Les billets sont garantis par de l’or…..mon oeil ! (mise à jour 2015)

mai 15th, 2015

Le 29 mai 2009, je vous avais écrit un article sur cette fameuse couverture or des billets.

Il est grand temps de faire une mise à jour suite à tous les développements 2015 dont l’abandon du taux plancher sous la pression.

Abandon que je vous avais annoncé le jour même de la fixation de cette hérésie de taux plancher dans mon article: « La BNS devra rendre des comptes » (et ce n’est pas fini, foi de Crottaz ! (j’aurai pu écrire « foie de Crottaz », tellement le bilan de la BNS est indigeste))

Revenons à nos moutons.

Je vais vous montrer la couverture or de nos billets de banques en vous produisant tout simplement les chiffres et tableaux de la BNS (Banque Nationale Suisse).

Tout d’abord le montant en or de la BNS

bilan bns 2014

Soit 1040 tonnes d’or qui représentent 38’612.4 milliards fin mars 2015

Quelle est la quantité de billets en circulation ?

billet et comptes à vue 2015

Et l’explication « fumeuse » de la croissance ! (à oui la fameuse croissance….on est en déflation en Suisse ! ) la BNS veut dire la croissance du bilan ?

circulation billets de banques ch en 2014

 

Si je sais bien lire 66.897 milliards en billets pour 38 milliards d’or, soit une couverture or de 57.71% des billets en circulation.

Mais le propos ne s’arrête pas là car il faut tenir compte des autres « billets » qui physiquement pourraient être réclamés. Les comptes à vue (crédit etc.) et des comptes épargnes qui ne figurent pas dans le tableau précédent.

Voici donc le total de ce qui est appelé masse monétaire M3….. et sa merveilleuse évolution

agregat monetaire mars 2015

Toutes données peuvent être compulsées ici: annrep_2014_komplett.fr

Si on prend l’extrême, soit 958.546 milliards cela offre une couverture or de 4.02%……..je défaille ! (38.612 milliards en or pour une M3 de 958.546 milliards de CHF)

J’ajoute en plus que la BNS a augmenté son exposition en actions à 18% du bilan soit 100 milliards de CHF en actions, ce qui correspond à 13’000 CHF par habitant (pas par contribuable!)

reserves de devises et titres en CHF BNS

On comprend pourquoi certains titres n’arrêtent pas de monter…

Zerohedge l’a bien mentionné, la BNS possède plus de 1.1 milliards de USD dans Apple (entre autres)

Vous trouverez les détails ici: http://www.zerohedge.com/news/2015-05-07/guess-who-owns-11-billion-apple-stock

Soit vous pensez que les banques centrales ont tout pouvoir (et achetez les titres qu’elles achètent, soit vous pensez que cela ne peut aller à l’infini)

 

C’est l’histoire d’un type qui se demande combien font 2+2.

Il demande à son médecin à l’occasion. Ce dernier répond: « Je pense connaître la réponse, mais il va falloir que je demande l’avis de mes confrères ».

Notre homme se tourne alors vers un mathématicien et lui pose la même question. Le savant lui répond 3,9 périodique.

La réponse ne le satisfait pas. En désespoir de cause, il contacte un économiste et un comptable. Combien font 2+2 ?

L’économiste: « D’après mes tables environ 4, mais je vous dirai dans quelques temps pourquoi la réponse que je vous fournis est fausse. »

Le comptable: « Dîtes moi combien vous voudriez que ça fasse ! »

Les taux et l’étau se resserrent ?

mai 6th, 2015

Ces derniers jours nous avons assisté au réveil des taux sur les emprunts d’Etats.

USA – 10 ans

US 10ans 6-5-15

Allemagne – 10 ans

germany10ans 6-5-15

France – 10 ans

france10ans 6-5-15

Suisse – 10 ans

swiss 10ans 6-5-15

Un mini krach obligataire vient d’avoir lieu sous vos yeux ébahis

On peut interpréter cela de plusieurs manières:

Read the rest of this entry »

Si la BNS m’était « comptée » épisode no 2

mai 1st, 2015

En ce 1er mai,  fête du travail, je me permets de faire une mise à jour du bilan de la BNS suite à sa dernière publication.

La-BNS-a-subi-une-perte-de-30-mill

Voilà un nouveau terme pour abyssales: Des perte BNSques !
Hier notre chère banque centrale suisse a annoncé une perte de 30 milliards de CHF (perte comptable qu’elle dit ! Ce qui n’est pas significatif, paraît-il, car sur une partie de l’exercice 2015 uniquement)
Bruno Bertez et votre serviteur l’ont d’ailleurs aussi relevé: Le BNS est un hedge funds !
http://blog.crottaz-finance.ch/?tag=bns
http://brunobertez.com/2015/04/30/la-banque-nationale-suisse-comme-un-hedge-fund/

Passons en revue le bilan:

 

bns bilan Q1-2015 biss Read the rest of this entry »

OPA (au Canada) mode d’emploi

avril 24th, 2015

Un lecteur m’a demandé comment se passait une OPA , comment (techniquement) cela pouvait se dérouler et quelles étaient les implications

J’y ai répondu comme suit:

 

L’OPA peut être de deux ordres

1) Hostile

2) Amicale

 

Techniquement parlant, il est plus intelligent pour l’éventuel acheteur de prendre une position actions avant de lancer l’OPA.

En effet, les actions déjà acquises le sont à un cours plus bas que celui de l’OPA et au cas où une sur-enchère arrive (qui emporterait la mise), il y aura un gain pour la société qui aurait lancé la première tentative sur ses premiers achats.

 

En général, la société qui acquiert accumule 9,9% du capital (pas besoin de s’annoncer avant 10% au Canada, je crois 5% au USA)) et trouve un bloc de plusieurs pourcents et annonce au marché son intention avec le prix proposé.

 

1) Hostile: des chances d’aboutir si le capital est disséminé et l’offre intéressante, mais en général pas l’aval du Conseil d’administration. Peut s’en suivre un combat et le CA peut essayer de trouver un chevalier blanc

 

2) Amicale le CA appuie l’achat. Négociation déjà faite et approuvée par les dirigeantsavec valorisation pour les actionnaires.

Deux exemples de titres (OPA) ci-dessous:

on voit le volume en augmentation et finalement le prix monte.

S’il s’agit de titres plus petits, l’accumulation peut faire monter le cours fortement (surtout si titre sous valorisé), voire de multiples.

 

Probe Mines daily chart 20.1.15

 

Talisman Energy daily chart 16.12.14

Et un article sur 6 titres qui pourrait être rachetés !

http://www.smallcappower.com/posts/urge-to-merge-6-gold-juniors-22-04-2015

Happy investing

 

La BNS réagit

avril 22nd, 2015

Pour faire suite à mon article qui montrait que la caisse de pension de la Confédération bénéficiait d’un passe-droit (ici: La BNS se tire une balle dans le pied) et que ceci avait fait l’objet de contestations d’autres caisses et des assurances notamment, la BNS annonce ce jour:

« Moins de dérogations à l’application du taux d’intérêt négatif aux comptes de virement détenus à la BNS »

La Banque nationale a achevé son examen

La Banque nationale suisse (BNS) a achevé l’examen des dérogations et réduit considérablement le nombre de titulaires de comptes de virement non soumis au taux d’intérêt négatif.

suite et lien du communiqué: http://www.snb.ch/fr/mmr/reference/pre_20150422/source/pre_20150422.fr.pdf

Ce qui a eu un impact rapide sur les taux de change du CHF avec les autres devises;

CHFEUR 22-4-15

CHFUSD 22-4-15

Est-ce que cela sera suffisant sur du moyen / long terme pour affaiblir le CHF, rien n’est moins sûr.

En tous les cas, ceux qui désirent retier du cash vont en être pour leurs frais: (Source: Gautier’s Blog). A partir d’Aout 2015, les retraits dépassant les limites autorisées seront taxé à 2%

Vidéo: Le directeur d’une agence privée de renseignement (STRATFOR) dévoile le plan pour contrôler l’Europe !

avril 22nd, 2015

Pour ceux qui ne l’avaient pas vue

Les mois qui arrivent seront chauds pour la Grèce

avril 21st, 2015

Ce n’est pas la température qui va uniquement monter, mais la pression des créanciers (merci Heinz de m’avoir fait parvenir les graphiques)

Mai et Juin de grandes échéances de remboursement à venirGreece - Pay back schedule April 2015

Les obligations à 3 ans et leur rendements (en bleu) de 28%

Greece - Yield on 3-year government bonds 20.4.15

Les pays qui foncent vers le faillite

Countries going towards bankruptcy April 2015

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes (panglos dans Candide de Voltaire)

 

Le Poutine dans la mine ?

avril 21st, 2015

Qu’est ce qui est jaune, qui monte et qui descend ?

Tout le monde a déjà entendu cette blague assez facile dont la réponse est: un canari dans un ascenseur.

 

Qu’est -ce qui est jaune, qui pèse 1’000 kg et qui monte et qui descend ?

La réponse (à nouveau) un canari de 1’000 kilos dans un ascenseur !

 

Qu’est ce qui est jaune et qui monte tout le temps ?

Réponse: Les réserves d’or de la Russie

goldcore_chart1_21-04-15

En mars, la Russie a acheté un million d’onces et a augmenté ses réserves de 2.6%

Ce qui amène le pays a être détenteur de plus de 1’200 tonnes, pointant au 5ème rang mondial

 

goldcore_chart2_21-04-151

 

et en rouble cela engendre un impact sur les réserves de la banque centrale du pays

 

goldcore_chart3_21-04-15

Tout comme ceux qui calculent en euro

gold in euro chart 21-4-15

Les seuls investisseurs qui ne rigolent pas (pour l’instant) sont les suisses, la monnaie étant forte

gold kg chf 21-4-15

La guerre des devises dure depuis longtemps et celle de l’or ne fait que commencer. La Chine et la Russie accumulent le métal jaune. Quant aux USA on se demande encore et toujours s’ils détiennent autant d’or qu’ils l’annoncent et s’ils ne l’ont pas vendus. Les allemands avaient essayé de récupérer leur or sans succès et Madame Merkel n’a pas trop insisté.

Un indice qui pourrait faire des étincelles si l’or monte et les marchés standards baissent:

GDX chart 21-4-15

Happy investing

Vidéo: Max Keiser & Egon von Greyerz: Contrôles de capitaux, Or, Crise financière

avril 20th, 2015

Pour ceux qui n’avaient pas vu l’interview   Eygon Von Greyerz from Switzerland: http://matterhornassetmanagement.com/about-us/

Audi/Vidéo: Arte:_Un œil sur vous, citoyens sous surveillance

avril 13th, 2015

Audio/vidéo: La visite en Suisse du président François Hollande se déroule dans un climat propice au « french bashing » (RTS)

avril 13th, 2015

Ce matin, un débat des plus intéressants entre la vision suisse (décentralisée) et le vision française (centralisatrice).

Etant suisse, je ne peux qu’être d’accord avec l’interlocuteur qui prend position pour mon pays.

Ma patrie n’est pas parfaite, c’est sûr, mais à retenir

1) Responsabilisation individuelle

2) Décentralisation (aux cantons)

 

Un grand débat ! (aux intervenants merci de rester courtois)

La Suisse championne du monde des taux négatifs

avril 9th, 2015

Ce matin la presse en parle:

La Suisse emprunte à 10 ans à un rendement négatif

C’est quand même hallucinant de voir que des personnes (ou institutions) placent leur argent à 10 ans avec un taux NEGATIF

Cela signifie qu’ils paient pour déposer leur argent durant 10 ans ! C’est complétement DEBILE

J’ajoute qu’en plus ils doivent supporter les coûts (frais de transactions, droits de garde) d’un tel investissement et qu’on empêche le retrait cash de milliards

La courbe des taux en Suisse se déplace vers le bas de manière quasi parallèle depuis une année.

La question est quand cela va-t-il s’arrêter ?

CCJDsIcUsAEBDJ5

structure des taux suisses dans le temps

indice prix cons suisse 8-4-2015

source: communiqué de presse: http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/news/medienmitteilungen.Document.193165.pdf

Avec des croissances aussi faibles et en ralentissement, je ne vois pas comment les taux pourraient remonter.

En comparaison internationale, les allemands et français proposent aussi des taux négatifs sur un certain nombre d’échéances

structure des taux comparaison internationale

Comme je vous l’ai dit plusieurs fois, nous sommes en déflation et les chiffres qui sortent sont mauvais, mais personne ne semble s’en inquiéter. Les marchés des actions montent sans cesse alors que nous sommes dans une situation pire qu’avant 2008. (merci à Chalres Sannat): http://www.economiematin.fr/news-situation-etats-unis-crise-economique-graphique-sannat

 

Pour en revenir aux taux, j’ai une explication (qui vaut ce qu’elle vaut).

Je vous la livre en mille (billets de) : Les caisses des pensions

En effet, nos chères caisses de pensions doivent investir

  1. Le cash qui rentre des cotisations (tous les mois)
  2. Une grande partie des fonds dans les obligations libellées en CHF
  3. Dans des obligations avec une notation élevée

Les caisses de pensions doivent faire face à un grande problème, à savoir comment générer du revenu pour servir des rentes alors qu’on leur donne un rendement négatif. Pour mémoire, un taux d’intérêt positif doit être octroyé sur la part obligatoire (c’est la loi). La part sur-obligatoire -quant à elle – peut subir un intérêt négatif.

Je rappelle aussi que les caisses de pensions on transféré le risque aux assurées depuis des années en passant de la primauté des prestations à la primauté des cotisations. pour mémoire: prévoyance posez-vous les bonnes questions

En 2009 déjà, je vous avais parlé que les Etats feraient tout pour trouver des financement: David Vincent les a vus !

et votre retraite à taux zéro: votre retraite placé à un taux 0% et prévoyance négative c’est possible

 

 

 

 

La démocratie « française » n’est pas au mieux de sa forme

mars 31st, 2015

http://www.rts.ch/info/monde/6662492-michel-onfray-la-democratie-francaise-n-est-pas-au-mieux-de-sa-forme.html

 

c’est plutôt mondial le problème…

 

La BNS se tire une balle dans le pied

mars 23rd, 2015

La mise en place d’un intérêt négatif de -0.75% sur tous les dépôts auprès de la BNS pose plusieurs problèmes à notre noble institution qu’est notre banque centrale et met les dépositiaires dans l’embarras.

Un taux d’intérêt négatif avait été mis en place il y a quelques décennies (1979), mais il ne frappait que les capitaux étrangers.

Au contraire, aujourd’hui, tout le monde est frappé par cette mesure, surtout les caisses de pensions (sauf celles de la confédération, oh scandale ! La caisse de pension de la BNS exemptée du taux d’intérêt négatif ), assurances, banques, etc.

Presque toutes les banques répercutent à leurs clients l’intérêt négatif selon leurs fortunes (ça change au jour le jour):

Lombard Odier, la Banque Cantonale de Zurich, Credit Suisse, UBS ou encore

BCV: http://www.tdg.ch/economie/argentfinances/La-BCV-pratiquera-le-taux-negatif-au-comptegouttes/story/11226102

Pictet (dès 1 mios, 10 février 2015): http://www.bilan.ch/argent-finances/pictet-introduit-tour-taux-negatifs-gros-clients

La BNS a ouvert une boîte de pandore.

 

Petit aparté:

Il y a désormais des années que la BNS devait changer les billets de banque en circulation. Elle a trouvé maintes excuses dont celle de problèmes d’impression, de papiers, de sécurité…

Je vais vous écrire le fond de ma pensée. Il est totalement impossible que ces problèmes durent aussi longtemps (ils existent depuis 2010)

2012: http://www.lematin.ch/economie/Nos-futurs-billets-de-banque-cherchent-leur–papier/story/23428267

2014: http://www.bilan.ch/economie/de-billets-de-banque-lan-prochain-suisse

En fait (idée certainement issue de mon cerveau de tordu qui cherche toujours à savoir à qui profit le crime) je pense que c’est une volonté.

En effet, si le secret bancaire tombait, il serait totalement impossible de changer les anciens billets contre les nouveaux (pour ceux qui posséderaient du cash non déclaré), puisqu’un passage au guichet serait obligatoire et laisserait une trace.

10er 100

Evelyne Widmer-Schlumpf et la BNS jouent la montre et attendent que tous les accords passent en force (OCDE, GAFI) (elles l’espèrent avant le vote sur cette initiative: http://www.proteger-la-sphere-privee.ch/)

 

Revenons à nos moutons:

Nous assistons à une légère ruée sur le cash pour le mettre au coffre plutôt que de subir un intérêt négatif. Tout ce cash (déclaré) est pénalisé.  La BNS a même donné des instructions pour empêcher les grands retraits (par des caisses de pension ou assurances):

On assiste aussi à des scènes étranges où des personnes, qui ont économisé depuis des années, veulent – à tout prix – acheter un bien immobilier pour ne pas subir un intérêt négatif sur les centaines de milliers de CHF qu’elles possèdent en compte.

On constate effectivement que les billets en circulation sont en constante augmentation (c’était d’ailleurs un de mes anciens concours)

billets en circulation suisse 1979-2015

Comme presque tout le monde le sait,  les banques créent de l’argent à partir des dépôts qu’elles obtiennent.

Si les déposants / épargnants se mettent à retirer leur argent, les banques vont devoir faire face à une espèce de « banque run »

Les banques (institutions privées) créent donc de la monnaie qui est un « bien » étatique ! (l’Etat et les banques marchent donc la main dans la main)

Certains veulent que cela change: Une récolte de signatures est en cours:

monnaie pleine

http://www.initiative-monnaie-pleine.ch/

En conclusion:

« Withdraw or not withdraw that is the question ! »

Le bonheur est en nous

mars 20th, 2015

Merci à mon ami Paul de m’avoir envoyé cette vidéo dont on peut tirer plein d’enseignements

Je crois effectivement que je dois commencer un travail sur moi.

Qui est donc Monsieur Lenoir (qui essaie de voir tout en blanc).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Lenoir

http://www.fredericlenoir.com/

 

Il a raison sur plein de choses comme la perte des repères, des valeurs, etc.

Après cette vidéo je me sens soudainement beaucoup mieux.

 

Banque Nationale Suisse (BNS), les achats continuent ?

mars 17th, 2015

Le 15 janvier 2015 a été marqué par un fait que peu de monde attendait.

Je vous l’avais écrit maintes fois sur ce blog le jour même où la BNS avait pris la décision de défendre l’indéfendable, à savoir un taux plancher entre deux monnaies.

Pour mémoire tous mes articles qui parlent de la BNS: http://blog.crottaz-finance.ch/?tag=bns

Je vous ai donc manqué en ce début d’année et j’ai été un peu frustré de ne pas pouvoir commenter à chaud ce que j’avais prévu et annoncé depuis des années.

Aujourd’hui – après cet abandon et la chute des devises contre CHF ( de fin décembre 2014 à fin janvier 2015 de 13.5% pour l’EUR, de 7.4% pour le USD et 5.6% pour le JPY) –  quelle est la taille du bilan de la BNS ?

somme du bilan de la BNS

Si je ne compte pas trop faux, nous avions un bilan:

– fin 2014 de CHF 510 milliards en devises,  CHF 39 milliards en or et un total du bilan de CHF 561 milliards

– fin janvier 2015 de CHF 507 en devises, CHF 39 milliards en or et un total du bilan de CHF 557.8 milliards

Vous me connaissez, vous me voyez donc venir avec ma petite remarque qui tue.

Comment est-il possible d’avoir quasiment la même exposition en devises si celles-ci baissent entre 7 et 13% sur le mois ? (la BNS possédait l’équivalent de CHF 147 milliards en USD et CHF 236 milliards en EUR à fin 2014) et la même taille de bilan d’un mois à l’autre.

Je vous le donne en mille! La BNS a abandonné le plancher, mais a continué d’accumuler des devises. Nous saurons à la fin du trimestre la répartition des différents postes, mais force est de constater que l’entêtement règne.

J’ose espérer que la BNS a conclu un pacte secret avec la BCE pour revendre les obligations d’Etats européens en portefeuille, sinon je ne donne pas cher du futur des « actifs » de la BNS et de son bilan.

Ce matin sur la RTS: pas touche à l’indépendance de la BNS

Ah oui j’oubliais elle est tellement indépendante qu’elle fixe des intérêts négatifs sur les comptes (sur l’argent que déposent les banques et institutions financières et caisses de pensions. sauf…..

pour la caisse de pension de la confédération (PUBLICA).

Elle est belle l’indépendance !

Et je comprend que certains montent au créneau: http://www.rts.ch/info/suisse/6563833-les-caisses-maladie-contestent-le-taux-d-interet-negatif-introduit-par-la-bns.html

Big Data: Que fait-on de nos données ?

mars 13th, 2015

geopolitis datas

Voici un reportage intéressant (merci Stéphane) du 17 janvier dernier

En Attendant suivez-moi sur Twitter

mars 13th, 2015

Bonjour à tous,

Je suis malheureusement un peu grippé et n’ai pas les idées claires. Je vous promets que la semaine prochaine j’apparai sur le blog avec un article.

En attendant, j’ai aussi réactivé mon compte Twitter: https://twitter.com/crottazolivier

sur lequel je poste des articles que je dégote de-ci, de-là et que je trouve intéressants.

Je vais aussi probablement créer une page Facebook, je vous tiens au courant. Merci à tous les messages que j’ai reçu, c’est touchant de voir que vous ne m’avez pas oublié et en avant pour de nouvelles aventures.

Welcome Back Olivier

mars 11th, 2015

Bonjour, après presque 6 mois de veille, le blog va reprendre.

Comme beaucoup d’autres bloggeurs, je me suis senti fatigué et las d’écrire (souvent les mêmes choses) et avais besoin de prendre du recul.

En espérant ne pas vous avoir manqué ou perdu.

Les articles que j’estime important vont être réactivés de la base de données.

Je vous demande un peu de patience étant donné que j’ai rédigé depuis 2008 plus de 1200 articles.

Au grand plaisir de vous « revoir » virtuellement.

sans-titre

 

 

La Banque Nationale Suisse au service du public ou des marchés? Par Liliane Held-Khawam

septembre 12th, 2014

Madame Liliane Held-Khawan nous gratifie ce jour (comme à son habitude) d’un excellent article.

La BNS temple de la richesse de la Suisse du 20ème siècle est devenu son talon d’Achille. Depuis une dizaine d’années cette entreprise cotée en bourse semble avoir donné une place prépondérante aux besoins des marchés financiers par rapport à ceux du public. Dans son rapport d’activité de 2012 (p66) on peut lire ceci en réponse à la demande de la création d’un fond souverain : « … associer le placement des réserves monétaires de la BNS à des intérêts stratégiques de la Suisse engendrerait un risque de conflit d’intérêts et mettrait potentiellement en danger l’indépendance de la BNS ». Tout est dit.

Dans un contexte d’union douanière, le marché est roi et le marché financier le roi des rois. Bien avant la populaire crise des subprimes, les gouvernants de grandes puissances ont octroyé une place prépondérante aux banques commerciales. Ceci s’est fait grâce au pouvoir de création monétaire qui leur a été délégué. Cette monnaie qui s’appuie sur des dettes – appelée aussi scripturale (1)- est la racine d’un système financier déséquilibré et malade. Le pouvoir de créer de la monnaie ex-nihilo a permis aux financiers de s’infiltrer dans tous les coins de la vie politique, économique, sociale et privée. Cette monnaie scripturale représente plus de 90% de la masse monétaire mondiale ce qui bouleverse totalement la donne en matière de pouvoir monétaire, financier et politique. Sa portée politico-sociale est majeure!

Ce pouvoir étendu offert à un groupe de personnes a créé un chamboulement dans le métier bancaire rythmé par les crises et les scandales. La Suisse a été par exemple sonnée en 2007 par la découverte de l’implication de la légendaire UBS dans la crise américaine des subprimes et de ses pertes vertigineuses. La première surprise passée, on a expliqué au citoyen qu’il devait payer pour des personnes privées  ayant opéré sur sol américain. Encore plus surprenant, des pratiques criminelles éclaboussant ces grandes banques transnationales ont échappé aux mains de la justice.

Bref, les conséquences pratiques de tout cela se sont cristallisées en 2011 autour du financement des dettes publiques européennes et les risques de défaut de paiement de certains pays. La crise était si aigüe qu’elle menaçait d’emporter avec elle la zone euro et sa monnaie. Les banques européennes lourdement chargées en créances publiques (grecques, espagnoles,..) hautement risquées dans une monnaie qui l’était tout autant ne se faisaient plus confiance. C’en était à tel point qu’elles avaient du mal à se procurer du dollar américain. Elles couraient le risque de devoir vendre leurs actifs en dollars et de stopper le financement de compagnies américaines. Le système était en train de se gripper sévèrement !

C’est donc pour éviter un effondrement des marchés que 5 banques centrales dont la BNS ont décidé de mettre en place l’assouplissement quantitatif de manière massive en septembre 2011. C’est une politique monétaire dite « non conventionnelle » qui consiste en une expansion du bilan de la banque centrale qui rachète aux établissements financiers de manière définitive ou temporaire (REPO) des actifs même toxiques. Ces acquisitions se font en monnaie nationale via les comptes à vue que les banques possèdent auprès des banques centrales. C’est ainsi que la zone euros a pu refinancer à bon compte ses dettes souveraines et que l’euro a été sauvé.

Cette décision de l’assouplissement quantitatif -annoncée par le New York Times le 15 septembre 2011 (2)- explique à elle seule la décision quant à la fixation par la BNS d’un taux-plancher avec l’euro (septembre de la même année). Il semble évident que ce taux plancher lui permet à ce jour de ne pas faire apparaître les pertes comptables liées à la valeur réelle de l’euro. Le mécanisme de l’assouplissement quantitatif se lit dans le bilan de la BNS. On peut relever quelques éléments qui retiennent l’attention.

Le premier élément est l’expansion sans précédent de son bilan sans réalité économique. Celui-ci a été multiplié par plus de 4 entre fin 2004 et fin 2013. Cette tendance expansionniste s’est poursuivie immuablement durant les sept premiers mois de 2014, le bilan passant de 490 à 517 milliards de francs sur cette période !
Un deuxième élément qui interpelle est le soutien massif de l’euro qui occupe quasiment la moitié des devises (46%) pour atteindre la somme vertigineuse de 215 milliards de francs suisses au 30 juin 2014. A titre indicatif, cette rubrique s’élevait à 112 milliards de francs en 2010.

Le 3ème élément fort intéressant est que la BNS investit massivement dans la reprise d’obligations d’État. Ces actifs sont en effet passés de 170 milliards fin 2010 à 340 milliards en juillet 2014 !
Le 4ème élément est un comportement nouveau de la BNS. Il consiste à récupérer des créances d’institutions risquées. Ainsi, les placements avec une notation financière égale ou inférieure à « A » sont passés de 6 milliards de francs en 2010 à près de 37.5 milliards de francs en juillet 2014 ! Voilà une conséquence claire de l’assainissement des banques et institutions financières.

Toutes ces acquisitions/reprises d’actifs des établissements commerciaux doivent être financées. Ceci s’est fait via plusieurs comptes de l’actif ou du passif du bilan. En voici quelques-uns.

  • Lors des subprimes, la BNS a vendu 250 tonnes d’or entre 2007 et 2009.
  • La BNS a augmenté les billets physiques en circulation qui sont passés de 40 à 63 milliards de francs en moins de 10 ans.
  • La BNS a renfloué les banques en Suisse (« compte des virements des banques en Suisse »)  via leur compte à vue auprès de la banque centrale. Cette rubrique a littéralement explosé en même temps que le bilan de la BNS. Elle est passée de moins de 6 milliards en 2005 à 305 milliards en juillet 2014. Elle  constitue la contrepartie apportée par la banque centrale en échange des titres en devises qu’elle assume dorénavant appelés « placement en devises étrangères » inscrits au bilan de la BNS.

Cet argent déposé sur des comptes courants -rémunéré actuellement à 0%- appartient désormais à des banques commerciales (identités non communiquées). Il constitue un actif pour ses propriétaires et un dû pour la banque centrale. Ce sont donc de facto des crédits purs et durs contractés par la BNS auprès des banques commerciales. Celles-ci peuvent grâce à ce « renflouement » développer leur propre création monétaire scripturale et donc amplifier leurs activités plus ou moins spéculatives

  • les « comptes des virement de banques et d’institutions étrangères », autre source de financement des acquisitions de devises et de créances publiques. Le principe est le même que le précédent à la différence près que les établissements se trouvent à l’étranger. Cette rubrique est passée de moins de 2 milliards en 2011 à près de 15 milliards (19 mia en avril 2014). Un bond notable a eu lieu en 2012 (12 mia). Peut-on y voir un lien avec l’ouverture d’une agence de la BNS à Singapour ?

Cette observation du bilan de la BNS appelle plusieurs constats. Le premier c’est que la BNS semble s’être elle-même financiarisée à l’image des Etats ou des entreprises transnationales y c des grandes banques. Son impressionnante expansion sans lien avec l’économie réelle et le PIB donne le sentiment de la constitution d’une bulle spéculative géante.

La présence massive de placements en euros fait perdre de facto l’indépendance tant recherchée dans la loi sur la BNS de 2003. D’ailleurs, quelques semaines avant la fixation du taux-plancher on pouvait relever ce passage dans un article du Temps du 15 juillet 2011 (3):

« Alors que le franc s’envolait mercredi vers de nouveaux sommets, Thomas Jordan, vice-président de la Banque nationale suisse, a fermement rejeté toute idée d’arrimer la monnaie helvétique à l’euro. «Notre mandat principal est d’assurer la stabilité des prix. Lier le franc à l’euro entraînerait de nouveaux problèmes, comme la hausse des taux d’intérêt en Suisse. En outre, une telle opération nécessiterait de modifier la Constitution. Nous ne pourrions plus assurer l’indépendance de notre politique monétaire», a-t-il rappelé mercredi à Zurich lors d’un podium de discussion organisé par l’Efficiency Club. »
La Constitution n’a pas été modifiée, le taux-plancher a été posé et la BNS a perdu son indépendance en matière de politique monétaire. A tout cela s’ajoute une question : que se passerait-il en cas de sortie d’un Etat-membre de la zone euro? Qui supportera les conséquences d’un défaut de paiement d’un des créanciers à risques?

Les risques d’hyperinflation sont réels. Tant que les banques commerciales accepteront de laisser leurs centaines de milliards dormir sur le compte à vue de la BNS à 0%, l’inflation sera en principe contenue. Mais que se passerait-il si ces mêmes banques pilotées en bonne partie par des puissances financières étrangères venaient à retirer leurs dépôts non obligatoires ? Et si elles décidaient de les injecter dans le marché suisse?

Le même septembre 2011, un évènement peu relayé dans la presse a eu lieu à Berne. Les autorités fédérales ont validé une loi appelée Too big to fail. Celle-ci garantit de manière illimitée et sans condition toute défaillance de toute banque répertoriée comme too big to fail. Cette garantie concerne l’argent public du pays mais aussi l’argent des citoyens (épargnes, caisses de pension, assurance-vie…). Le citoyen-contribuable qui gagne son argent grâce à son effort au travail doit garantir un circuit financier représenté par des responsables qui semblent bénéficier d’une impunité à toute épreuve. Les risques liés au concept de la Too big to fail a été remis en question par le FMI (4).

Les enjeux en termes de démocratie et du bien commun sont gigantesques, existentiels et essentiels pour l’avenir. Le travail n’est plus le facteur créateur de richesses. Le danger d’une création d’un circuit fermé créateur de richesses gigantesques réservé à une élite semble être en train de se mettre en place. Les gains basés avant tout sur la spéculation et les « coups » peuvent être si importants que la tentation des banquiers de tourner le dos au financement de l’économie réelle augmente.

A ce stade les questions et interrogations sont nombreuses. Est-ce que le portefeuille gigantesque de la BNS est encore utilisé pour le bien commun compte tenu de son refus de constituer un fond souverain pour la Suisse? Sa force de frappe boursière peut-elle « booster » artificiellement les marchés boursiers? Participe-t-elle alors à enrichir un petit nombre de manière démesurée? Est-elle devenue partie prenante de la finance-casino? Cette politique est-elle compatible avec la mission que le législateur lui a assignée ? Est-il légitime de faire porter des risques majeurs d’un système pour le moins problématique par les petits épargnants, contribuables, retraités? Est-elle en train de transférer son indépendance à des tiers étrangers avec l’assouplissement quantitatif et l’explosion du compte des virements des banques en Suisse remettant alors en cause la souveraineté du pays sans mandat connu? Quel poids politique ce compte de virements des banques donne-t-il à leurs propriétaires?

Surprenante BNS qui nous avait habitués à la prudence. Nous nous retrouvons avec une monnaie quasiment privatisée et une indépendance monétaire pratiquement perdue! La monnaie, la politique monétaire et la banque centrale sont autant de pierres angulaires à l’édifice de l’intérêt public, du bien commun et de la démocratie. Objectivité et neutralité doivent garantir l’équité entre les citoyens. Tout comportement qui ressemblerait à du favoritisme d’un groupe ou d’un autre est contraire à l’esprit d’une économie libre, à la liberté d’entreprendre et à l’Etat de droits.

Au pouvoir illégitime octroyé au marché financier, s’ajoute le fait que la richesse de la Suisse et des suisses est en mode de dilution avancée. Alors qu’une minorité d’individus a acquis un pouvoir de vie et de mort sur la monnaie nationale, un nombre grandissant du peuple peine à boucler ses fins de mois. C’est par la monnaie que la démocratie est en train de filer…

Liliane Held-Khawam

(1)La monnaie scripturale détruit les États! https://lilianeheldkhawam.wordpress.com/2014/07/19/la-monnaie-scripturale-detruit-les-etats/

(2) 5 Central Banks Move to Supply Cash to Europe, September 15, 2011, http://www.nytimes.com/2011/09/16/business/global/borrowing-costs-stubbornly-high-at-spanish-auction.html?_r=0

(3) http://www.letemps.ch/Page/Uuid/823b8ba4-ae59-11e0-8d13-d03d80d505be/Lier_le_franc_%C3%A0_leuro_cr%C3%A9erait_de_nouveaux_probl%C3%A8mes

(4) Le dernier « Rapport sur la stabilité financière globale » du FMI consacre un chapitre entier (sur trois) aux problèmes générés par les garanties étatiques offertes aux établissements considérés comme TBTF. Il y est très clairement expliqué que les banques qui bénéficient de ce type de garantie « ont peu d’incitation à surveiller et punir les prises de risque excessives ». Elles bénéficient par ailleurs de conditions d’emprunt plus avantageuses que ne le justifierait leur profil de risque, ce qui peut leur permettre d’augmenter leur niveau d’endettement pour « s’engager dans des activités plus risquées ». Ces établissements sont ainsi encouragés à rechercher une rentabilité à brève échéance, au détriment de leur viabilité à plus long terme.

Source : Global Financial Stability Report, avril 2014, p.102,

http://www.imf.org/External/Pubs/FT/GFSR/2014/01/pdf/text.pdf

The implicit government protection of these banks distorts prices and resource allocation. Because creditors of SIBs do not bear the full cost of failure, they are willing to provide funding at a lower cost than warranted by the institutions’ risk profiles. They also have little incentive to monitor and punish excessive risk-taking. SIBs then may take advantage of the lower funding costs to increase their leverage and engage in riskier activities. Banks may also seek to grow faster and larger than justified by economies of scale and scope to reap the benefits of the implicit funding subsidy granted to TITF institutions.

  • les « comptes des virement de banques et d’institutions étrangères », autre source de financement des acquisitions de devises et de créances publiques. Le principe est le même que le précédent à la différence près que les établissements se trouvent à l’étranger. Cette rubrique est passée de moins de 2 milliards en 2011 à près de 15 milliards (19 mia en avril 2014). Un bond notable a eu lieu en 2012 (12 mia). Peut-on y voir un lien avec l’ouverture d’une agence de la BNS à Singapour ?

Cette observation du bilan de la BNS appelle plusieurs constats. Le premier c’est que la BNS semble s’être elle-même financiarisée à l’image des Etats ou des entreprises transnationales y c des grandes banques. Son impressionnante expansion sans lien avec l’économie réelle et le PIB donne le sentiment de la constitution d’une bulle spéculative géante.

La présence massive de placements en euros fait perdre de facto l’indépendance tant recherchée dans la loi sur la BNS de 2003. D’ailleurs, quelques semaines avant la fixation du taux-plancher on pouvait relever ce passage dans un article du Temps du 15 juillet 2011 (3):

« Alors que le franc s’envolait mercredi vers de nouveaux sommets, Thomas Jordan, vice-président de la Banque nationale suisse, a fermement rejeté toute idée d’arrimer la monnaie helvétique à l’euro. «Notre mandat principal est d’assurer la stabilité des prix. Lier le franc à l’euro entraînerait de nouveaux problèmes, comme la hausse des taux d’intérêt en Suisse. En outre, une telle opération nécessiterait de modifier la Constitution. Nous ne pourrions plus assurer l’indépendance de notre politique monétaire», a-t-il rappelé mercredi à Zurich lors d’un podium de discussion organisé par l’Efficiency Club. »
La Constitution n’a pas été modifiée, le taux-plancher a été posé et la BNS a perdu son indépendance en matière de politique monétaire. A tout cela s’ajoute une question : que se passerait-il en cas de sortie d’un Etat-membre de la zone euro? Qui supportera les conséquences d’un défaut de paiement d’un des créanciers à risques?

Les risques d’hyperinflation sont réels. Tant que les banques commerciales accepteront de laisser leurs centaines de milliards dormir sur le compte à vue de la BNS à 0%, l’inflation sera en principe contenue. Mais que se passerait-il si ces mêmes banques pilotées en bonne partie par des puissances financières étrangères venaient à retirer leurs dépôts non obligatoires ? Et si elles décidaient de les injecter dans le marché suisse?

Le même septembre 2011, un évènement peu relayé dans la presse a eu lieu à Berne. Les autorités fédérales ont validé une loi appelée Too big to fail. Celle-ci garantit de manière illimitée et sans condition toute défaillance de toute banque répertoriée comme too big to fail. Cette garantie concerne l’argent public du pays mais aussi l’argent des citoyens (épargnes, caisses de pension, assurance-vie…). Le citoyen-contribuable qui gagne son argent grâce à son effort au travail doit garantir un circuit financier représenté par des responsables qui semblent bénéficier d’une impunité à toute épreuve. Les risques liés au concept de la Too big to fail a été remis en question par le FMI (4).

Les enjeux en termes de démocratie et du bien commun sont gigantesques, existentiels et essentiels pour l’avenir. Le travail n’est plus le facteur créateur de richesses. Le danger d’une création d’un circuit fermé créateur de richesses gigantesques réservé à une élite semble être en train de se mettre en place. Les gains basés avant tout sur la spéculation et les « coups » peuvent être si importants que la tentation des banquiers de tourner le dos au financement de l’économie réelle augmente.

A ce stade les questions et interrogations sont nombreuses. Est-ce que le portefeuille gigantesque de la BNS est encore utilisé pour le bien commun compte tenu de son refus de constituer un fond souverain pour la Suisse? Sa force de frappe boursière peut-elle « booster » artificiellement les marchés boursiers? Participe-t-elle alors à enrichir un petit nombre de manière démesurée? Est-elle devenue partie prenante de la finance-casino? Cette politique est-elle compatible avec la mission que le législateur lui a assignée ? Est-il légitime de faire porter des risques majeurs d’un système pour le moins problématique par les petits épargnants, contribuables, retraités? Est-elle en train de transférer son indépendance à des tiers étrangers avec l’assouplissement quantitatif et l’explosion du compte des virements des banques en Suisse remettant alors en cause la souveraineté du pays sans mandat connu? Quel poids politique ce compte de virements des banques donne-t-il à leurs propriétaires?

Surprenante BNS qui nous avait habitués à la prudence. Nous nous retrouvons avec une monnaie quasiment privatisée et une indépendance monétaire pratiquement perdue! La monnaie, la politique monétaire et la banque centrale sont autant de pierres angulaires à l’édifice de l’intérêt public, du bien commun et de la démocratie. Objectivité et neutralité doivent garantir l’équité entre les citoyens. Tout comportement qui ressemblerait à du favoritisme d’un groupe ou d’un autre est contraire à l’esprit d’une économie libre, à la liberté d’entreprendre et à l’Etat de droits.

Au pouvoir illégitime octroyé au marché financier, s’ajoute le fait que la richesse de la Suisse et des suisses est en mode de dilution avancée. Alors qu’une minorité d’individus a acquis un pouvoir de vie et de mort sur la monnaie nationale, un nombre grandissant du peuple peine à boucler ses fins de mois. C’est par la monnaie que la démocratie est en train de filer…

Liliane Held-Khawam

(1)La monnaie scripturale détruit les États! https://lilianeheldkhawam.wordpress.com/2014/07/19/la-monnaie-scripturale-detruit-les-etats/

(2) 5 Central Banks Move to Supply Cash to Europe, September 15, 2011, http://www.nytimes.com/2011/09/16/business/global/borrowing-costs-stubbornly-high-at-spanish-auction.html?_r=0

(3) http://www.letemps.ch/Page/Uuid/823b8ba4-ae59-11e0-8d13-d03d80d505be/Lier_le_franc_%C3%A0_leuro_cr%C3%A9erait_de_nouveaux_probl%C3%A8mes

(4) Le dernier « Rapport sur la stabilité financière globale » du FMI consacre un chapitre entier (sur trois) aux problèmes générés par les garanties étatiques offertes aux établissements considérés comme TBTF. Il y est très clairement expliqué que les banques qui bénéficient de ce type de garantie « ont peu d’incitation à surveiller et punir les prises de risque excessives ». Elles bénéficient par ailleurs de conditions d’emprunt plus avantageuses que ne le justifierait leur profil de risque, ce qui peut leur permettre d’augmenter leur niveau d’endettement pour « s’engager dans des activités plus risquées ». Ces établissements sont ainsi encouragés à rechercher une rentabilité à brève échéance, au détriment de leur viabilité à plus long terme.

Source : Global Financial Stability Report, avril 2014, p.102,

http://www.imf.org/External/Pubs/FT/GFSR/2014/01/pdf/text.pdf

The implicit government protection of these banks distorts prices and resource allocation. Because creditors of SIBs do not bear the full cost of failure, they are willing to provide funding at a lower cost than warranted by the institutions’ risk profiles. They also have little incentive to monitor and punish excessive risk-taking. SIBs then may take advantage of the lower funding costs to increase their leverage and engage in riskier activities. Banks may also seek to grow faster and larger than justified by economies of scale and scope to reap the benefits of the implicit funding subsidy granted to TITF institutions.