opérateurs suivaient le mouvement de baisse poursuivi lundi à Wall Street, où le Dow Jones a perdu 2,07%, après avoir enregistré en janvier son pire mois depuis mai 2012, et son pire début d’année depuis 2009.

    A Tokyo comme à New York, les investisseurs ont mal pris la publication lundi de deux indicateurs manufacturiers décevants dans les deux premières économies mondiales, aux Etats-Unis et en Chine. Cette mauvaise nouvelle a alourdi davantage un climat déjà anxiogène, où les craintes de déflation pour la zone euro s’ajoutent aux turbulences dans les marchés émergents.

    http://i10.servimg.com/u/f10/11/06/56/21/m17v10.jpg

  14. merio dit :

    Si l’initiative contre immigration ne passe pas,il ne faudra plus se plaindre après,à bon entendeur!

  15. merio dit :

    Vive la Suisse!

  16. BA dit :

    Lundi 10 février 2014 :

    «Certaines banques européennes n’ont pas d‘avenir»

    Danièle Nouy, présidente du mécanisme de supervision bancaire européen, estime que certains établissements ne passeront pas l’audit de santé qui se déroulera cette année. Il faudra alors organiser leur faillite ordonnée.

    «Nous devons admettre que certaines banques n’ont pas d’avenir» confie l’ancienne haut fonctionnaire de la Banque de France, au Financial Times. Selon elle, ces tests de résistance européens – stress tests – ne seront crédibles auprès des investisseurs internationaux qu’à la condition qu’ils épinglent les banques les plus faibles.

    La présidente du Mécanisme de supervision unique reconnaît que l’ensemble des banques du Vieux Continent ont fait des efforts depuis l’éclatement de la crise financière afin de consolider leurs bilans. Mais, dans les cas où ces efforts ne suffiront pas, il conviendra alors d’organiser des faillites ordonnées.

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/02/10/20002-20140210ARTFIG00139-certaines-banques-europeennes-n-ont-pas-d8216avenir.php

    Lundi 27 janvier 2014 :

    Les banques européennes ont une insuffisance de fonds propres d’environ 84 milliards d’euros au total, selon une information parue lundi dans l’hebdomadaire allemand WirtschaftsWoche, qui cite une nouvelle étude de l’Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE).

    Crédit agricole a le déficit de capitaux le plus important, de 31,5 milliards d’euros.

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/20140127trib000811970/les-banques-europeennes-ont-besoin-de-84-milliards-d-euros-de-fonds-propres.html

    Un rapport de l’OCDE vient de faire état d’un manque de fonds propres des banques européennes de 84 milliards d’euros. Sur ce montant le Crédit Agricole représente un montant de 31,5 milliards, soit un peu moins de 40% de toute l’Europe. Cette situation fragilise à la fois le système bancaire français et l’union bancaire européenne.

    http://finance.blog.lemonde.fr/2014/01/31/4123/

  17. Or/Bitcoin dit :

    on verra pour l’initiative contre l’immigration..

  18. BA dit :

    Lundi 10 février 2014 :

    Zone euro : Danièle Nouy favorable à la disparition des banques les plus faibles.

    La Française Danièle Nouy, récemment nommée à la tête de la supervision bancaire unique de la zone euro, s’affiche partisane de laisser les établissements les plus faibles du secteur disparaître, dans une interview au Financial Times publiée lundi.

    « Nous devons accepter le fait que certaines banques n’ont pas d’avenir. Nous devons en laisser quelques unes disparaître de manière ordonnée, et pas forcément essayer de les fusionner avec d’autres institutions », a-t-elle déclaré au quotidien des affaires britannique.

    « Je ne sais pas combien de banques doivent faire faillite. Ce que je sais, c’est que nous voulons avoir le plus haut niveau de qualité », a-t-elle ajouté.

    http://www.news-banques.com/116335/0121116335/

    Lundi 27 janvier 2014 :

    Les banques européennes ont une insuffisance de fonds propres d’environ 84 milliards d’euros au total, selon une information parue lundi dans l’hebdomadaire allemand WirtschaftsWoche, qui cite une nouvelle étude de l’Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE).

    Crédit agricole a le déficit de capitaux le plus important, de 31,5 milliards d’euros.

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/20140127trib000811970/les-banques-europeennes-ont-besoin-de-84-milliards-d-euros-de-fonds-propres.html

    Un rapport de l’OCDE vient de faire état d’un manque de fonds propres des banques européennes de 84 milliards d’euros. Sur ce montant le Crédit Agricole représente un montant de 31,5 milliards, soit un peu moins de 40% de toute l’Europe. Cette situation fragilise à la fois le système bancaire français et l’union bancaire européenne.

    http://finance.blog.lemonde.fr/2014/01/31/4123/

  19. Amora dit :

    merio j’ai voté OUI à l’initiative de l’UDC limitant l’immigration massive car ras-le-bol de ces français qui s’installent(ex. les bretons) dans le Jura français pour obtenir le statut de frontalier et venir de facto travailler en Suisse. Marre de la délinquance en provenance de France qui sévit de Genève à Bâle en passant par le Valais, marre de l’arrogance française contre les suisses. Pareil pour les allemands et les italiens. Qu’on remette les pendules à l’heure! Ceux qui ont voté NON sont ceux qui profitent du dumping salarial et de l’explosion des prix de l’immobilier. La réalité est autre pour les simples citoyens qui en ont marre des bouchons sur les routes, des prix exorbitants des transports publics quels qu’ils soient et des vols dans les trains(tous étrangers); Cette libre circulation n’est pas la mienne; je me déplace facilement depuis les années 50 et les bilatérales n’existaient pas ni l’UE. Celle libre circulation est celles des affaireux qui ne vivent pas en Suisse mais qui ont leur siège en Suisse! Je suis fier d’avoir voté OUI!

    La Victoire des Suisses, le grain de sable qui peut gripper tout le système ? : http://www.resistancerepublicaine.eu/2014/la-victoire-des-suisses-le-grain-de-sable-qui-peut-gripper-tout-le-systeme/ :)

  20. BA dit :

    Mercredi 12 février 2014 :

    France : encore un record battu !

    2006 : faillites d’entreprises françaises : 46 444.
    2007 : faillites d’entreprises françaises : 49 201.
    2008 : faillites d’entreprises françaises : 54 716.
    2009 : faillites d’entreprises françaises : 63 204.
    2010 : faillites d’entreprises françaises : 60 019.
    2011 : faillites d’entreprises françaises : 59 867.
    2012 : faillites d’entreprises françaises : 61 086.
    2013 : faillites d’entreprises françaises : 63 452.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/service-distribution/actu/0203311317986-defaillances-d-entreprises-record-en-2013-649867.php

  21. Amora dit :

    L’arrogance allemande envers la Suisse:

    Le non des Suisses à la libre circulation des personnes était le thème de l’émission de débat « Hart aber fair », diffusée lundi 10 février 2014 sur la chaîne allemande ARD. Le quotidien suisse Tages-Anzeiger fait part de son agacement face à l’argumentation paternaliste des politiques allemands : « Contrairement à la démocratie représentative, la démocratie directe fait régulièrement remonter à la surface des choses qui sont à l’index dans le jargon officiel des politiques. Certaines votations du peuple souverain ont beau être désagréables à accepter, la démocratie directe se doit de les prendre au sérieux, quand bien même elles se révèleraient erronées. Une arrogance telle que celle affichée dans l’émission sur l’ARD est tout à fait impensable à l’endroit de l’Allemagne : quoi que les politiques allemands puissent décider, les Suisses l’acceptent sans discours moralisateur ni rappel à l’ordre autoritaire, et souvent même en leur témoignant trop de respect ! Pourquoi ? Parce que les Allemands sont comme les parents, et il se trouve qu’ils ont jeté leur dévolu sur la voiture bleue de l’UE. » (11.02.2014)

    Article intégral (lien externe, en allemand):http://www.tagesanzeiger.ch/kultur/diverses/Hart-aber-direktdemokratisch/story/19729452

  22. Amora dit :

    Pour l’humour commentaire lu dans la presse people:

    LES DIX COMMANDEMENTS SUISSE

    Dieu a dit aux suisses
    1 : Laisser tomber le planché Frs 1.20,EUROS
    2: Marchandises qui transitent. BLOQUER.
    3: Les étudiants et apprentis UE .STOP. J’ai étudié à l’étranger en Europe avant ERASMUS sans aucun problème!
    4:Pour tous les frontaliers et étrangers européens VISA 5:Contrôle des papiers à toutes les DOUANES
    6:Les visas de travail en priorité aux REFUGIES
    7:Blocage de tous les comptes bancaire EUROPEENS.
    8:Fermeture du Gothard, Lötschberg et Simplon aux véhicules EUROPEENS
    9:Taxe sur tous les produits EUROPEENS
    10:Pas de vacances au sein de l’UE…ATTEND les dégâts venir! :)

  23. Amora dit :

    Enquête suisse sur la population active et statistiques dérivées au 4e trimestre 2013: l’offre de travail

    Neuchâtel, 13.02.2014 (OFS) – Selon les relevés de l’Office fédéral de la statistique (OFS), le nombre d’actifs occupés en Suisse a progressé de 1,8% entre le 4e trimestre 2012 et le 4e trimestre 2013. Sur la même période, le taux de chômage selon la définition du Bureau international du Travail (BIT) a baissé, passant de 4,4 à 4,1% en Suisse. Au sein de l’UE, le taux de chômage est resté stable (10,7%).
    Population active occupée
    En Suisse, 4,899 millions de personnes étaient actives occupées au 4e trimestre 2013, soit 1,8% de plus qu’au 4e trimestre 2012. Parmi celles-ci, le nombre d’hommes a augmenté de 1,0% et le nombre de femmes de 2,8%. En termes d’équivalents plein temps (EPT), l’évolution a atteint également +1,8% au total (hommes: +0,9%, femmes: +3,4%).

    La main-d’œuvre suisse et étrangère
    Entre le 4e trimestre 2012 et le 4e trimestre 2013, le nombre de travailleurs de nationalité étrangère a augmenté plus fortement que le nombre de travailleurs de nationalité suisse (+3,7% à 1,439 million contre +1,1% à 3,460 millions). L’augmentation de la main-d’œuvre étrangère s’observe en premier lieu dans le groupe des titulaires d’une autorisation de séjour de courte durée (livret L) séjournant en Suisse depuis moins de douze mois (+11,8%). Elle est moins marquée dans le groupe des titulaires d’une autorisation d’établissement (livret C, +6,2%) et dans celui des frontaliers (livret G, +3,9%). Le nombre de titulaires d’une autorisation de séjour (livret B) ou d’un livret L séjournant en Suisse depuis plus de douze mois a diminué pendant la période considérée (-2,2%).

    Le taux de chômage au sens du BIT en Suisse et en Europe
    Au 4e trimestre 2013, 193’000 personnes étaient au chômage en Suisse selon la définition du Bureau international du Travail (BIT), soit 10’000 de moins qu’un an auparavant. Ces chômeurs au sens du BIT représentaient 4,1% de la population active, contre 4,4% au 4e trimestre 2012. Le taux de chômage au sens du BIT est resté inchangé dans l’Union européenne (UE28: 10,7%). Il a par contre légèrement augmenté dans la zone Euro (ZE18: de 11,8% à 12,0%).

    Chômage des jeunes au sens du BIT
    En Suisse, le taux de chômage des jeunes (15-24 ans) au sens du BIT a diminué, passant de 9,2% à 8,3% entre le 4e trimestre 2012 et le 4e trimestre 2013. Sur la même période, le taux de chômage des jeunes est resté stable dans l’Union européenne (UE28: 23,5%), alors qu’il a augmenté quelque peu dans la zone Euro (EZ18: de 24,0% à 24,3%).

    Chômage au sens du BIT selon diverses caractéristiques
    Entre le 4e trimestre 2012 et le 4e trimestre 2013, le taux de chômage au sens du BIT a reculé chez les 50 à 64 ans, passant de 3,1% à 2,8%. Il a également légèrement reculé chez les 25-49 ans, passant de 4,0% à 3,9%. Il a diminué aussi bien chez les hommes (de 4,1% à 3,9%) que chez les femmes (de 4,7% à 4,3%). Alors que le taux de chômage au sens du BIT a baissé chez les Suisses (de 3,3% à 2,8%), il a légèrement progressé chez les personnes de nationalité étrangère (de 7,8% à 7,9%). Dans ce dernier groupe, il ne s’est toutefois accru que chez les ressortissants de l’UE28/AELE (de 5,0% à 5,8%). Le taux de chômage au sens du BIT des ressortissants d’Etats tiers a reculé (de 14,0% à 12,8%).

    Durée du chômage au sens du BIT
    Entre le 4e trimestre 2012 et le 4e trimestre 2013, le nombre de chômeurs de longue durée au sens du BIT (1 an ou plus) a légèrement diminué (de 69’000 à 68’000). Leur part s’est par contre accrue de 34,0% à 35,1% pendant cette période. La durée médiane du chômage a également augmenté, passant de 162 à 229 jours.

    Travail à temps partiel et sous-emploi
    Le nombre de personnes travaillant à temps partiel se montait à 1,584 million au 4e trimestre 2013 (+53’000 par rapport au 4e trimestre 2012). Parmi celles-ci, 300’000 étaient en sous-emploi, c’est-à-dire qu’elles souhaitaient travailler davantage et étaient disponibles à court terme pour le faire. Le taux de sous-emploi s’élevait à 6,4% aussi bien au 4e trimestre 2012 qu’au 4e trimestre 2013.

  24. Amora dit :

    Voilà un graphique important expliquant le OUI des suisses sur l’arrêt de l’immigration massive. Dumping salarial il y a bel et bien. Mais faut lire les chiffres avant 2004…

    Evolution des salaires – au total (1939=100): http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/03/04/blank/key/lohnentwicklung/nominal_und_real.parsys.0005.Image.gif

  25. Amora dit :

    Maintenant une autre courbe expliquant le ras-le-bol des suisses qui ont voté OUI. La courbe de l’augmentation des loyers: http://www.homegate.ch/neutral/img/cms/Kaufen/Bauen_Unterhalt/angebotsmietndex_2012_12_Dezember_fr.jpg

  26. BA dit :

    L’Italie est en faillite.
    L’Italie n’est plus gouvernée.
    L’Italie est ingouvernable.
    28 avril 2013 : Enrico Letta devient premier ministre.
    13 février 2014 : Enrico Letta démissionne.

    http://www.lemonde.fr/europeennes-2014/article/2014/02/13/ultimes-man-uvres-de-matteo-renzi-pour-diriger-l-italie_4366151_4350146.html

    A propos de l’Italie :

    2007 : dette publique de 1605,1 milliards d’euros, soit 103,3 % du PIB.
    2008 : dette publique de 1671 milliards d’euros, soit 106,1 % du PIB.
    2009 : 116,4 % du PIB.
    2010 : 119,3 % du PIB.
    2011 : 120,8 % du PIB.
    2012 : 127 % du PIB.
    Fin septembre 2013 : dette publique de 2068,722 milliards d’euros, soit 132,9 % du PIB.

  27. BA dit :

    Samedi 15 février 2014 :

    Un sondage explosif :

    Question de l’institut de sondage Ifop :

    « Vous personnellement, êtes-vous favorable ou opposé à ce que la France remette en cause les accords de Schengen et restreigne les conditions de circulation et d’installation des citoyens européens sur son territoire ? »

    Personnes âgées de 18 à 24 ans : 60 % de favorables.
    25 à 34 ans : 54 % de favorables.
    35 à 49 ans : 62 % de favorables.
    50 à 64 ans : 59 % de favorables.
    65 ans et plus : 57 % de favorables.
    Total : 59 % de favorables.

    L’Europe sous le choc : 59% des Français favorables à une restriction des conditions de circulation et d’installation des Européens dans le cadre des accords de Schengen

    Les Français se disent majoritairement favorables à une limitation de la circulation des immigrés européens en France, et donc à une remise en cause du traité de Schengen. C’est un des piliers de la construction européenne qui est ainsi contesté par l’opinion publique.

    http://www.atlantico.fr/decryptage/59-francais-favorables-restriction-conditions-circulation-et-installation-europeens-dans-cadre-accords-schengen-jerome-fourquet-982672.html?page=0,0

  28. Ce qui m’inquiète c’est la liquidité de l’or et de l’argent si le cyclone financier dont vous parlez se produit!

  29. BA dit :

    Le référendum suisse et le sondage Ifop du samedi 15 février 2014 disent la même chose :

    les peuples veulent vivre à l’intérieur de frontières NATIONALES.

    Au XXème siècle, l’Europe a vu plusieurs constructions supranationales s’effondrer, mais ça, c’était à l’est de l’Europe.

    Et ça ne nous concernait pas : c’était loin, ça se passait en Europe de l’est, ce n’était pas nos proches voisins.

    Nous avons lu dans les journaux ce qui se passait en Europe de l’est : l’effondrement de l’Autriche-Hongrie, l’effondrement de la Tchécoslovaquie, l’effondrement de la Yougoslavie, l’effondrement de l’URSS, l’effondrement des constructions supranationales situées en Europe de l’est.

    Mais au XXIème siècle ?

    Qu’allons-nous voir au XXIème siècle ?

    Nous allons voir, comme d’habitude, l’effondrement des constructions supranationales. Mais il y a une grande différence :

    l’effondrement des constructions supranationales, ça va se passer en Europe de l’OUEST.

    Les 28 peuples d’Europe de l’OUEST vont détruire une construction supranationale, mais cette fois-ci, nous n’allons pas le lire dans les journaux, nous n’allons pas le regarder à la télévision.

    Cette fois-ci, nous allons le vivre, nous allons le faire nous-mêmes, dans nos 28 nations.

    Cette fois-ci, nous allons reprendre le contrôle de nos lois nationales, nous allons reprendre le contrôle de nos frontières nationales, nous allons reprendre le contrôle de notre monnaie nationale, etc.

    En Europe de l’ouest, le XXIème siècle sera le siècle du retour des nations. Le XXIème siècle sera le siècle du retour des peuples.

    Surtout, le XXIème siècle sera le siècle du retour des souverainetés nationales.

    L’expérience supranationale aboutit à un désastre.

    La parenthèse supranationale est en train de se refermer.

    http://www.atlantico.fr/decryptage/59-francais-favorables-restriction-conditions-circulation-et-installation-europeens-dans-cadre-accords-schengen-jerome-fourquet-982672.html?page=0,0

  30. BA dit :

    Italie, Espagne : cataclysme bancaire à l’horizon.

    Les banques italiennes ont dans leurs livres 149,6 milliards d’euros d’actifs pourris, soit 9 % de l’ensemble des crédits.

    Les banques espagnoles ont dans leurs livres 197,045 milliards d’euros d’actifs pourris, soit 13,6 % de l’ensemble des crédits.

    Dimanche 9 février 2014 :

    Les banques italiennes se trouvent, elles aussi, confrontées à une forte augmentation de leurs créances douteuses. Celles-ci atteignent, selon l’Association de banques italiennes, 149,6 milliards d’euros, soit 9% de l’ensemble des crédits, ce qui les situe à un niveau proche des sommets atteints fin 2008, au plus fort de la crise financière ayant suivi la faillite de la banque Lehman Brothers.

    http://www.lefigaro.fr/societes/2014/02/09/20005-20140209ARTFIG00236-l-italie-se-dechire-sur-le-traitement-de-sa-crise-bancaire.php

    Mardi 18 février 2014 :

    Espagne : record historique de créances douteuses fin 2013 à 13,6%.

    Le taux de créances douteuses des banques espagnoles a atteint fin 2013 son plus haut niveau en cinquante ans à 13,6%, alors que le pays vient de sortir du programme d’aide européen au secteur, a annoncé mardi la Banque d’Espagne.

    Ces créances, surtout présentes dans l’immobilier (crédits de promoteurs et de particuliers risquant de ne pas être remboursés), s’élevaient à 197,045 milliards d’euros en décembre, soit 4,6 milliards de plus qu’en novembre, lorsque leur taux avait atteint 13,07%.

    http://www.romandie.com/news/n/Espagne_record_historique_de_creances_douteuses_fin_2013_a_13617180220141116.asp